Ignorer la navigation
Australie

Confiance publique dans le partage de données (AU0006)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national australien 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Département du Premier ministre et du Cabinet (data@pmc.gov.au), Bureau australien de statistique et Bureau du Commissaire à l'information de l'Australie (enquiries@oaic.gov.au). Autres

Institution (s) de soutien: ministère du Procureur général, Trésorerie, Ombudsman du Travail équitable, Institut australien de la santé et du bien-être, Département des services sociaux, Département de l'industrie, de l'innovation et des sciences et Département de la santé, Département des services sociaux, Bureau australien des impôts et australien Police fédérale, gouvernements des États et des territoires; Organisations non gouvernementales (notamment Australian Open; réseau de partenariat gouvernemental, Open Data Institute Queensland, Open Knowledge Foundation, Electronic Frontiers Australia, Australian Privacy Foundation, autres groupes de défense de la vie privée, organisations de défense des droits numériques), associations de bibliothèques et public

Domaines politiques

Capacité? bâtiment, Espace civique, Gouvernance numérique, Ouverture fiscale, Transparence fiscale, Open Data, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de mandat Australie 2016-2018, Rapport de mi-parcours pour l'Australie 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: n'a pas changé

Conception i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs du PGO: accès à l'information, participation civique

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Objectif et description: L’Australie renforcera la confiance du public autour du partage et de la diffusion des données. Pour ce faire, nous allons activement informer le public de la manière dont les données ouvertes sont utilisées pour mieux communiquer les avantages et comprendre les préoccupations du public, et nous améliorerons la capacité de gestion des risques d'atteinte à la vie privée au sein du gouvernement. Status Quo: Dans un monde de plus en plus complexe et interconnecté, des réponses stratégiques efficaces nécessitent un investissement dans des données regroupées pouvant fournir une base de données solide pour les décisions politiques. Cependant, à mesure que le volume de données et la capacité technique d'utilisation de celui-ci augmentent, nous devons mieux informer le public des risques et des avantages du partage et de la diffusion des données, ainsi que des opinions et des préoccupations du public, y compris des attitudes à l'égard de la vie privée. Il est essentiel que la vie privée et les informations personnelles des personnes soient protégées lors de l'utilisation et du partage des données. Dans certains cas, il n'est pas approprié de publier ou de partager certains jeux de données. La loi sur la protection de la vie privée 1988 (Loi sur la protection de la vie privée) sous-tend le programme d’open data et contribue à renforcer la confiance du public dans les activités de partage de données, mais il est nécessaire de renforcer la capacité des agences gouvernementales de gérer les risques d'atteinte à la vie privée lors de la diffusion de données. En octobre 2016, le gouvernement a présenté différents textes de loi visant à modifier la loi sur la protection de la vie privée afin: de ré-identifier délibérément les informations personnelles contenues dans des données publiques confidentielles; de 8 et d'introduire des dispositions obligatoires en matière de notification des violations de données, qui imposent Certaines autres entités régies par la Loi sur la protection des renseignements personnels subissent des violations de données afin d'avertir les personnes dont les informations personnelles ont été compromises. La maîtrise des données à travers l’APS est également essentielle. En août, 2016, le cabinet du Premier ministre et du Cabinet, a publié la publication Data Skills and Capability dans le Public Service10 australien, destinée à renforcer les compétences et les connaissances en matière de publication, de mise en relation et de partage de données publiques. Le gouvernement améliorera également les processus pangouvernementaux de désidentification en publiant des directives sur la publication de données sensibles. L'enquête de la Commission de la productivité sur la disponibilité et l'utilisation des données tiendra également compte des garanties de confidentialité et des droits des consommateurs sur leurs données. Le gouvernement donnera suite aux recommandations figurant dans le rapport de la Commission sur la productivité et continuera à travailler avec le public pour développer le système de licence sociale des données, afin de responsabiliser les citoyens et d'accroître la transparence des activités du gouvernement. Ambition: susciter la confiance dans l'utilisation de données intégrées et répondre activement aux préoccupations du public concernant le partage des données. Se conformer aux meilleures pratiques internationales en matière de principes de données ouvertes et participer à des forums mondiaux sur les données. Pertinence: Cet engagement fera progresser les valeurs de transparence et de participation du public de l'OGP en: offrant une plus grande transparence sur la manière dont le gouvernement utilise les données qu'il collecte et protège les informations personnelles; permettre au public de dialoguer avec le gouvernement et de soulever des questions préoccupantes; permettre à des experts extérieurs au gouvernement d'informer le débat public; et fournir une politique, une prestation de services et une évaluation de programme plus ciblées et plus efficaces. DÉTAILS SUR L’ENGAGEMENT: Grand défi du PGO: améliorer les services publics; accroître l’intégrité du public; Échéanciers Décembre 2016 - Juillet 2018; Agence chef de file: Département du Premier ministre et du Cabinet (data@pmc.gov.au), Bureau australien de statistique et Bureau du Commissaire à l'information de l'Australie (enquiries@oaic.gov.au); Autres acteurs impliqués. Gouvernement: Département du Procureur général, Trésorerie, Ombudsman du travail équitable, Institut australien de la santé et du bien-être social, Département des services sociaux, Département de l'industrie, de l'innovation et des sciences et Département de la santé, Département des services sociaux, Bureau australien des impôts et Police fédérale australienne, Etat et gouvernements de territoire. Organisations non gouvernementales (y compris australiennes) Open Government Partnership Réseau, Open Data Institute Queensland, Open Knowledge Foundation, Electronic Frontiers Australia, Australian Privacy Foundation, d’autres groupes de défense de la vie privée, d’organisations de défense des droits numériques), d’associations de bibliothèques et du public.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

6. Créer et maintenir la confiance du public pour répondre aux préoccupations concernant le partage et la publication des données

Texte d'engagement:

L’Australie renforcera la confiance du public autour du partage et de la diffusion des données.

Pour ce faire, nous allons activement informer le public de la manière dont les données ouvertes sont utilisées pour mieux communiquer les avantages et comprendre les préoccupations du public, et nous améliorerons la capacité de gestion des risques d'atteinte à la vie privée au sein du gouvernement.

[...]

Jalons:

  1. Développez une conversation continue et collaborative avec le public sur les risques et les avantages du partage et de l'intégration des données:
    1. Établir un groupe d'experts chargé de conseiller le gouvernement et d'aider à communiquer: la valeur et l'utilité du partage et de l'intégration des données; comment le gouvernement utilise les données qu'il recueille; et comment le gouvernement protège les renseignements personnels.
    2. Élaborer et mettre en œuvre un processus d'engagement du public pour démontrer des exemples d'intérêt public et permettre un dialogue continu avec le public.
  2. Améliorez la protection de la vie privée et des informations personnelles lors de l'utilisation et du partage des données:
    1. Publier publiquement un processus permettant aux agences gouvernementales de déterminer si les données sensibles peuvent être rendues suffisamment confidentielles pour permettre une publication ouverte
    2. Travailler avec le bureau du commissaire australien à l'information pour améliorer la capacité de gestion des risques d'atteinte à la vie privée dans la fonction publique australienne
    3. Répondre aux recommandations de la Commission de la productivité sur les droits des consommateurs et les sauvegardes des données.
  3. Se conformer aux meilleures pratiques internationales en matière de principes de données ouvertes et participer à des forums mondiaux sur les données:
    1. Adopter la Charte internationale des données ouvertes et élaborer une déclaration publique de haut niveau avec consultation publique.
    2. Participer au groupe International Open Data Stewards.

Institution responsable: Département du Premier ministre et du Cabinet, Bureau australien de statistique et Bureau du Commissaire australien à l'information

Institution (s) de soutien): Voir le plan d’action national pour une liste complète.

Date de début: 2016 décembre Date de fin: Juillet 2018

Note éditoriale: Ceci est une version partielle du texte d'engagement. Pour le texte de l'engagement complet, voir le Plan d'action national pour l'Australie disponible à l'adresse suivante: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Australia_NAP_2016-2018_0.pdf.

Contexte et objectifs

Cet engagement représente un certain nombre d'étapes pour créer et maintenir la confiance du public dans la manière dont le gouvernement partage les informations qu'il a collectées. Il vise à sensibiliser aux avantages du partage des données et des protections contre les utilisations abusives, à renforcer ces protections et à adopter des principes de transparence reconnus à l'échelle internationale.

La Commission de la productivité, dans son rapport sur la disponibilité et l'utilisation des données, ont identifié le besoin de créer et de conserver la confiance du public dans la manière dont les données sont gérées et utilisées comme clé pour obtenir les nombreux avantages potentiels de l'utilisation des données. Une enquête menée par le Bureau du Commissaire australien à l'information (OAIC) ​​dans 2013 a révélé que près de la moitié des Australiens interrogés ne sont pas à l'aise avec le fait que des agences gouvernementales partagent des informations personnelles à leur sujet avec d'autres agences gouvernementales, ou d'utiliser leurs informations à des fins de recherche, de développement de services ou d'élaboration de politiques.

Comme l'a signalé la Commission, ce manque de confiance peut résulter d'un manque de compréhension de la manière dont la collecte et l'utilisation des données sont réglementées. Le consentement à la collecte et à l'utilisation d'informations personnelles peut être fourni sans une compréhension claire des termes et conditions de ce consentement et un manque de contrôle sur ce qu'il advient des informations personnelles une fois qu'elles ont été fournies. Il existe également plusieurs exemples notoires dans le secteur public impliquant des violations de la cybersécurité ou la ré-identification de données anonymisées sur la base d'une correspondance avec des informations non sensibles disponibles au public. L'absence de responsabilité en cas d'utilisation abusive ou de protection inadéquate des informations personnelles, l'asymétrie d'accès aux informations sensibles ou la compréhension de ses implications, et la complexité générale du paysage des données peuvent toutes contribuer à éroder la confiance.

Dans son rapport sur la disponibilité et l'utilisation des données, la Commission de la productivité a estimé qu'une "réforme globale de l'infrastructure de données de l'Australie est nécessaire", notamment en renforçant les droits des consommateurs, en améliorant les garanties, en renforçant la transparence et en gérant efficacement les risques. La Commission a formulé un certain nombre de recommandations concernant les droits des consommateurs et les garanties relatives aux données. Celles-ci incluent le droit des consommateurs d’accéder à leurs données et de les utiliser; réforme législative introduire une approche globale fondée sur les risques par les agences gouvernementales pour le partage et la diffusion des données gouvernementales; et la nécessité de nouer un dialogue avec la communauté, y compris des forums de consultation afin de répondre aux préoccupations de la communauté concernant une utilisation accrue des données.

Les jalons comprennent un certain nombre d’éléments spécifiques, tels que la création d’un groupe d’experts, les processus de publication, la suite donnée aux recommandations ou l’adoption de la charte. Cependant, d'autres éléments, tels que le travail avec l'OAIC ou la participation au groupe des délégués syndicaux, sont plus subjectifs. Globalement, cet engagement est donc d'une spécificité moyenne.

Jalon 6.1: La mise en place d’un groupe d’experts et d’un processus d’engagement du public améliorera potentiellement l’accès du public à l’information sur la manière dont le gouvernement utilise les données qu’il recueille et génère. En fournissant des conseils au gouvernement et en favorisant un dialogue permanent, les forums permettront au public de s’informer davantage sur les pratiques de partage de l’information du gouvernement. Cependant, l'engagement ne donne aucune indication quant à savoir si ces forums seront en mesure d'influencer les décisions ou les réformes dans ce domaine. La relation entre le groupe d'experts et les dispositifs de gouvernance existants pour les projets d'intégration de données au sein de la fonction publique, par exemple le groupe de données des secrétaires et le groupe de données des sous-secrétaires, n'est pas claire non plus.

Jalon 6.2: La création d'un processus permettant aux agences gouvernementales de déterminer si les données sensibles peuvent être rendues suffisamment confidentielles pour permettre une publication ouverte est destinée à augmenter la publication ouverte de données anonymisées ou anonymisées. De même, l'amélioration de la capacité de gestion des risques d'atteinte à la vie privée devrait encourager la divulgation d'informations lorsqu'il existe un faible risque que des informations sensibles soient divulguées ou utilisées de manière inappropriée. Cela pourrait à son tour augmenter la quantité d'informations divulguées au public. Son impact sur la confiance croissante dans la collecte et l'utilisation d'informations par le gouvernement dépendra toutefois de la transparence du processus ainsi que de sa mise en œuvre et de son application. L'ampleur des informations supplémentaires disponibles est donc incertaine, mais devrait être modérée.

Cette étape oblige également le gouvernement à donner suite aux recommandations de la Commission de la productivité sur les droits des consommateurs et la protection des données. Les recommandations de la Commission de la productivité sont nombreuses et appellent une réforme complète de l'infrastructure de données de l'Australie. Elles visent également à augmenter la quantité d'informations gouvernementales rendues publiques, de manière intégrale ou indirecte via un groupe d'utilisateurs limité, auquel on peut faire confiance pour ne pas identifier toute utilisation ou publication publique.

Jalon 6.3: L'adoption de la Charte internationale des données ouvertes représente un engagement international visant à rendre les données accessibles au public. La Charte des données ouvertes est une collaboration entre le gouvernement et des experts qui s’emploient à intégrer une culture et une pratique de la transparence au sein du gouvernement. L'adoption de la charte implique de souscrire à six principes pour l'ouverture des données. Les institutions qui adoptent la charte devraient également "participer activement aux mécanismes de responsabilisation externe et d'évaluation d'impact reconnus en matière de données ouvertes". Par conséquent, l’adoption de la charte fournit une base supplémentaire à la critique publique de l’action ou de l’inaction du gouvernement à l’égard de ses engagements en matière de données ouvertes. Cependant, en soi, il ne fournit pas de mécanisme de réparation entraînant une plus grande responsabilisation des fonctionnaires et, s'il peut accroître la convivialité des données publiées, il peut n'avoir qu'un impact limité sur l'amélioration de l'accès aux informations du gouvernement.

Lors de la préparation de ce rapport, des entretiens et des forums ouverts ont été soulevés concernant les recommandations de la Commission de la productivité et la question de savoir si elles reflétaient correctement les intérêts individuels en matière de protection de la vie privée par rapport aux avantages de l'extension de la disponibilité et de l'utilisation des données. La disponibilité des ressources au sein des agences gouvernementales pour améliorer leur capacité de gestion des risques et pour faire respecter les exigences de confidentialité et autres a également été évoquée. Les personnes interrogées ont estimé qu'il s'agissait d'un obstacle plus important que la publication des processus ou des directives de l'OAIC, avec des questions à savoir si les annonces budgétaires d'un fonds de modernisation du secteur public serait suffisant. Le gouvernement devait s’engager à mettre en place un processus de consultation faisant plus que chercher à promouvoir ses initiatives dans ce domaine. Les commentaires des forums ouverts de Sydney et de Melbourne ont également suggéré que les récents projets de couplage de données dans le Commonwealth, les États et les territoires et leur impact sur la confiance du public devraient également être pris en compte dans l'engagement.

Aboutissement

Jalon 6.1: Ce jalon a été retardé et n'a pas été démarré après la première année de mise en œuvre. Le temps nécessaire pour répondre correctement aux nombreuses questions soulevées dans les recommandations (voir le jalon 6.2 ci-dessous) a retardé la mise en place d'un groupe d'experts et la mise en place du processus de participation du public comme prévu à l'origine. PM & C a indiqué qu'un processus de consultation sur la réponse était en cours et que plusieurs tables rondes avaient été organisées avec des groupes d'entreprises et des organisations de la société civile, mais que cela ne visait pas directement cet objectif. Ce jalon n’a donc pas été commencé à la date de clôture.

Jalon 6.2: Ce jalon était à l'heure et pratiquement achevé à la date de clôture. Le commissaire australien à l'information et à la protection de la vie privée et le secrétaire du PM & C ont annoncé conjointement l'élaboration d'un nouveau code de protection de la vie privée des agences du gouvernement australien sur 18 May 2017. Le code définira les exigences spécifiques et les principales étapes pratiques que les agences doivent accepter pour se conformer aux principes australiens de protection de la vie privée en vertu de la loi sur la protection des renseignements personnels 1988. Un brouillon de consultation a été publié sur 30 June 2017. Les soumissions ont été invitées jusqu’à 11 August 2017 et ont été publiées sur le site Web de OAIC. La version finale du code a été enregistrée sur 27 October 2017.

En mai, 2017, le gouvernement australien a mis en place un groupe de travail composé de représentants de différents ministères et organismes gouvernementaux, chargé de répondre aux recommandations de la Commission de la productivité. Une réponse est attendue vers la fin de 2017. Lors des entretiens consacrés à la préparation du présent rapport, PM & C a indiqué que les recommandations de la Commission concernant les droits et garanties des consommateurs étaient étroitement liées à d'autres recommandations ayant une incidence sur cet engagement et sur d'autres engagements du plan d'action national (y compris l'engagement 5 - ensembles de données de grande valeur). Le ministre des Villes et de la Transformation numérique, Angus Taylor, a récemment indiqué que le gouvernement soutiendrait un cadre de droits des données relatives à la consommation, qui donnerait aux individus davantage de droits sur leurs données afin d'encourager la concurrence.

En outre, un processus permettant aux agences gouvernementales de publier des données ouvertes a été publié sur 7 December 2017, après la période de mise en œuvre sous examen, et sera développé dans le rapport de fin de trimestre.

Jalon 6.3: Ce jalon a été pratiquement terminé à temps. Le gouvernement a adopté la Charte des données ouvertes sur 27 March 2017. Dans le rapport d'auto-évaluation à mi-parcours du gouvernement, il est suggéré que l'Australie propose de soutenir le secrétariat de la Charte lors de l'établissement des groupes de travail sur la Charte et des projets pilotes au cours des prochains mois 12. Toutefois, il n'y a aucune preuve publique de cela.

Le 25 de mai, le gouvernement a annoncé une nouvelle initiative: le partenariat pour l’intégration des données en Australie (DIPA), qui vise à appuyer l’intégration et l’analyse des données détenues par le gouvernement. Cette initiative ne fait pas partie de l'engagement mais est pertinente par rapport à ses objectifs de renforcement de la confiance dans le partage et la publication des données par le gouvernement. La DIPA cherchera à s'appuyer sur des projets d'intégration de données, notamment le projet d'intégration de données multi-agences (MADIP) et l'environnement de données d'analyse longitudinale des entreprises. Le MADIP, par exemple, est un partenariat entre six agences gouvernementales du Commonwealth intégrant des données de recensement avec des ensembles de données comprenant des soins de santé, des paiements de prestations gouvernementales et un impôt sur le revenu. Le projet a été lancé dans 2015 pour faciliter l'analyse des politiques, des programmes et des services du gouvernement. L’Australian Bureau of Statistics (ABS), en tant qu’organisme chargé de protéger l’accès aux données anonymisées reliées par le projet, a récemment publié quatre études de cas démontrant certains des avantages du projet, ainsi que la consultation d'un éventail d'intervenants intéressés et la commande d'une déclaration d'impact sur la vie privée.

Il n'y a pas de résultats préliminaires disponibles.

Prochaines étapes

Il est probable que la suite donnée aux recommandations de la Commission de la productivité donnera lieu à un certain nombre d'initiatives à prendre en compte dans le prochain cycle du plan d'action national. Le processus de collaboration engagé dans le jalon 1 pourrait être adapté pour développer et mettre en œuvre cette réponse.

La création et le fonctionnement d’un groupe d’experts, qui n’était pas achevé au cours de ce cycle, pourraient être inclus dans le prochain plan d’action national. S'il devait être inclus, le groupe d'experts devrait jouer un rôle dans l'examen et la coordination des projets d'intégration de données, y compris l'examen des évaluations des facteurs relatifs à la vie privée et du processus de consultation associé à chaque projet. Le groupe d'experts devrait jouer un rôle clairement défini dans la gouvernance des projets de gestion des données au sein de l'APS et compléter le rôle de surveillance exercé par le Commissaire australien à la protection de la vie privée et d'autres organes similaires.

Un examen des ressources nécessaires pour soutenir le rôle du commissaire à l'information australien dans la surveillance et l'application du code de protection de la vie privée des agences gouvernementales australiennes pourrait également être entrepris, ainsi que des implications en termes de ressources liées au respect du code dans les agences, afin de garantir la disponibilité des ressources adéquates.


Commission de la productivité, Disponibilité et utilisation des données, Rapport de demande n ° 82, 31 March 2017 au p 121 http://www.pc.gov.au/inquiries/completed/data-access#report 'Rapport de données).

Au p 11.

Au p 12.

Dr Vanessa Teague, Dr Chris Culnane et Dr Ben Rubinstein, "Le processus simple de réidentification des patients dans les dossiers de santé publique", à l'Université de Melbourne, Le Poursuite, 18 December 2017, https://pursuit.unimelb.edu.au/articles/the-simple-process-of-re-identifying-patients-in-public-health-records

Rapport de données au point 127-129.

Rapport de données à la p 35.

Recommandation 5.1

Recommandation 8.1

Recommandation 6.8.

Recommandation 10.1.

Le groupe de données des secrétaires et le groupe de données des secrétaires adjoints ont été créés dans le cadre du modèle de gouvernance de la politique de données recommandé dans le rapport de gestion des données du secteur public 2015, https://www.pmc.gov.au/resource-centre/public-data/public-sector-data-management-report

À savoir que les données devraient être: ouvert par défaut; en temps opportun et complet; accessible et utilisable; comparable et interopérable; pour améliorer la gouvernance et la participation des citoyens; et pour le développement inclusif et l'innovation: voir Charte de l'Open Data, Principes ', https://opendatacharter.net/principles/

Open Data Charter, 'FAQ', disponible à l'adresse https://opendatacharter.net/faq/ (consulté 6 / 4 / 2018).

Entretien avec Anonyme, avocat du gouvernement ouvert, réunion téléphonique, 30 August 2017; Kat Szuminska, directrice, Open Australia Foundation et membre du Forum pour un gouvernement ouvert, réunion téléphonique, 11 septembre 2017; Forum ouvert de Melbourne, 24 August 2017.

OpenGovAsia, 'Le gouvernement australien investira un million de 350 AU $ sur des années 3 pour moderniser, transformer et améliorer la productivité de la fonction publique', https://www.opengovasia.com/articles/7585-australian-government-to-invest-au3500-million-over-3-years-to-modernise-transform-and-enhance-productivity-of-the-public-service.

Forum ouvert de Sydney, 22 August 2017; Forum ouvert de Melbourne, 24 August 2017. Stephen Easton, «Le couplage des données pangouvernementales se dessine dans tout le pays», pour des exemples d'initiatives prises par des États et des territoires, The Mandarin, 26, octobre 2017 https://www.themandarin.com.au/85285-whole-of-government-data-linkage-takes-shape-across-the-nation/

Entretien avec PM & C, ACT de Canberra, 7 de septembre 2017.

OAIC, 'Développement d'un code de confidentialité à l'échelle de l'APS', https://www.oaic.gov.au/media-and-speeches/statements/developing-an-aps-wide-privacy-code

OAIC, 'Information de la consultation: Code de gouvernance de la confidentialité de l'APS', https://www.oaic.gov.au/engage-with-us/consultations/aps-privacy-governance-code/consultation-information-aps-privacy-governance-code

PM & C, 'Taskforce Disponibilité et utilisation des données', https://www.pmc.gov.au/public-data/data-availability-and-use-taskforce.

Le mandarin, "Taylor appelle à un droit universel des citoyens sur les données afin de créer une nouvelle ère de concurrence", 26 September 2017, https://www.themandarin.com.au/84134-taylor-calls-citizen-data-ownership-drive-new-competition-era/ L’intention de légiférer pour un nouveau droit relatif aux données des consommateurs a été officiellement annoncée sur 26 November 2017, https://ministers.pmc.gov.au/taylor/2017/australians-own-their-own-banking-energy-phone-and-internet-data

PM & C, 'Publication du processus de publication des données publiques au niveau de l'enregistrement des unités sensibles sous forme de données ouvertes', https://blog.data.gov.au/news-media/blog/publishing-sensitive-unit-record-level-public-data

Une lettre de la ministre adjointe, Taylor, adoptant la charte est publiée sur le site Web de la charte des données ouvertes, https://drive.google.com/file/d/0B44SovahLueTMVNYY3pKNFh6ajAyZklScThvVWdOMlRLbkxB/view.

PM & C, 'Partenariat d'intégration de données pour l'Australie', https://www.pmc.gov.au/public-data/data-integration-partnership-australia

ABS, 'Consultation MADIP et évaluation indépendante de l'impact sur la vie privée', http://www.abs.gov.au/websitedbs/D3310114.nsf/home/Statistical+Data+Integration+-+MADIP+Consultation

Résumé du statut de fin de session IRM

Engagement 6. Renforcer et maintenir la confiance du public pour répondre aux préoccupations concernant le partage et la diffusion des données

Texte d'engagement:

L’Australie renforcera la confiance du public autour du partage et de la diffusion des données.

Pour ce faire, nous allons activement informer le public de la manière dont les données ouvertes sont utilisées pour mieux communiquer les avantages et comprendre les préoccupations du public, et nous améliorerons la capacité de gestion des risques d'atteinte à la vie privée au sein du gouvernement.

[...]

Jalons:

  1. Développez une conversation continue et collaborative avec le public sur les risques et les avantages du partage et de l'intégration des données:
    • Établir un groupe d'experts chargé de conseiller le gouvernement et d'aider à communiquer: la valeur et l'utilité du partage et de l'intégration des données; comment le gouvernement utilise les données qu'il recueille; et comment le gouvernement protège les renseignements personnels.
  • Élaborer et mettre en œuvre un processus d'engagement du public pour démontrer des exemples d'intérêt public et permettre un dialogue continu avec le public.
  1. Améliorez la protection de la vie privée et des informations personnelles lors de l'utilisation et du partage des données:
    • Publier publiquement un processus permettant aux agences gouvernementales de déterminer si les données sensibles peuvent être suffisamment confidentielles pour permettre une publication ouverte.
    • Travailler avec le bureau du commissaire australien à l'information pour améliorer la capacité de gestion des risques d'atteinte à la vie privée dans la fonction publique australienne
    • Répondre aux recommandations de la Commission de la productivité sur les droits des consommateurs et les sauvegardes des données.
  2. Se conformer aux meilleures pratiques internationales en matière de principes de données ouvertes et participer à des forums mondiaux sur les données:
    • Adopter la Charte internationale des données ouvertes et élaborer une déclaration publique de haut niveau avec consultation publique.
    • Participer au groupe International Open Data Stewards.

Institution responsable: Département du Premier ministre et du Cabinet, Bureau australien des statistiques et Bureau du Commissaire australien à l'information (OAIC)

Institution (s) de soutien): Voir le plan d’action national pour une liste complète.

Date de début: 2016 décembre Date de fin: Juillet 2018

Note éditoriale: Ceci est une version partielle du texte d'engagement. Pour le texte de l'engagement complet, voir le Plan d'action national pour l'Australie disponible à l'adresse suivante: https://www.opengovpartnership.org/sites/default/files/Australia_NAP_2016-2018_0.pdf.

But de l'engagement:

Cet engagement comprenait un certain nombre d'étapes visant à établir et à maintenir la confiance du public dans la façon dont le gouvernement partage les informations qu'il a collectées. Il cherche à dialoguer avec le public sur les risques et les avantages du partage de données et les protections contre les abus. Il a également cherché à accroître ces protections - par exemple, en établissant des orientations pour les agences gouvernementales sur la manière dont les informations sensibles peuvent être divulguées et en améliorant la gestion des risques de confidentialité - et d'adopter des principes internationalement reconnus pour l'ouverture des données.

Statut

Mi-parcours: substantiel

Dans l'ensemble, cet engagement a été substantiellement achevé au cours de la première année du plan d'action national. Aucun progrès n'a été réalisé sur l'étape 1, principalement en raison des retards liés à la préparation d'une réponse du gouvernement à un rapport sur la disponibilité et l'utilisation des données qui avait été préparé par la Commission de la productivité (voir la discussion de l'engagement 5 ci-dessus). Un processus permettant aux agences gouvernementales de publier des données ouvertes a été publié le 7 décembre 2016 (étape 2a) et un nouveau code de confidentialité des agences gouvernementales australiennes a été rendu public le 18 mai 2017 (étape 2b).

Un groupe de travail a été créé pour travailler sur la réponse du gouvernement au rapport de la Commission de la productivité, y compris des recommandations sur les droits des consommateurs et les garanties pour les données, le ministre responsable indiquant le soutien du gouvernement à accorder aux individus de plus grands droits sur leurs données (étape 2c). Le gouvernement a adopté la Charte des données ouvertes, telle qu'établie à l'étape 3, le 27 mars 2017. En dehors de cet engagement mais en rapport avec ses objectifs, le gouvernement a également annoncé le partenariat d'intégration de données pour l'Australie (DIPA) pour soutenir l'intégration et l'analyse des données détenues par le gouvernement, en s'appuyant sur les projets d'intégration de données existants, notamment le projet d'intégration de données multi-agences ( MADIP), un partenariat entre six agences gouvernementales du Commonwealth intégrant des données de recensement avec des ensembles de données concernant les soins de santé, les paiements de prestations gouvernementales et l'impôt sur le revenu.

Pour plus d'informations, veuillez consulter le rapport d'étape à mi-parcours.

Fin du mandat: substantiel

Milestone 1: Cette étape a vu son achèvement limité pendant la durée du plan d'action national. En répondant au rapport sur la disponibilité et l'utilisation des données de la Commission de la productivité, le gouvernement s'est engagé à s'engager activement avec la communauté sur les questions liées à la disponibilité et à l'utilisation des données. Le gouvernement s'est également engagé à créer un Conseil consultatif national des données qui comprendra des experts extérieurs au gouvernement, notamment des entreprises, de la société civile et des universités, un appel à manifestation d'intérêt ayant été lancé le 4 juillet 2018.

Milestone 2: Ce jalon a été achevé. Le code APP de confidentialité (Australian Government Agencies - Governance) 2017 (Privacy Code) a été officiellement enregistré le 26 octobre 2017. Le Code vise à améliorer la capacité de gestion des risques liés à la vie privée en établissant des exigences pour les agences gouvernementales dans le cadre de leurs obligations en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels de 1988. Il s'agit notamment de la nécessité d'un plan de gestion de la vie privée, de responsables de la protection de la vie privée désignés pour exécuter certaines fonctions liées à la vie privée et d'un officier supérieur pour agir en tant que champion de la vie privée afin de promouvoir une culture de la vie privée et de diriger les questions stratégiques de confidentialité. Des évaluations des facteurs relatifs à la vie privée sont requises pour tous les projets à haut risque de confidentialité. Une éducation ou une formation appropriée en matière de protection de la vie privée doit également être dispensée à tous les organismes gouvernementaux lors de l'introduction et chaque année, et les processus internes de protection de la vie privée doivent être régulièrement revus. Le Bureau du Commissaire australien à l'information (OAIC) ​​a également publié divers guides et documents à l'appui.

Le gouvernement a publié sa réponse au rapport sur la disponibilité et l'utilisation des données de la Commission de la productivité le 1er mai 2018. Cette réponse comprenait un engagement à introduire un droit sur les données des consommateurs pour permettre aux consommateurs d'accéder à leurs données, y compris les données de transaction, d'utilisation et de produit, dans un format qui leur permettrait de les fournir à d'autres. Des normes de l'industrie seront établies pour fournir des garanties de confidentialité et de sécurité, supervisées par l'OAIC et la Commission australienne de la concurrence et des consommateurs.

Milestone 3: Cette étape a été pratiquement achevée. Le gouvernement a adopté la charte des données ouvertes le 27 mars 2017 et a indiqué qu'il avait proposé de soutenir le secrétariat de la charte lors de la création des groupes de travail sur la charte et des projets de test au cours des 12 prochains mois, mais aucune information sur l'étendue du soutien offert n'est disponible. Disponible publiquement.

Dans une interview pour ce rapport, James Horton, fondateur et chef de la direction de Datanomics Pty Ltd et membre du Open Government Partnership Le Forum a estimé qu'il est probable que l'adoption de la charte représente l'intérêt actuel du gouvernement pour l'utilisation potentielle de données publiques ouvertes, mais qu'il est peu probable en soi qu'il conduise à une augmentation des informations mises à disposition.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: n'a pas changé

Participation civique: n'a pas changé

Le chercheur de l'IRM n'a pu trouver aucune information accessible au public à la fin de la durée du plan d'action national sur la question de savoir si l'engagement a conduit à une augmentation de l'information gouvernementale accessible au public. Les jalons relatifs à la participation civique ont été achevés de façon limitée, sans changement dans la pratique gouvernementale.

En publiant un processus permettant aux agences gouvernementales de déterminer si les données sensibles peuvent être publiées en toute sécurité dans un format ouvert, le gouvernement a cherché à encourager la publication d'ensembles de données supplémentaires.

Cependant, les informations sur l'utilisation du processus ou sur la mesure dans laquelle des données sensibles ont pu être publiées ultérieurement ne sont pas collectées par le ministère du Premier ministre et du Cabinet (PM&C).

Le Code de confidentialité des agences gouvernementales est entré en vigueur le 1er juillet 2018. Le chercheur de l'IRM n'a pu trouver aucune information sur son utilisation ou son impact sur la divulgation d'informations gouvernementales au moment de la rédaction de ce rapport. Il n'y a pas non plus d'informations sur l'effet, le cas échéant, de l'adoption de la Charte des données ouvertes sur la publication d'informations gouvernementales supplémentaires.

Le gouvernement a donné l'occasion de commenter les questions de risques et d'avantages du partage et de l'intégration des données, lors de consultations publiques, y compris dans l'élaboration du Code de confidentialité et des projets d'intégration de données, dont MADIP, sous la responsabilité du Bureau australien des statistiques. Cependant, d'autres éléments de la DIPA ne se sont pas jusqu'à présent engagés dans une consultation publique. L'étape 1, la création d'un groupe d'experts et le processus d'engagement du public, ont été achevés de manière limitée et, par conséquent, le changement de pratique gouvernementale à la suite de la mise en œuvre est codé comme `` n'a pas changé '' pour la participation civique.

Reportés?

Le deuxième plan d'action national comprend un engagement à améliorer le partage, l'utilisation et la réutilisation des données du secteur public. Cet engagement intègre la consultation publique dans la mise en œuvre des réformes annoncées par le gouvernement en réponse au rapport de la Commission de la productivité sur la disponibilité et l'utilisation des données. Il comprendra la création d'un Conseil consultatif national des données provenant du gouvernement et de la société civile, et la consultation du public sur une nouvelle loi sur le partage et la diffusion des données qui vise à examiner les garanties et à renforcer la confiance dans l'utilisation des données publiques.

Commission de productivité, enquête sur la disponibilité et l'utilisation des données, https://www.pc.gov.au/inquiries/completed/data-access#report. PM&C, Publication du processus de publication des données publiques au niveau des enregistrements des unités sensibles en tant que données ouvertes, 7 décembre 2016, https://blog.data.gov.au/news-media/blog/publishing-sensitive-unit-record-level-public-data. OAIC, Élaboration d'un code de confidentialité à l'échelle de l'APS, https://www.oaic.gov.au/media-and-speeches/statements/developing-an-aps-wide-privacy-code (consulté 19 / 9 / 2018). Le mandarin, Taylor appelle à un droit universel des données des citoyens pour conduire une nouvelle ère de concurrence, https://www.themandarin.com.au/84134-taylor-calls-citizen-data-ownership-drive-new-competition-era/. L'intention de légiférer pour un nouveau droit sur les données des consommateurs a été officiellement annoncée le 26 novembre 2017: le député d'Angus Taylor, les Australiens posséderont leurs propres données bancaires, énergétiques, téléphoniques et Internet, https://ministers.pmc.gov.au/taylor/2017/australians-own-their-own-banking-energy-phone-and-internet-data Une lettre de la ministre adjointe, Taylor, adoptant la charte est publiée sur le site Web de la charte des données ouvertes, https://drive.google.com/file/d/0B44SovahLueTMVNYY3pKNFh6ajAyZklScThvVWdOMlRLbkxB/view Australian Bureau of Statistics, MADIP Case Studies, http://www.abs.gov.au/websitedbs/D3310114.nsf/home/Statistical+Data+Integration+-+MADIP+Case+Studies. PM&C, disponibilité et utilisation des données; Réponse du gouvernement australien à l'enquête sur la disponibilité et l'utilisation des données de la Commission de la productivité, http://dataavailability.pmc.gov.au/ («Réponse du gouvernement»), p 10. Commissaire national aux données, Conseil consultatif, https://www.datacommissioner.gov.au/advisory-council (consulté 17 / 9 / 2018). OAIC, Privacy (Australian Government Agencies - Governance) APP Code 2017, https://www.oaic.gov.au/privacy/privacy-registers/privacy-codes-register/australian-government-agencies-privacy-code/. Il s'agit notamment de modules de formation en ligne, https://www.oaic.gov.au/agencies-and-organisations/training-resources/, un guide de l'analyse des données et des principes de confidentialité australiens, https://www.oaic.gov.au/agencies-and-organisations/guides/guide-to-data-analytics-and-the-australian-privacy-principles, un guide sur la désidentification et la Loi sur la protection des renseignements personnels, https://www.oaic.gov.au/agencies-and-organisations/guides/de-identification-and-the-privacy-act#further-resources et, avec les données du CSIRO61, un cadre décisionnel de désidentification, https://www.oaic.gov.au/agencies-and-organisations/guides/de-identification-decision-making-framework) (consulté le 19/9/2018). Réponse du gouvernement, http://dataavailability.pmc.gov.au/ Réponse du gouvernement, à la p 7, http://dataavailability.pmc.gov.au/ PM&C, Partenariat pour un gouvernement ouvert Austraila, 2.2 - Bâtir et maintenir la confiance du public pour répondre aux préoccupations concernant le partage et la diffusion des données, https://ogpau.pmc.gov.au/commitment/australias-first-open-government-national-action-plan-2016-18/nap1-commitment-dashboard-4 (consulté 29 / 9 / 2018). Entretien téléphonique avec James Horton, fondateur et chef de la direction de Datanomics Pty Ltd et membre du Open Government Partnership Forum, 27 septembre 2018. OAIC, Information sur la consultation: APS Privacy Governance Code, https://www.oaic.gov.au/engage-with-us/consultations/aps-privacy-governance-code/consultation-information-aps-privacy-governance-code (consulté 18 / 9 / 2018). Australian Bureau of Statistics, Consultation MADIP et évaluation indépendante de l'impact sur la vie privée, http://www.abs.gov.au/websitedbs/D3310114.nsf/home/Statistical+Data+Integration+-+MADIP+Consultation Pour plus d'informations sur DIPA, voir PM&C, Data Integration Partnership for Australia, https://www.pmc.gov.au/public-data/data-integration-partnership-australia. Les documents budgétaires pour le budget 2018-19 faisaient référence à 4 unités analytiques au sein de l'APS travaillant sur des projets d'intégration de données (voir Budget Paper No.4 2018-19, 8 mai 2018, p 10, https://budget.gov.au/2018-19/content/bp4/download/BP4_full.pdf. PM&C, deuxième plan d'action national pour un gouvernement ouvert 2018-20 de l'Australie, https://ogpau.pmc.gov.au/australias-second-open-government-national-action-plan-2018-20. PM&C, Open Government Partnership Australie, améliorer le partage, l'utilisation et la réutilisation des données du secteur public, https://ogpau.pmc.gov.au/commitment/australias-second-open-government-national-action-plan-2018-20/improve-sharing-use-and (consulté 30 / 9 / 2018).

Engagements

  1. Renforcer le cadre anticorruption

    AU0016, 2018, Anti-Corruption

  2. Transparence des dons politiques

    AU0017, 2018, Législation et Réglementation

  3. Partage de données

    AU0018, 2018, Gouvernance numérique

  4. Améliorer la pratique du service public

    AU0019, 2018, Renforcement des capacités

  5. Accès à l'information

    AU0020, 2018, droit à l'information

  6. Améliorer les compétences d'engagement du public dans la fonction publique

    AU0021, 2018, Renforcement des capacités

  7. Examen indépendant de la fonction publique australienne

    AU0022, 2018, Renforcement des capacités

  8. Développer les contrats ouverts

    AU0023, 2018, Anti-Corruption

  9. Protections de Whisters

    AU0001, 2016, Anti-Corruption

  10. Transparence de la propriété bénéficiaire

    AU0002, 2016, Anti-Corruption

  11. Transparence des industries extractives

    AU0003, 2016, Anti-Corruption

  12. Combattre le crime d'entreprise

    AU0004, 2016, Anti-Corruption

  13. Innovation de données

    AU0005, 2016, Gouvernement électronique

  14. Confiance publique dans le partage de données

    AU0006, 2016, Renforcement des capacités

  15. Numérisation des services gouvernementaux

    AU0007, 2016, Renforcement des capacités

  16. Gestion de l'information et lois d'accès

    AU0008, 2016, Renforcement des capacités

  17. La liberté d'information

    AU0009, 2016, Renforcement des capacités

  18. Accès aux données du gouvernement

    AU0010, 2016, Anti-Corruption

  19. Système électoral et partis politiques

    AU0011, 2016, Money in Politics

  20. Cadre d'intégrité national

    AU0012, 2016, Anti-Corruption

  21. Contrats ouverts

    AU0013, 2016, Anti-Corruption

  22. NAP OGP

    AU0014, 2016, Participation publique

  23. Participation du public

    AU0015, 2016, Renforcement des capacités

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!