Ignorer la navigation

Rapport sur les résultats transitoires de la République kirghize 2018-2020

Le Open Government Partnership est un partenariat mondial qui rassemble des réformateurs gouvernementaux et des dirigeants de la société civile pour créer des plans d'action qui rendent les gouvernements plus inclusifs, réactifs et responsables. Plan d'action les engagements peuvent s'appuyer sur les efforts existants, identifier de nouvelles étapes pour mener à bien les réformes en cours ou initier un domaine entièrement nouveau. OGP Mécanisme de rapport indépendant (IRM) surveille tous les plans d'action pour s'assurer que les gouvernements respectent leurs engagements. La société civile et les dirigeants gouvernementaux utilisent les évaluations pour réfléchir à leurs progrès et déterminer si les efforts ont eu un impact sur la vie des gens.

L'IRM s'est associé à Tatevik Margaryan, chercheur indépendant, pour réaliser cette évaluation. L'IRM vise à éclairer le dialogue en cours sur l'élaboration et la mise en œuvre des engagements futurs. Pour une description complète de la méthodologie de l'IRM, veuillez visiter https://www.opengovpartnership.org/about/independent-reporting-mechanism.

Ce rapport couvre la mise en œuvre du premier plan d'action de la République kirghize pour 2018-2020 et a été préparé en juillet-août 2021. À partir de 2021, le MII a mis en œuvre une nouvelle approche de son processus de recherche et de la portée de ses rapports sur les plans d'action, approuvée par l'actualisation IRM. L'IRM a ajusté ses rapports de mise en œuvre pour les plans d'action 2018-2020 pour s'adapter au processus de transition vers les nouveaux produits IRM et permettre à l'IRM d'ajuster son flux de travail à la lumière des effets de la pandémie de COVID-19 sur les processus des pays OGP.

Mise en œuvre du plan d'action

Le rapport sur les résultats transitoires du MII évalue l'état des engagements du plan d'action et les résultats de leur mise en œuvre à la fin du cycle du plan d'action. Ce rapport ne revient pas sur les évaluations pour «Vérifiabilité», « Pertinence» ou « impact potentiel ». Le MII évalue ces trois indicateurs dans les rapports de conception du MII. Pour plus de détails sur chaque indicateur, veuillez consulter l'annexe I du présent rapport.

Faits saillants généraux et résultats

Le premier plan d'action national du Kirghizistan (République kirghize), approuvé par un décret gouvernemental en 2018, comprenait à l'origine 18 engagements couvrant des domaines tels que l'ouverture judiciaire, les marchés publics, la transparence fiscale, l'engagement des citoyens, les données ouvertes et d'autres sujets pertinents pour le pays. Quatre engagements en plusieurs parties de l'Initiative pour un parlement ouvert ont été ajoutés en 2019, qui sont évalués comme huit engagements dans le présent rapport, afin de refléter chacune des initiatives distinctes (appelées sous-engagements dans le plan d'action). La mise en œuvre variait en fonction de l'organisme gouvernemental principal, du financement et de la participation des organisations de la société civile (OSC). Dans l'ensemble, sur 26 engagements, dix ont été entièrement ou en grande partie achevés, trois n'ont pas commencé et treize ont connu une mise en œuvre limitée.

Les acteurs de la société civile interrogés pour ce rapport ont mentionné une appropriation limitée du gouvernement et engagement pendant le processus de mise en œuvre. Cela avait plusieurs raisons : engagement limité des agences dans la conception de l'engagement (par exemple, dans les engagements proposés par les OSC), changements de cabinet qui ont modifié la direction de l'engagement, manque de sensibilisation à l'OGP par les nouveaux arrivants et défis politiques généraux et liés au COVID.

Les engagements avec une forte appropriation par les agences d'exécution ont eu une meilleure mise en œuvre et durabilité. Par exemple, l'Engagement 1 sur données ouvertes et Engagement 25 sur marchés publics transparence ont été lancés par des organismes publics et largement mis en œuvre, bien que les outils de données qui en résultent doivent être améliorés. L'engagement 18 sur le financement transparent des élections a été réalisé grâce au travail actif de la Commission électorale centrale. À l'inverse, les engagements relatifs au registre des actes judiciaires de l'État, à l'accès aux documents d'archives et à la divulgation des informations sur les biens de l'État ont fait des progrès limités en raison d'un manque d'efforts, voire de résistance, des organes de l'État.

Les engagements avec la participation active de la société civile et le soutien des donateurs ont également montré des progrès et ont vu une plus grande sensibilisation du public. Les jalons des engagements 20 et 24 liés à la transparence budgétaire de l'autonomie locale ont été promus par les OSC et ont reçu le soutien de l'Agence d'État pour l'autonomie locale et les relations interethniques (en 2021, cette agence est devenue l'Agence d'État pour le développement régional). Le soutien des organisations internationales a également joué un rôle clé dans la mise en œuvre, en particulier pour les engagements qui nécessitaient des ressources financières importantes pour les logiciels et l'assistance technique. Par exemple, la Banque mondiale a soutenu la mise en œuvre de l'engagement relatif aux données ouvertes. De même, l'International Center for Non-Profit Law (ICNL) a contribué de manière significative à la mise en œuvre de l'engagement sur l'évaluation par la société civile des risques de financement du terrorisme, en fournissant une expertise et une formation sur le terrain. Le soutien du PNUD a également été essentiel pour l'engagement en faveur de la transparence du financement des élections, en créant une plate-forme Web, en renforçant les capacités et en sensibilisant.

L'Union européenne et l'USAID ont contribué à la création d'un portail de discussion publique sur les projets de réglementation. Cet engagement s'est révélé important premiers résultats. La nouvelle plate-forme publie les projets de loi élaborés par le gouvernement et permet les commentaires du public. Il permet également aux citoyens de présenter des suggestions sur les amendements aux actes juridiques existants ou pour en développer de nouveaux. Bien qu'encore en mode pilote, le portail a suscité des campagnes de plaidoyer contre certains projets de loi controversés, tels qu'un amendement à une loi sur les organisations non commerciales et un projet de loi sur la méthode d'examen « guillotine ». législation. Si la publication des projets sur la plateforme devient obligatoire pour les organes législatifs autres que le gouvernement, la plateforme pourrait être un outil important pour l'élaboration participative des politiques.

Un autre engagement avec des résultats majeurs a été l'engagement pour la transparence dans le financement et les campagnes électorales. Cet engagement a établi la base réglementaire pour la publication d'informations sur les dépenses électorales et référendaires, ainsi que sur les revenus et les dépenses des candidats. Une plateforme a été créée pour publier des rapports sur les fonds des campagnes électorales, permettant aux OSC et aux citoyens de surveiller les dépenses et de signaler toute incohérence.

D'autres engagements notables incluent la mise en œuvre et la promotion d'une politique de données ouvertes, qui a amélioré l'accessibilité des informations détenues par le gouvernement, en fournissant un format de données ouvert et un accès API à 646 ensembles de données, bien qu'ils ne soient pas régulièrement mis à jour actuellement. Les formations et discussions organisées par le cadre d'engagement ont permis de sensibiliser et d'améliorer la compréhension et l'application des concepts de données ouvertes. Un engagement à accroître la transparence des marchés publics a permis de suivre l'évolution de la phase post-appel d'offres et de produire des rapports de passation des marchés sur des critères sélectionnés à partir du site Web des marchés publics. Cependant, l'accès au texte du contrat et à la documentation post-appel d'offres n'a pas encore été fourni. L'engagement concernant l'évaluation par la société civile des risques d'activités terroristes parmi les organisations à but non lucratif a enregistré des progrès ; La collaboration entre la société civile et le gouvernement a permis d'élaborer une méthodologie d'évaluation des risques et de mettre en œuvre une évaluation pilote par un groupe de travail conjoint.

En 2019, le Kirghizistan a lancé l'initiative Parlement ouvert ; en conséquence, huit nouveaux engagements ont été ajoutés au plan d'action visant à améliorer l'accès à l'information et l'engagement des citoyens avec le parlement. Cependant, le niveau de mise en œuvre et les résultats de ces engagements supplémentaires restent à voir. Bien qu'un groupe de travail ait été formé pour préparer et suivre parlement ouvert initiatives, l'engagement et la motivation des parlementaires à mettre en œuvre le plan étaient limités, et les réalisations signalées sont principalement dues aux efforts des organisations internationales et des OSC, avec la participation de quelques parlementaires. Parmi ces huit engagements, deux n'ont pas commencé, quatre ont fait des progrès limités et deux ont enregistré des progrès substantiels. Les engagements avec des progrès substantiels comprenaient la participation de la société civile au suivi et à l'évaluation parlementaires des lois d'application, les activités des organes de l'État responsables devant le parlement et une interaction plus forte entre le Jogorku Kenesh (le parlement) et les communautés locales.

Contrairement à d'autres pays, le processus OGP au Kirghizistan est géré par un secrétariat qui est un organisme indépendant en dehors du gouvernement, financé par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) - Bureau de Bichkek. Cet appui a permis de fournir un groupe d'experts à temps plein engagés dans les relations publiques, le suivi et la coordination du plan d'action. Cependant, la faible appropriation par le gouvernement présente des risques pour la durabilité du processus et l'application de la participation du gouvernement.

Il convient de noter que le Kirghizistan a été confronté à plusieurs défis politiques après la période de mise en œuvre du plan d'action, notamment des manifestations post-électorales suivies de l'annulation des élections législatives. des élections en octobre 2020, des élections présidentielles anticipées et un référendum constitutionnel changeant le système politique du système parlementaire introduit en 2010 à un système présidentiel. Ces développements se sont accompagnés de plusieurs changements au sein du cabinet gouvernemental, qui ont encore affecté la mise en œuvre du plan d'action et l'appropriation par le gouvernement des processus OGP.

Impact de la pandémie de COVID-19 sur la mise en œuvre

La pandémie de COVID-19 a eu un impact négatif sur les processus du PGO au Kirghizistan, notamment les réunions régulières du Forum national (leur forum multipartite) et le lancement du processus de co-création pour le prochain plan d'action. Les réunions du Forum national n'ont pas eu lieu depuis le début de la pandémie, et il n'y a pas eu non plus de réunions à distance. Cependant, la mise en œuvre des engagements n'a été que modérément affectée car la plupart des processus de mise en œuvre étaient déjà intégrés dans leurs réglementations d'application, soutenus par des donateurs ou dans des projets d'OSC. La mise en œuvre de plusieurs jalons a été reportée, notamment celles concernant le Ministère de la Santé et celles impliquant des activités de groupes de travail et de commissions. Dans le cadre de certains engagements, des réunions en ligne ont été organisées par les OSC et les agences de l'État pour assurer des consultations continues avec la société civile selon les besoins.

L'importance et la demande de données ouvertes ont augmenté, en particulier en ce qui concerne les statistiques et les dépenses liées à la COVID-19. De nombreuses OSC ont plaidé pour la transparence de l'aide et des dépenses liées à la COVID-19. Le Ministère de la Santé a ajouté une page Web sur le COVID-19 qui présente des statistiques sur les cas quotidiens et des informations sur l'aide humanitaire reçue. A partir des données fournies par le ministère, une ONG, la School of Data, a créé un portail de données ouvertes sur le COVID-19 où les statistiques sont présentées sous forme de graphiques et via des bases de données téléchargeables.

 

Pour plus d'informations, voir : Actualisation IRM, Open Government Partnership, https://www.opengovpartnership.org/process/accountability/about-the-irm/irm-refresh/.

Gouvernement de la République kirghize, Résolution du gouvernement de la République kirghize n° 360 (16 oct. 2018), http://cbd.minjust.gov.kg/act/view/ru-ru/216612.

Veuillez noter que la numérotation des engagements dans ce rapport suit l'ordre des engagements dans le plan d'action révisé, soumis en 2019. Voir l'annexe II pour la correspondance entre la numérotation des engagements dans ce rapport et la numérotation des engagements dans le rapport de conception du MII et les versions originale et versions révisées du plan d'action.

Gouvernement de la République kirghize, Plan d'action national sur la mise en place d'un gouvernement ouvert en République kirghize pour 2018-2020 (OGP, 2019), https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2018/12/Kyrgyz-Republic_Action-Plan_2018-2020_REV.pdf.

OGP Kirghizistan, "г.ускенбаева: Гражданская организация" открытое правительство "ждет от правительства отчет по внешней помощи на борьбу с Covid-19" [G. Uskenbaeva : L'organisation civique "Open Government" attend du gouvernement un rapport sur l'aide extérieure pour lutter contre le COVID-19] (25 mai 2020), http://ogp.el.kg/ru/news/guskenbaeva-grazhdanskaya-organizaciya-otkrytoe-pravitelstvo-zhdet-ot-pravitelstva-otchet-po.

En 2021, le ministère de la Santé a fusionné avec le ministère du Travail et du Développement social pour former le ministère de la Santé et du Développement social sur la base de la résolution gouvernementale n° 38 « sur les mesures organisationnelles liées à l'approbation de la nouvelle structure du gouvernement du la République kirghize et la réforme du pouvoir exécutif de la République kirghize » du 12 février 2021 (http://cbd.minjust.gov.kg/act/view/ru-ru/158019?cl=ru-ru).

See http://www.med.kg/ru/informatsii.html.

See https://opendatacovid.kg/.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership