Ignorer la navigation

Leçons des réformateurs: données policières ouvertes

Ces études de cas sont présentées dans les OGP Justice Policy Series, Partie II: Justice ouverte papier. Lis le ici.

Justice Policy Series, Partie II: Justice ouverte Découvrez comment l'application des principes du gouvernement ouvert peut créer des systèmes de justice plus justes et plus efficaces.

 

Initiative des données policières ouvertes aux États-Unis

Le gouvernement des États-Unis a entrepris la Initiative sur les données policières ouvertes dans le cadre de son 2015 Plan d'action national pour remédier aux niveaux élevés de méfiance et de tension entre la police et le public. L'initiative encourage les autorités policières locales à extraire et publier de manière proactive des données policières. Le projet est géré en collaboration par le Bureau des services de police à vocation communautaire du ministère de la Justice et l'organisation à but non lucratif, la National Police Foundation. L'initiative a amélioré l'accès à l'information en créant une base de données centralisée comprenant plus de 130 juridictions et 405 ensembles de données en juin 2020, y compris des villes telles que New York, Los Angeles et Detroit. Le site Web fournit également des outils pour extraire, analyser et publier des données. Ce référentiel a conduit à la publication d'ensembles de données dans de nombreux domaines, notamment sur le recours à la force par la police et les fusillades impliquant des agents. Cependant, la participation des agences est volontaire et le taux d'adoption reste faible. De plus, il est nécessaire d'améliorer la normalisation des données et d'assurer des mises à jour régulières. Les troubles récents aux États-Unis ont ravivé l'intérêt pour les données policières ouvertes alors que les réformateurs appellent à une plus grande transparence de la police. Cette initiative démontre un processus viable pour ouvrir davantage les données policières dans le but ultime de réduire les préjugés et l'utilisation inutile de la force dans les tactiques policières et d'accroître la confiance du public.

 

Légiférer sur la transparence de la police en Inde

En 2009, le Parlement indien a modifié le Code de procédure pénale pour inclure un exigence que tous les services de police divulguent des informations sur les arrestations effectuées. La loi exige que les informations soient publiées quotidiennement au niveau du district et comprennent les noms des personnes arrêtées ainsi que les noms et désignations des policiers qui les ont arrêtés. Bien que ces informations soulèvent des préoccupations concernant la protection de la vie privée, elles peuvent être une étape importante pour minimiser la détention provisoire qui ne respecte pas les droits à une procédure régulière, en particulier dans les contextes où les protections institutionnelles contre les abus de pouvoir et pour l'accès à la justice peuvent être plus faibles. En outre, le siège de la police doit régulièrement rassembler ces informations au niveau de l'État, ainsi que des informations sur les infractions pour lesquelles les personnes arrêtées ont été inculpées. Toutes ces informations sont accessibles au public sous forme de bases de données sur les sites Web officiels des services de police de chaque État. Par exemple, voir Portail de la police d'État du Kerala. Par ailleurs, le National Crime Records Bureau de l'Inde a publié le rapport annuel Rapport sur la criminalité en Inde depuis 1953, qui contient des données sur la criminalité à travers le pays, y compris les cas enregistrés et les personnes arrêtées.

 

AUTRES ENGAGEMENTS OGP

  • Austin, États-Unis: Traduire le fichier annuel de données sur la criminalité dans des formats accessibles au grand public, comme des récits écrits et des cartes interactives (2019-2021).
  • Libéria: Fournir des données policières en direct sur le portail des données ouvertes du Libéria qui comprendraient l'emplacement des dépôts de police, les actions contre la conduite non professionnelle de la police et les cartes de la criminalité (2015-2017).
  • Mexique: Créer un système d'enregistrement normalisé des détenus pour suivre plus efficacement les arrestations, les peines et le temps passé en détention (2013-2015).
  • Royaume-Uni: Mettre les dossiers de police sous contrôle législatif par le biais de la loi de 1958 sur les archives publiques pour assurer la conservation et l'accès à long terme (2013-2015).

 

Crédit photo présenté: Clickmanis via AdobeStock

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaîtra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

contenu similaire

Vignette pour la série de politiques en matière de justice, première partie: Accès à la justice

Série de politiques en matière de justice, partie I: Accès à la justice

Ce document encourage les réformateurs de la justice à mieux se connecter à l'OGP et à ses processus en tant que stratégie de mise en œuvre du changement.

Thumbnail for Justice Policy Series, Partie II: Justice ouverte

Justice Policy Series, Partie II: Justice ouverte

Découvrez comment l'application des principes du gouvernement ouvert peut créer des systèmes de justice plus justes et plus efficaces.

Vignette pour la justice dans OGP

Justice dans l'OGP

OGP s'emploie à accroître la réactivité, la responsabilité et l'inclusion dans tous les systèmes de justice. La justice est un domaine émergent dans le gouvernement ouvert avec un nombre croissant d'engagements à fort impact potentiel.

Open Government Partnership