Ignorer la navigation

Examen du plan d'action du Kenya 2020-2022

Ce produit consiste en un examen du MII du plan d'action 2020-2022 du Kenya. Le plan d'action est composé de huit engagements. Cet examen analyse la force du plan d'action pour contribuer à la mise en œuvre et aux résultats. Pour les données engagement par engagement, voir l'Annexe 1. Pour plus de détails concernant la méthodologie et les indicateurs utilisés par le MII pour cette revue du plan d'action, voir la Section I : Méthodologie et indicateurs du MII.

Aperçu du Plan d'action 2020-2022

Le quatrième plan d'action du Kenya poursuit les réformes ambitieuses des plans précédents, y compris l'adoption de contrat ouvert les normes de données, la mise en œuvre de la Loi sur l'accès à l'information et la promotion d'une participation significative aux processus législatifs. Il introduit de nouveaux domaines d'action tels que l'amélioration accès à la justice. Les engagements portent principalement sur l'augmentation transparence et la participation civique. Ils pourraient inclure des actions plus fortes pour renforcer la responsabilisation grâce à des mécanismes de retour d'information et de recours. Aller de l'avant, l'OGP kenyan Comité de pilotage devrait renforcer son rôle de surveillance, en se coordonnant avec les agences d'exécution pour s'assurer que les jalons disposent de ressources adéquates, sont atteints à temps et dans leur intégralité.

EN BREF

Participer depuis: 2011

Plan d'action à l'étude: 2020-2022

Produit IRM : Examen du plan d'action

Nombre d'engagements: 8

Aperçu des engagements :

  • Des engagements avec un gouvernement ouvert. lentille : 8
  • Des engagements à fort potentiel de résultats : 4
  • Engagements prometteurs : 4

Domaines politiques

Reprise des plans d'action précédents :

  • Beneficial ownership
  • Contrats ouverts
  • Ouverture législative
  • données ouvertes
  • Prestation de services publics

Apparaissent dans ce plan d'action :

  • L'accès à la justice

Conformité avec OGP exigences minimales pour la cocréation :

  • A agi selon le processus OGP : Oui

Le Kenya joue un rôle de leader mondial en tant que membre du comité directeur de l'OGP, ce qui a accru sa volonté de devenir un modèle parmi les membres de l'OGP. L'introduction de leur quatrième plan d'action décrit les objectifs de leadership aux niveaux local, national, régional et mondial. Cela permettra au Kenya de parler des efforts de gouvernance ouverte à tous les niveaux de gouvernement, des gouvernements infranationaux à leurs pairs internationaux. Pour aller de l'avant, le Kenya doit combler les lacunes de mise en œuvre des plans d'action antérieurs en unissant les ressources et les acteurs pour faire pression pour une mise en œuvre solide de ce plan.

Le quatrième plan d'action du Kenya (2020-2022) comporte huit engagements. Six sont reportés des plans d'action précédents, à la fois pour compléter des jalons inachevés et introduire de nouveaux jalons pour améliorer leur ambition et promouvoir les réformes. Pour la première fois, le Kenya aborde l'accès à la justice en tant que domaine politique dans un plan d'action OGP.

L'engagement multipartite lors de l'élaboration du plan d'action s'est considérablement amélioré par rapport aux processus de co-création précédents. Divers forums ont permis des conversations entre le gouvernement et les OSC. Dans le cadre du forum « Dialogue ouvert », le gouvernement a permis à tous les acteurs intéressés du gouvernement et de la société civile de faire conjointement et de hiérarchiser les propositions. (Par exemple, alors qu'il y avait une forte pression pour un standalone engagement on le sexe, le forum de dialogue ouvert a convenu d'intégrer les activités liées au genre dans les jalons.) Des groupes de travail groupés d'acteurs gouvernementaux et d'OSC ont ensuite documenté les problèmes politiques et conçu des engagements et des jalons spécifiques. Le forum multipartite (MSF), composé de représentants des différents groupes de clusters, a examiné et approuvé les projets d'engagements pour inclusion dans le plan d'action.

Ce plan d'action comporte plusieurs caractéristiques importantes qui pourraient générer des résultats solides. Le plan engage les trois branches du gouvernement : l'exécutif, le législatif et le judiciaire (les deux premiers étant représentés au sein du Comité directeur national). Si les engagements sont pleinement mis en œuvre, le Kenya pourrait prouver comment la coordination entre les trois pouvoirs de l'État contribue à de meilleurs résultats. De plus, l'alignement des perspectives du gouvernement et des OSC (à partir du fort engagement multipartite) et l'implication des différentes branches du gouvernement créent une adhésion et une unité d'objectif qui pourraient promouvoir une mise en œuvre collaborative. Par exemple, l'implication des OSC pourrait produire des résultats positifs dans la mobilisation des ressources et l'engagement communautaire, tandis que l'implication du parlement peut créer une familiarité et une appropriation des projets de loi proposés, et ainsi accélérer la promulgation. Enfin, lors de l'élaboration de ce plan, MSF a envisagé des réformes qui avaient déjà l'approbation et la bonne volonté des dirigeants gouvernementaux, afin que les initiatives prioritaires pour la mise en œuvre soient moins affectées par les transitions politiques. Ceci est particulièrement important car la mise en œuvre aura lieu lors des élections générales et des amendements constitutionnels. Pendant la mise en œuvre, tous les acteurs du gouvernement et de la société civile doivent travailler en étroite collaboration pour maintenir cet élan et préserver l'ambition du plan. Le plan vise donc à pousser la mise en œuvre et l'institutionnalisation de ces réformes pour assurer la continuité au-delà des transitions politiques.

Cet examen se concentre sur les quatre engagements les plus prometteurs. Alors que les huit engagements répondent à des priorités de longue date aux niveaux national et infranational, les quatre engagements suivants ont été sélectionnés comme «engagements prometteurs» en fonction de leur ambition, vérifiabilitéet pertinence aux valeurs OGP :

  • L'engagement 2 sur les contrats ouverts vise à adopter une norme de données sur les contrats ouverts pour toutes les étapes de marchés publics au Kenya et garantir des cadres législatifs pour la protection des dénonciateurs.
  • Engagement 4 sur participation du public et la transparence législative vise à ouvrir le parlement en permettant l'accès aux débats parlementaires et leur publication, ainsi que le suivi des projets de loi et des pétitions. Il renforcera également la participation publique et le civisme l'éducation en établissant des cadres juridiques et des orientations, et en adoptant la technologie pour la participation.
  • L'engagement 6 créera des structures pour une mise en œuvre efficace de la Loi sur l'accès à l'information et fournira un registre de la dette publique ouvert et accessible.
  • L'engagement 7 propose des mesures pour améliorer l'accès à la justice par la mise en œuvre de mécanismes de justice alternative.

Engagements prometteurs dans le plan d'action 2020-2022 du Kenya

La section II se concentre sur quatre engagements (2, 4, 6 et 7) que le MII a identifiés comme ayant le potentiel de réaliser les résultats les plus prometteurs. Cet examen éclairera l'approche de recherche du MII pour évaluer la mise en œuvre dans le rapport sur les résultats. Le rapport sur les résultats du MII s'appuiera sur l'identification précoce des résultats potentiels de cet examen pour contraster avec les résultats à la fin de la période de mise en œuvre. Cet examen analyse également les défis, les opportunités et les recommandations pour contribuer au processus d'apprentissage et de mise en œuvre de ce plan d'action.

Cette section ne comprend pas un examen individuel de quatre des huit engagements du plan d'action (1, 3, 5 et 8), qui ont été évalués par le MII comme ayant un potentiel de résultats modeste. Ces engagements constituent une avancée positive mais ont une ambition modérée. Cependant, cette classification est basée sur le langage d'engagement tel qu'il est écrit ; il est possible pour les acteurs de l'engagement de mener la mise en œuvre d'une manière qui produise des résultats transformateurs et ait un impact significatif sur les domaines politiques.

  • L'engagement 1, sur la propriété effective, fait progresser les efforts du Kenya pour lutter contre la corruption et se conformer aux normes internationales. Il poursuit les activités incomplètes des plans d'action précédents et d'autres engagements gouvernementaux en cours, mais fait face à d'importants problèmes de conception des engagements. Premièrement, l'engagement ne rend pas public le registre électronique. Le règlement sur les informations sur les bénéficiaires effectifs de 2020 ne donne accès qu'à certaines autorités. En conséquence, un avis public des services d'enregistrement des entreprises, tout en communiquant au public sur l'utilisation du registre électronique, indique spécifiquement l'inaccessibilité du registre au public. Lors du London Anticorruption Summit de 2016, Transparency International a qualifié d'ambitieux l'engagement d'établir un registre public central sur les informations sur les bénéficiaires effectifs des entreprises ; aucun accès public ne vient entraver cette ambition. Cependant, comme l'explique Stephanie Muchai, la publication du registre des bénéficiaires effectifs nécessiterait une modification de la loi sur les sociétés de 2019 et des règlements de 2020 qui en découlent. Cet amendement peut ne pas être pratique compte tenu des limites de temps, de ressources et de mobilisation de la fenêtre de mise en œuvre du plan. Deuxièmement, l'annulation par la Haute Cour de certaines lois (y compris la Miscellaneous Amendment Act 2019 qui a donné effet à la propriété réelle) pourrait bloquer les efforts en matière de transparence de la propriété réelle. Alors que la Haute Cour a suspendu son jugement pour une période de neuf mois afin de permettre aux intimés de se conformer aux exigences constitutionnelles, la décision du tribunal déterminera l'application et la validité de la législation et, par extension, la mise en œuvre de la transparence des bénéficiaires effectifs. Enfin, comme expliqué dans le rapport de conception du MII 2018-2020, la réalisation de l'étape 2 dépend de facteurs externes importants en dehors du mandat du service d'enregistrement des entreprises (BRS). L'étape 2 s'appuie sur les actions de la Commission d'éthique et de lutte contre la corruption, de l'Autorité de régulation des marchés publics et des tribunaux pour pouvoir générer une liste des entreprises condamnées pour pots-de-vin et corruption ; la coopération de ces institutions dépasse le cadre de la BRS. En outre, le rapport de conception a également souligné la nécessité de vérifier les informations sur la propriété réelle soumises par les entreprises. Le plan d'action n'indique pas s'il y aura des mesures spécifiques pour vérifier ces informations. Par conséquent, bien qu'avançant transparence de la propriété effective est une priorité parmi les parties prenantes du pays, cet engagement poursuit les activités en cours des plans d'action précédents sans répondre aux préoccupations existantes concernant leur mise en œuvre.

Deux engagements (Engagement 3 sur les données ouvertes sur le développement et Engagement 5 sur la prestation de services publics) traitent de problèmes nationaux urgents, mais leurs jalons n'indiquent pas clairement comment leur mise en œuvre produira des résultats significatifs.

  • L'engagement 3 s'appuie sur le précédent plan d'action du Kenya, qui visait à améliorer l'accès aux données géospatiales ouvertes dans quatre priorités politiques ciblées : la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la gestion des catastrophes et la santé. Il comprend des jalons similaires pour continuer à augmenter la publication des données SIG des projets d'immobilisations dans les budgets des comtés et promouvoir leur utilisation par l'établissement de cadres politiques. Il ajoute de nouvelles activités qui établiront des subventions de soutien conditionnelles et mettront en œuvre des systèmes d'alerte précoce en cas de catastrophe. Cependant, il n'indique pas clairement comment les jalons abordent les problèmes auxquels sont confrontés les citoyens (par exemple, la sécurité alimentaire, les problèmes de logement et d'infrastructure et les changements climatiques), ou comment les citoyens peuvent interagir avec ces informations pour promouvoir des solutions. Au contraire, l'influence de l'engagement est implicite ; le produit clé, les ensembles de données, sera pertinent pour un usage interne par d'autres agents du gouvernement, qui concevront ensuite des produits et des politiques qui affectent directement les citoyens.
  • L'engagement 5 renforcera l'examen par les pairs et l'apprentissage entre les gouvernements de comté (décentralisés). Cependant, selon le langage de l'engagement, les jalons n'affectent que le gouvernement et ne font référence à aucune interface spécifique où les citoyens et les OSC peuvent s'engager pour promouvoir la transparence ou la responsabilité, comme l'implique la description de l'engagement. Ainsi, lors de la mise en œuvre, le gouvernement devrait garantir la participation civique et la responsabilité du gouvernement en créant un espace permettant aux citoyens d'utiliser les données publiées et de fournir des commentaires sur les processus gouvernementaux. De plus, l'engagement pourrait promouvoir la responsabilité en garantissant explicitement que les gouvernements des comtés traitent et agissent en fonction des commentaires des citoyens. De même, en lançant le mécanisme d'examen par les pairs du comté, les responsables de la mise en œuvre pourraient créer des forums actifs pour l'engagement et la contribution des citoyens.
  • L'engagement 8 crée la résilience du PGO grâce à un soutien institutionnel et à un engagement multipartite dans les processus du PGO. Puisqu'il institutionnalise les processus OGP et facilite la mise en œuvre du plan d'action, le MII l'évaluera dans le cadre des efforts du Kenya pour respecter les recommandations et directives procédurales de l'OGP.

Les quatre engagements prometteurs qui suivent sont tous initialement évalués comme étant ambitieux, vérifiables et pertinents par rapport aux valeurs du PGO. Ils proposent des améliorations aux pratiques gouvernementales pour mieux réaliser une gouvernance ouverte.

Tableau 1. Engagements prometteurs

Engagement 2. Contrat ouvert : Adoption et mise en œuvre des normes de contrats ouverts sur les données par le Kenya e-gouvernement Le système de passation des marchés permettra au gouvernement de publier progressivement des informations dans un format de données ouvertes, et permettra aux OSC et aux citoyens d'utiliser ces informations pour surveiller et fournir des commentaires sur les cycles de vie des projets. De plus, l'adoption d'une loi sur la protection des dénonciateurs créera un environnement sûr permettant aux citoyens de signaler les pratiques de corruption sans crainte d'intimidation.
Engagement 4.Participation publique et ouverture législative : L'ouverture du Parlement et l'adhésion du Sénat à cet engagement du PGO amélioreront non seulement les initiatives de transparence et de responsabilité, mais seront également essentielles pour mobiliser d'autres entités législatives telles que les assemblées nationales et de comté à emboîter le pas. Le projet de loi sur la participation publique donnera effet aux principes de participation publique détaillés dans la Constitution du Kenya. La technologie fera progresser la participation du public, en particulier compte tenu des restrictions COVID-19 sur les rassemblements. Législation sur l'éducation civique permettra aux OSC et au gouvernement de mener de manière proactive des campagnes de sensibilisation et d'impliquer les citoyens. Enfin, la loi sur les organisations d'utilité publique élargira les espaces permettant aux OSC de mieux s'acquitter de leur mandat.
Engagement 6. Accès à l'information: Les réglementations sur l'accès à l'information fourniront des cadres pour une divulgation efficace de l'information par les institutions publiques. Cela permettra de relever un défi majeur qui a entravé les engagements en matière de transparence dans les plans d'action précédents.
Engagement 7.Accès à la justice: Financement et mise en place de justices alternatives, judiciaires aide, et le soutien technique peut élargir l'accès à la justice au Kenya. Il est important de noter que le dialogue citoyen-gouvernement offre une plate-forme de sensibilisation, de diffusion d'informations et de mécanismes de retour d'information sur les systèmes de justice alternatifs.

Lors de l'élaboration du troisième plan d'action national (2018-2020), le Kenya n'a pas satisfait à l'exigence minimale du PGO en matière d'influence publique lors de la cocréation (appelée « impliquer »). Les détails de cet engagement des parties prenantes sont fournis dans le rapport de conception du Kenya, disponible sur https://www.opengovpartnership.org/documents/kenya-design-report-2018-2020/.

Assemblée nationale du Kenya, The Companies Act (Beneficial Ownership Information) Regulations, 2020 (loi du Kenya, consultée en octobre 2021), http://kenyalaw.org/kl/index.php?id=10221.

Ofc. du procureur général et du ministère de la Justice, "Soumission d'informations sur la propriété effective - Extension de la date limite pour une période de six mois à compter du 1st février 2021 » (Service d'enregistrement des entreprises, 27 janv. 2021), https://brs.go.ke/assets/downloads/Press_Release_Extension_BO.pdf.

Transparency International, « 43 pays, 600 engagements : le sommet anti-corruption de Londres a-t-il été un succès ? (12 sept. 2016), https://www.transparency.org/en/news/43-countries-600-commitments-was-the-london-anti-corruption-summit-a-succes.

Stephanie Muchai (responsable Afrique de l'Est pour les contrats ouverts chez Hivos/Open Contracting, développeur de l'engagement des pays, membre du CSO OGP SC), entretien avec un chercheur de l'IRM, 5 avril 2021.

Sénat de la République du Kenya et 4 autres contre Président de l'Assemblée nationale et un autre ; Procureur général et 7 autres (parties intéressées) eKLR (Haute Cour du Kenya, 2020) http://kenyalaw.org/caselaw/cases/view/202549/.

Oraro et Company Advocates, « Divulgation de la propriété effective des entreprises au Kenya » (2021), https://www.oraro.co.ke/2020/11/02/disclosure-of-beneficial-ownership-of-companies-in-kenya/.

Lindah Oduor-Noé, Mécanisme de rapport indépendant (IRM) : Rapport sur la conception du Kenya 2018-2020 (OGP, 1 avril 2021), https://www.opengovpartnership.org/documents/kenya-design-report-2018-2020/.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership