Ignorer la navigation

Leçons 6 sur le développement durable tirées du forum politique de haut niveau de juillet

Mathilde Bouyé|

Drapeaux de l'ONU

Cette pièce a été initialement publiée sur le World Resources Institute blog.

Aux Nations Unies, il y a près d'un an, les dirigeants du monde ont approuvé les objectifs de développement durable (ODD) visant à mettre l'économie mondiale sur une trajectoire durable. En juillet, beaucoup plus doucement, le Forum politique de haut niveau sur le développement durable s'est réunie à l'ONU pour aider à concrétiser cette promesse en passant en revue les efforts des pays et en offrant aux décideurs du monde entier un lieu d'échange de vues sur la manière d'accélérer cette transition.

Bien que le forum n'ait pas évalué les progrès sur les ODD, il a lancé une discussion clé sur les cadres politiques permettant de mettre en œuvre les objectifs, en se concentrant sur le thème de cette année «Ne laisser personne de côté», sur la base des rapports nationaux volontaires des pays 22.

L’équipe de réalisation des objectifs de développement durable de l’IRG a souligné la nécessité de: cohérence des politiques, se sont associés aux gouvernements suédois et mexicain, à l’OCDE et à une coalition de groupes de réflexion pour organiser une discussion fondée sur les expériences des pays en matière de changements politiques et institutionnels susceptibles de contribuer à faire avancer ce vaste programme de manière cohérente et efficace. Les conclusions des études de cas par pays et un rapport de synthèse sur la cohérence des politiques ont été présentés pour encadrer et alimenter ce débat.

Six leçons principales ont émergé:

  1. La dimension universelle des ODD est assez bien comprise. Les pays déclarants de l'OCDE ont montré leur engagement à mettre en œuvre les ODD chez eux. En écho à une phrase qui cristallise la différence entre les ODD et les objectifs de développement internationaux antérieurs, la Première ministre norvégienne, Erna Solberg, a déclaré que «les ODD ont fait de nous tous des pays en développement», ce qui signifie que tous les pays ont à faire pour rendre leurs sociétés plus équitables et responsables vis-à-vis de l'environnement. L'Allemagne a mis en exergue trois niveaux d'action «étroitement imbriqués» dans ce contexte: en ce qui concerne les impacts nationaux, les impacts transfrontaliers dans d'autres pays et sur les biens publics mondiaux, et le soutien d'autres pays par le biais de politiques de développement.

  2. Les pays commencent à s'engager de manière assez méthodique dans des «processus de localisation» pour intégrer les ODD globaux dans leurs politiques nationales, à travers une cartographie des plans existants et une analyse des écarts. Par exemple, la Finlande a identifié un besoin urgent de se concentrer sur le changement climatique et les emplois. L'Ouganda, le Togo, la Suisse et d'autres pays ont déclaré que pour assurer cet alignement sur les ODD, il a donc fallu non seulement ajuster les cadres existants, mais également définir de nouveaux plans de développement nationaux et stratégies de développement durable. L’Égypte a même inscrit des objectifs de développement durable dans sa constitution. Des efforts supplémentaires sont toutefois nécessaires pour évaluer les synergies et les compromis entre les priorités nationales afin de garantir efficacement la cohérence des politiques dans l'ensemble des priorités nationales.

  3. Les pays reconnaissent la nécessité d’approches pangouvernementales. Stratégies globales, comme en Egypte Vision 2030 ou à Madagascar Plan national de développement, ont été conçus pour permettre des approches intégrées de la planification à travers le spectre des politiques. Bien que les mécanismes de coordination varient considérablement d'un pays à l'autre en termes de leadership et d'organisation, la plupart visent à impliquer des institutions dans l'ensemble du gouvernement. Les ministères responsables ont été identifiés pour chaque ODD au Samoa et en Norvège. La coordination verticale avec les autorités locales a également été renforcée, notamment en Colombie, en Suisse et aux Philippines, qui ont mis en place un mécanisme de coordination infranational des objectifs de développement durable. Les entretiens avec les décideurs montrent cependant que la participation de tous les ministères reste difficile et que les organes de coordination ont besoin de poids politique pour faire avancer les choses. En France, par exemple, alors que le chef du ministère de l’environnement chargé de la mise en œuvre de la loi sur la transition énergétique, la stratégie de développement durable et la stratégie de réduction des émissions de carbone contribuent à renforcer la cohérence entre ces agendas entrelacés, le représentant interministériel chargé de la coordination avec tous les autres ministères pour les ODD peut ne pas avoir le pouvoir d'atteindre cet objectif.

  4. L'accent est mis sur l'inclusion. Des consultations sur les priorités nationales ont été menées dans la plupart des pays rapporteurs avec des représentants de l'ensemble de la société civile au Maroc et à Madagascar, ce dernier ayant accordé une attention particulière à l'inclusion des personnes handicapées et des communautés pauvres. Mais quelques pays sont allés plus loin pour renforcer la société civile. Par exemple, la coalition finlandaise, intitulée Engagement de la société pour le développement durable, est composé de centaines d'acteurs non étatiques, y compris les entreprises 60, qui ont avalisé leurs propres objectifs de contribution aux objectifs de développement durable.

  5. Les initiatives prospectives visent à mettre en place des cadres de suivi et de responsabilisation robustes et inclusifs. Les indicateurs utilisés pour suivre l'évolution ont été renouvelés pour couvrir tous les objectifs de développement durable au Samoa et en Estonie. Le contrôle parlementaire a été souligné par la Norvège, où les ministères rendront compte de leur action en faveur des ODD dans leur proposition de budget au Parlement, et la Corée du Sud, qui a mis en place un groupe consultatif dédié de dirigeants du Congrès. En tant que membre du Open Government Partnership - une initiative internationale pour les réformateurs nationaux engagés à rendre les gouvernements plus ouverts et à l'écoute des citoyens - le Mexique a mis en place un comité spécialisé coordonnant les institutions 25 et une plateforme offrant à tous les citoyens des données actualisées et géoréférencées sur les activités des États et des municipalités.

  6. Le renforcement des capacités est essentiel pour combler les lacunes dans les connaissances, la coordination institutionnelle et la gestion des données, grâce à un appui financier et technique, à des échanges de pratiques optimales et à la recherche. Des stratégies de communication et une formation plus solides sont également nécessaires pour donner aux membres du gouvernement et de la société civile les moyens de faire progresser le programme.

Sur la base de ces premières expériences, WRI et ses partenaires développent un projet plus vaste visant à fournir un soutien dans le pays et une analyse globale sur la manière de renforcer concrètement la cohérence des politiques pour un développement durable. Au-delà du suivi des objectifs de développement durable spécifiques, les futurs forums politiques de haut niveau devraient continuer à passer en revue les efforts des pays pour mettre en place des cadres de gouvernance cohérents et inclusifs, condition préalable à des progrès à long terme pour l'ensemble du programme.

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!