Ignorer la navigation

Leçons que nous apprenons encore: Points de discussion pour Ottawa

Nathaniel Heller|

Dire que les derniers mois ont été une période intéressante en matière de gouvernement ouvert, en particulier de PGO, est un euphémisme. J'avais l'intention de mettre la main sur un papier pour partager les mises à jour avec la communauté de la société civile de l'OGP, mais chaque fois que j'essayais, une nouvelle mini-crise ou un développement majeur me forçait à faire une pause. Je suis content de l'avoir fait. Je commence à comprendre que nous sommes au milieu d’une période d’apprentissage fascinante qui permet de mieux comprendre où et comment la société civile peut et doit mener des réformes de gouvernement ouvert dans les pays.

By pure coincidence, many of these lessons are playing out in real time in North America, specifically Canada, the US, and Mexico. Closely interrogating our assumptions in all three cases offers up important insights moving forward, at both tactical and strategic levels.  These lessons must be discussed openly within the Steering Committee and within the larger community at the Ottawa Summit.

One:  “Shrinking” civic space is neither permanent, predictable…or easily affected by civil society actors alone.  Lors de la dernière réunion du comité directeur (les comptes rendus complets de ces réunions sont disponibles). ici) nous avons participé à une discussion interactive fascinante avec Thomas Carothers, éminent spécialiste de la démocratie, du Carnegie Endowment for International Peace. Le message principal de Thomas au Comité directeur: oui, on s'inquiète du rétrécissement de l'espace civique dans les pays, mais si vous prenez du recul et examinez les chiffres et les tendances réels, la situation ne sera en réalité pas pire qu'il y a plusieurs années. Ce qui a toutefois changé, c’est que les régimes autoritaires se sentent maintenant plus encouragés à se vanter publiquement de leur dédain pour la gouvernance démocratique plutôt que de la cacher.  

Dans le même ordre d'idées, nous avons fait part de notre inquiétude face à la confiscation par le gouvernement de la Tanzanie du passeport de notre collègue du Comité directeur, Aidan Eyakuze, et à son refus de le laisser voyager à l'extérieur du pays, notamment pour nos réunions.

Pour le meilleur ou pour le pire, c'est le gouvernement qui peut saper ou sauver l'espace civique plus rapidement que tout autre acteur d'un écosystème de gouvernance. Aux États-Unis, les choses se gâtent de plus en plus, mais cela changera éventuellement lorsqu'un autre président siégera à la Maison-Blanche. Au Mexique, malgré le scandale massif et l'indignation nationale et internationale, un changement de gouvernement et d'élections a finalement provoqué un changement. Récemment, la société civile et les dirigeants gouvernementaux mexicains ont annoncé le renouvellement officiel du processus de co-création de l’OGP. dans cette déclaration.  While civil society champions can and should defend civic space as much as possible in any context, we need to calibrate our expectations appropriately. Without some degree of partnership and willingness from government, it’s challenging to simply shout or pressure our way to expanding civic space. When there isn’t meaningful partnership from government (and/or outright hostility towards civil society), playing defense and simply minimizing the damage may be our least-bad approach, as frustrating as that can be.

Two:  Is a terrible OGP National Action Plan (NAP) better than no NAP?  C'est une question épineuse sans réponses faciles. J'ai été dans le camp «no nap» depuis 2017 et rester là, mais c'est un sujet important car OGP avance en posant des questions clés au moment de la publication de l'administration Trump un plan d'action national 4th OGP longtemps retardé. Comme prévu par les observateurs américains aux États-Unis, le plan était en grande partie gênant d'un point de vue matériel, comprenant à peine un certain nombre de programmes gouvernementaux préexistants et demeurant totalement silencieux face aux défis véritablement pressants du gouvernement ouvert aux États-Unis: l'érosion de la démocratie. normes, les conflits d’intérêts importants et les violations de l’éthique au sein du pouvoir exécutif et l’hostilité à l’égard des médias. Le co-création n’a pas non plus été pris en compte lors de l’élaboration du plan, et le mécanisme de rapport indépendant d’OGP permettra sans aucun doute de porter un jugement sévère tant sur la qualité du plan que sur le processus inexistant qu’il a suivi. Pour une autopsie complète du plan, consultez Alex Howard excellent résumé et critique 4th US NAP.

À l'inverse, il y a eu des pom-pom girls et la célébration de la publication du plan par des rappels de gouvernement ouvert de l'ère Obama. Ces amis accordent la priorité au maintien d'un espace politique permettant aux réformateurs de niveau intermédiaire dans la bureaucratie de poursuivre sereinement leur travail de gouvernement ouvert, ce qui aurait potentiellement pu être menacé si les États-Unis avaient continué de violer les exigences de l'OGP en matière de publication d'un nouveau PAN. Les anciens responsables de la Maison Blanche, Cori Zarek et Mary Beth Goodman, offrent cette perspective alternative ici à moyen.

Three:  The short and long-term game.   Si vous avez raté le drame politique et l'intrigue à Ottawa, je recommande The Guardian's résumer of events.  An outcome of this has been the resignation of my most recent ministerial counterpart at the Treasury Board, Jane Philpott (and welcome, Minister Joyce, to the circus!).  She resigned out of solidarity with the former Attorney General, citing her belief that the Trudeau administration had in fact gone too far in pressuring her Cabinet colleague to drop an anti-corruption investigation into a Quebecoise firm, the potential fallout from which (cynics allege) could have cost Labor at the polls this fall.

This sounds like a truism, but like Lucy pulling the football away from Charlie Brown time and again, it’s a hard lesson that civil society leaders (including myself!) need to take more seriously – it’s really hard to trust politicians of any ideology to carry the torch of open government for an extended period.  Presidents and ministers come and go; open government reforms and norm changes take many years (if not generations) to fully implement and cement into place. Our strategies and tactics need to reflect that reality and not be limited solely to short-term sprints around summits or OGP NAPs. If we’re serious about “thinking and working politically” and problem-driven approaches to opening up government, we need to be thinking in five to ten-year chunks of time, not 12-month projects and advocacy goals. That doesn’t mean there aren’t important short-term battles to win or opportunities to seize, but those need to be complemented by a longer-term and more flexible approach to building and maintaining momentum over the medium- and long-term.

Four:  The OGP Local Program is really, really important. At the Steering Committee meeting in December, we debated and failed to reach consensus on expanding the OGP Local Program as it is currently structured. We’ve tasked the OGP Support Unit to explore alternative models that could potentially scale more easily.  If nothing else, these past few months of political whipsawing in Mexico City, Washington, and Ottawa have reinforced the central importance of OGP deepening its roots at the subnational level. Despite the mess on open government associated with the Trump administration in the US on a national level, there’s amazing work going on in Austin, Texas, a founding “Pioneer” of the OGP Local Program. The same goes for the state of Jalisco in Mexico. While it’s challenging and expensive at times to continue investing in local participants in OGP (there are coordination challenges with national governments and a justified anxiety around the potential cost of continuing the scale the OGP Local Program indefinitely), I take solace in knowing that we are helping to support reformers in these countries, even if their national counterparts are going a bit sideways on open government. These strategic hedges are well worth the investment, in my view. I’m looking forward to celebrating their successes in Ottawa while we simultaneously tee up decisions before the Steering Committee regarding how quickly and ambitiously to take the OGP Local Program forward in 2019 and 2020.

Cinq: les «citoyens» comptent toujours.  Dans un gouvernement ouvert, il n’ya peut-être pas de pire machine intellectuelle que l’invocation banale d’un nuage homogène de «citoyens» qui soit la solution à tous nos problèmes. Nous passerons beaucoup de temps à Ottawa, en tant que communauté, à expliquer à quel point le genre, la race, l'ethnie, la religion, l'âge et l'orientation sexuelle jouent un rôle déterminant dans la conception et la mise en œuvre de réformes gouvernementales plus inclusives et équitables qui rencontrent véritablement les communautés et les sont. Mis à part cette critique, il reste vrai que le gouvernement ouvert a toujours été axé sur le renforcement de la voix des citoyens et la création d'un espace dans les systèmes gouvernementaux permettant aux individus et aux communautés de participer à la conception et à l'exécution de programmes de service public. Ainsi, même lorsque nos dirigeants nous échouent, nous ne devrions pas désespérer: il nous incombe toujours de faire en sorte que le gouvernement ouvert fonctionne. Maintenant plus que jamais, nous devons combler ces vides politiques avec une énergie et une créativité renouvelées de la part de jeunes leaders, de femmes fortes et courageuses, de communautés autochtones et de défenseurs des droits des LGBTQ +. La nouvelle opération photo pour OGP ne sera peut-être plus un ensemble de dirigeants politiques (généralement des hommes) vêtus de costumes devant des drapeaux nationaux, mais une constellation bien plus riche et diversifiée de militants de la jeunesse, de maires et de défenseurs des droits des femmes. et les chefs traditionnels. J'ai hâte de voir cette photo Ottawa en mai!

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!