Ignorer la navigation
Lettonie

Renforcer le dialogue avec le public dans les processus décisionnels (LV0048)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action pour la Lettonie 2021-2025 (décembre)

Cycle du plan d’action :

Statut:

Institutions

Institution responsable : VK, TM, FM (VID)

Institution (s) de soutien:

Domaines politiques

Formations, Espace civique, Ouverture fiscale, Liberté d'association, Participation du public, Publication des informations budgétaires / fiscales

Revue IRM

Rapport IRM: Examen du plan d'action de la Lettonie 2022-2025

Premiers résultats : examen du MII en attente

Conception i

Vérifiable : Oui

Pertinent pour les valeurs OGP : Oui

Ambition (voir définition): Haut

Implémentation i

Achèvement : en attente d'examen par le MII

Description

3.1. Renforcer la représentation des partenaires sectoriels et maintenir un dialogue régulier Les ministères identifient et améliorent leur éventail de partenaires de coopération - organisations de la société civile, partenaires sociaux, experts, représentants de l'industrie, ainsi que d'autres organisations et individus dans les domaines d'activité et les groupes cibles du ministère. Les ministères définissent les modalités selon lesquelles ils maintiennent un dialogue permanent avec les partenaires de coopération, ce qui inclut des possibilités de participation aux différents formats du travail du ministère. Les informations sur les possibilités de participer aux travaux du ministère sont facilement disponibles. Les ONG intéressées et d'autres membres du public peuvent devenir partenaires et participer au dialogue de l'industrie avec le public sans restriction

3.2. Des approches efficaces et modernes de participation du public sont utilisées pour développer des décisions équilibrées et de haute qualité dans chaque industrie : (a) s'adressant au grand public et aux différents groupes cibles ; (b) permettre à la société elle-même de résoudre les problèmes et de discuter des décisions en commun, y compris l'utilisation d'approches participatives innovantes (co-création, design thinking, hackathons 47 , think tanks, consultations citoyennes 48 , méthodes délibératives, think tanks, etc.) ; c) informer le public de la mise en œuvre de leurs propositions; d) participation à l'environnement numérique (dialogues organisés numériquement sur des sujets de politique sectorielle, consultation en ligne, plateformes de discussion); (e) offrir des possibilités de participation du public sur le portail TAP ; (f) informer et expliquer de manière proactive les décisions au public, en impliquant des experts de l'industrie, des ONG et des spécialistes de la communication institutionnelle

3.3. Transparence et implication du public dans la mise en œuvre effective, le suivi transparent et responsable des réformes et des investissements financés dans le cadre du Plan du Fonds de relance et du Programme de la politique de cohésion : a) Des représentants du public (associations, fondations, experts) doivent être impliqués dans la planification et mise en œuvre des réformes ou des investissements mis en œuvre dans le cadre du plan du Fonds de relance. Ils sont également impliqués dans des activités d'information sur les résultats des projets mis en œuvre et leur importance pour la société. Les institutions responsables (en fonction du domaine et des spécificités de l'investissement) sont également invitées à évaluer l'implication des associations et fondations dans la mise en œuvre de la réforme et de l'investissement et, si possible, à désigner les associations et fondations comme porteurs de projet ; b) conformément à l'appel lancé par le Premier ministre AK Kariņš lors de la réunion du Conseil du mémorandum du 26 août 2021 49 à garantir une audition publique significative (associations et fondations travaillant sur le terrain) concernant le soutien au titre du programme de la politique de cohésion dans les domaines de la responsabilité Identifier les associations et les fondations (en fonction de la nature de l'investissement) en tant que porteurs de projet afin que les activités du programme de la politique de cohésion puissent également être mises en œuvre par le secteur des ONG

3.4. Séminaires éducatifs pour la société civile sur les possibilités d'utilisation du portail TAP

3.5. Développement d'un modèle de discussions délibératives, discussions initiales et développement ultérieur de formes délibératives

3.6. Etablissement d'un classement des ONG par domaine d'activité, qui permet d'identifier des organisations dans différents domaines ou des organisations représentant certains groupes cibles

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

Examen du plan d'action


Engagement 3 : Renforcer la représentation publique et le dialogue avec le public dans les processus de prise de décision dans tous les secteurs

● Vérifiable : Oui

● A-t-il une optique de gouvernement ouvert ? Oui

● Cet engagement a été regroupé comme suit : Participation significative et efficace du public à l'élaboration de décisions équilibrées et de qualité (Engagements 1 et 3)

● Potentiel de résultats : Substantiel

Groupe 1 (Engagements 1 et 3) : Participation significative et efficace du public à l'élaboration de décisions équilibrées et de qualité

Chancellerie d'État, École d'administration d'État, Ministère de la culture, Ministère de la justice, Fonds d'intégration de la société,Centre de Coordination Transversal, Alliance Civique, Providus

Pour une description complète de l'engagement, voir les engagements 1 et 3 du plan d'action 2022-2025 de la Lettonie : https://www.opengovpartnership.org/documents/latvia-action-plan-2022-2025/

Contexte et objectifs:

Un rapport de l'OCDE sur le gouvernement en 2021 a révélé que les citoyens lettons ont un faible niveau de confiance dans le gouvernement et de satisfaction à l'égard de la démocratie. Seuls 29 % des citoyens ont déclaré que le système politique permet à des personnes comme eux d'avoir leur mot à dire sur ce que fait le gouvernement, contre une moyenne de 41 % dans l'OCDE. Le plan d'action fait référence à une enquête d'opinion publique de 2020 montrant que seuls 18.5 % des citoyens conviennent que leur opinion compte lorsqu'il s'agit d'influencer les développements en Lettonie.

Le plan d'action explique également que les OSC n'ont souvent pas la capacité de participer régulièrement à la prise de décision, ou qu'il n'y a pas assez d'OSC civiles capables de le faire. De plus, l'administration publique ne comprend pas pleinement les avantages de la participation, elle reste donc insuffisante et formalisée autour d'exigences légales et d'un cercle restreint de partenaires de coopération. Le plan d'action indique que l'administration publique n'utilise que peu ou pas de méthodes innovantes de participation.

Au cours du processus de co-création, les citoyens ont indiqué que les possibilités de participer au processus décisionnel sont limitées. Un représentant du gouvernement a également fait remarquer que la société civile avait précédemment critiqué le format du dialogue et de la coopération entre la société civile et le gouvernement avant l'élaboration du plan d'action. En outre, le représentant du gouvernement a confirmé que les engagements répondraient à la nécessité d'élargir le cercle des partenaires avec lesquels les institutions travaillent, d'impliquer davantage la société civile dans le processus de planification des fonds de relance COVID-19 et d'améliorer l'information pour obtenir une meilleure image de la situation civile. paysage social en Lettonie.

Les récents plans d'action lettons ont également inclus des engagements visant à améliorer la participation du public à la prise de décision. Ce groupe d'engagements s'appuie sur les activités du plan d'action 2019-2021 qui ont vu une mise en œuvre substantielle, l'élaboration de lignes directrices sur la participation et le lancement du portail de participation TAP. Le portail TAP publie toutes les informations relatives aux projets d'actes juridiques en un seul endroit et facilite la participation du public à l'élaboration de la législation.

L'Engagement 1 et l'Engagement 3 comprennent des activités qui encourageraient des changements dans les actions gouvernementales pour accroître et améliorer l'engagement avec les citoyens et la société civile. Le MII a regroupé ces engagements pour cette analyse. Ils contiennent 11 jalons, dont l'élaboration d'un cadre pour le dialogue civique (1.1), l'amélioration des réglementations sur la participation civique (1.2), l'organisation d'événements de formation et le partage d'exemples de bonnes pratiques entre les agents publics (1.3, 1.4), le développement d'une plateforme numérique contenant des informations sur les participation (1.5), renforcer le dialogue régulier avec les partenaires non gouvernementaux (3.1), développer des modèles de méthodes de participation innovantes et les appliquer (3.2, 3.5), assurer la transparence et l'implication du public dans la distribution des fonds de relance COVID-19 (3.3), offrir une formation à la société civile sur l'utilisation des portails de participation du gouvernement (3.4) et améliorer l'identification par le gouvernement des partenaires de la société civile (3.5). L'engagement est clairement pertinent pour les valeurs OGP de participation civique et d'accès à l'information.

Potentiel de résultats : Substantiel

Dans l'ensemble, ce groupe d'engagements a un potentiel substantiel de résultats. La mise en œuvre des jalons introduirait des changements structurels positifs dans le dialogue entre le gouvernement et la société civile là où il n'existe pas actuellement, encouragerait des changements dans la participation du public vers des pratiques plus innovantes, engagerait la société civile dans la surveillance des investissements du fonds de relance COVID-19, augmenterait l'accès aux informations sur la participation et offrir de nouvelles possibilités de partage des connaissances.

Puisqu'il n'existe actuellement aucun cadre formalisé pour le dialogue civil, l'étape consistant à développer un cadre de dialogue civil structuré et institutionnalisé (1.1) pourrait modifier considérablement les interactions entre la société civile et le gouvernement. La mise en œuvre fournirait un mécanisme permanent et doté de ressources suffisantes permettant à la société civile de fournir une contribution organisée directement aux responsables politiques et aux décideurs. Les représentants des OSC ont été satisfaits des perspectives d'introduction du dialogue civil, l'un d'eux déclarant qu'il élèverait les consultations avec la société civile au même niveau que les consultations actuelles du Conseil national de coopération tripartite entre le gouvernement, les employeurs et les syndicats ("dialogue social" ) où presque toutes les grandes initiatives gouvernementales sont discutées. Ils ont expliqué que les plans visant à élever le statut du Conseil des mémorandums entre le gouvernement et la société civile et à augmenter ses ressources aideraient à garantir que les institutions gouvernementales s'engagent dans (et perçoivent) le dialogue civique au même niveau que le dialogue social.

Selon un représentant du gouvernement, l'étape du renforcement du dialogue régulier avec les partenaires non gouvernementaux (3.1) serait atteinte en normalisant les règles régissant la manière dont les institutions gouvernementales s'engagent avec les partenaires. S'appuyant sur ces règles normalisées autour de la participation, les étapes 3.2 et 3.5 conduiraient à la publication d'orientations et de modèles de participation qui réduiraient également les obstacles à la compréhension institutionnelle des mesures de participation innovantes. Un représentant du gouvernement a déclaré que leur promotion aiderait les institutions à comprendre pourquoi l'utilisation de méthodes modernes d'engagement est une bonne chose. Ils ont également déclaré qu'en promouvant ces méthodes et exemples (nationaux et étrangers), ils visent à encourager les institutions plus résistantes à aller au-delà des minima participatifs légaux, comme entreprendre des consultations publiques sur les projets finaux de politique, vers l'utilisation de mécanismes délibératifs ou d'autres mécanismes participatifs innovants. . Des représentants de CSO Providus ont déclaré qu'ils soutiendraient la promotion en organisant au moins deux événements délibératifs à grande échelle. Ils ont indiqué que l'introduction de mini-publics délibératifs dans la prise de décision devrait aider à répondre à la priorité d'impliquer les russophones et les personnes à faible revenu en particulier, qui sont les moins susceptibles de s'engager normalement. Si elle est mise en œuvre, cette étape fournira de nombreux exemples de méthodes de participation innovantes utilisées dans les établissements.

La classification des OSC enregistrées par domaines d'activité (1.6) aiderait les institutions à identifier les OSC avec lesquelles elles ne se sont peut-être pas encore engagées dans les domaines politiques pertinents et à élargir leur cercle de partenaires avec lesquels s'engager lors de la prise de décision. À l'heure actuelle, aucune liste de ce type n'existe, de sorte que les institutions s'engagent souvent plus étroitement avec les OSC avec lesquelles elles ont déjà établi des relations.

Une autre étape (3.3) appliquerait l'engagement public et la transparence aux investissements financés dans le cadre du plan de relance de la Lettonie face à la COVID-19 et des fonds de la politique de cohésion de l'UE. Les résultats de cette activité aideraient à répondre aux critiques de la société civile sur le fait de ne pas s'être engagée jusqu'à présent dans le processus d'identification des investissements, selon un représentant du gouvernement. Ils ont également confirmé que les ministères participant à la distribution de ces fonds sont encouragés par la Chancellerie d'État à adopter des mesures plus participatives. Un représentant de la société civile a déclaré qu'encourager et soutenir les activités de type veille aiderait la société civile à remplir cette fonction. À ce stade, ont-ils déclaré, le contrôle civique de ce type d'informations sur les allocations de fonds de l'UE ne dispose pas de ressources suffisantes, et n'est donc ni systématique ni facile à réaliser, et se limite souvent à des enquêtes ponctuelles menées par des journalistes. Les résultats de cette activité pourraient être substantiels si la mise en œuvre conduisait à davantage d'informations facilement disponibles et accessibles, avec une société civile capable d'exercer une fonction de surveillance et avec des institutions interagissant avec elle.

Les jalons liés aux événements de formation pour les fonctionnaires et la société civile, et les bonnes pratiques pour le partage des connaissances (1.3, 1.4, 3.4) aideraient à développer les connaissances et les compétences nécessaires pour soutenir l'adoption des mécanismes et des processus participatifs que l'engagement envisage dans les institutions étatiques. . Ces activités contribueraient à la réussite de la mise en œuvre d'autres jalons au titre des engagements 1 et 3 et favoriseraient plus largement une culture de participation.

Les activités liées à la transparence dans ce groupe (1.2, 1.5) amélioreraient également les pratiques actuelles. D'une part, la mise en œuvre d'améliorations de la réglementation sur la participation du public (règlement 970 du Conseil des ministres "Procédure de participation du public au processus de planification du développement") garantirait que les institutions publient des informations de manière uniforme, cohérente et efficace. Au-delà de cette exigence formelle, l'engagement vise à mettre en œuvre une plate-forme numérique pour publier des documents sur la participation du public qui encourageraient et aideraient à maintenir les connaissances et les compétences des agents publics en matière de participation du public. Les parties prenantes ont déjà identifié le prototype du projet de subventions de l'Alliance civique, de la Chancellerie d'État et de l'Espace économique européen intitulé « Participation publique - La clé de l'avenir démocratique » comme plate-forme potentielle de participation publique numérique. Le site serait interactif et comprendrait des lignes directrices, d'autres des outils de soutien, des conseils pratiques sur la participation et l'ouverture, et fournir au public les dernières informations sur les possibilités de participation. Il n'est cependant pas clair dans quelle mesure, le cas échéant, cela serait intégré ou connecté au portail TAP.

Opportunités, défis et recommandations lors de la mise en œuvre

Un représentant du gouvernement a décrit les plus grands défis prévisibles comme étant les ressources et le manque de capacité institutionnelle pour mettre en œuvre des changements dans toutes les institutions. Alors que la plupart des activités relèvent des budgets existants, le lancement et la maintenance de la plate-forme publique numérique nécessiteraient un financement supplémentaire du budget de l'État, en particulier si elle est développée en tant que plate-forme autonome non intégrée aux sites Web existants. Les activités visant à développer et à encourager l'adoption de méthodes de participation innovantes (3.1, 3.2) nécessitent un financement supplémentaire du budget de l'État, de sorte qu'il pourrait y avoir des limites à l'étendue et au succès de ces actions. Toutefois, le représentant du gouvernement a confirmé que le Fonds d'intégration sociale financerait les activités établissant un mécanisme de dialogue civique.

Alors que certains jalons des engagements sont spécifiques et clairs, d'autres jalons définissent des objectifs plus larges avec des objectifs moins concrets qui peuvent être mesurés. Bien que cela soit prévisible compte tenu du calendrier de quatre ans de ce plan d'action et offre une flexibilité pour améliorer l'impact de la mise en œuvre, il comporte également le risque de perdre le cap. Les institutions de mise en œuvre, les partenaires et le forum multipartite doivent maintenir un dialogue et un suivi réguliers de ces engagements, y compris un contrôle de la mise en œuvre à mi-parcours pour s'assurer que le plan d'action et la mise en œuvre des engagements sont sur la bonne voie.

  • Développer des éventualités pour les activités non financées afin de s'assurer qu'elles peuvent être mises en œuvre. Le gouvernement et les membres du forum multipartite doivent savoir quelles activités sont les moins susceptibles d'obtenir un financement et quelles mesures pourraient être prises pour s'assurer que la mise en œuvre de l'engagement n'est pas totalement perdue. Cela peut nécessiter des mécanismes de financement de l'Union européenne et des conversations avec les organisations donatrices où le financement serait principalement destiné aux activités dirigées par la société civile. Lorsque le financement n'est pas disponible, les institutions et organisations de mise en œuvre devraient essayer d'intégrer des activités dans des activités déjà existantes - par exemple, publier des informations sur des sites Web préexistants plutôt que sur de nouvelles plateformes en ligne. Par exemple, le matériel informatif sur la participation du public pourrait être plus efficace s'il est lié et publié via le portail TAP, plutôt que via un site Web non lié ou séparé. La question du financement signifie également que les institutions qui cherchent à impliquer le public de manière innovante devraient s'assurer que la contribution du public de cette manière est intégrée dans la prise de décision, plutôt que menée comme un exercice de case à cocher.
  • Publier des informations sur le dialogue civique, les règles et orientations pour les institutions sur la participation du public, et les classifications des OSC par domaine d'activité. Veiller à ce que la transparence soit intégrée en tant que caractéristique essentielle de ces différentes étapes contribuerait à accroître la confiance dans les efforts des institutions gouvernementales pour impliquer les acteurs de la société civile et les citoyens concernés. En outre, cela aiderait à garantir que les gens peuvent comprendre ces interactions qui se produisent au niveau du dialogue civique (publication des procès-verbaux des réunions ou des documents produits et utilisés pendant le dialogue civique). Cela aiderait également les citoyens à comprendre de quelle manière ils pourraient s'engager dans des modèles innovants de participation et faciliterait leur contrôle. Le cas échéant, ces informations devraient être facilement et publiquement disponibles sur les plateformes existantes, dans un langage facile à comprendre et accessible (en letton et en russe).
  • Développer des formations en collaboration avec la société civile et intégrer des événements afin qu'ils soient complémentaires aux actions en cours. Veiller à ce que les diverses formations et événements destinés aux agents publics soient complémentaires aux activités qui se déroulent dans leurs juridictions et encourager les actions continues plutôt que les événements ponctuels. Intégrer la société civile dans la conception et la réalisation de ces événements.
  • Créer un moment de contrôle régulier avec les institutions pour s'assurer qu'elles continuent à mettre en œuvre des mécanismes de participation innovants. Les événements prévus pour le partage des connaissances pourraient également inclure un élément de responsabilisation ou de rétroaction qui comprendrait des informations sur les mesures prises par les institutions pour impliquer le public. Un moment de contrôle pourrait également être tiré des rapports réguliers ou annuels à la Chancellerie d'État sur les actions participatives entreprises (ou entreprises au cours des 12 derniers mois), et des informations publiées sur ces actions qui pourraient encourager les institutions qui ne mènent pas ces mesures participatives innovantes pour le faire.
OCDE, Panorama des administrations publiques 2021, Fiche d'information par pays : Lettonie, https://www.oecd.org/gov/gov-at-a-glance-2021-latvia.pdf
Manabalss.lv, « 'Ideas': Open Latvia » (via le site WayBack Machine), https://web.archive.org/web/20220119164117/https://atvertalatvija.manabalss.lv/idejas
Zane Legzdiņa-Joja (Chancellerie d'État), entretien avec l'IRM, 17 juin 2022.
Zane Legzdiņa-Joja (Chancellerie d'État), entretien avec l'IRM, 17 juin 2022.
Voir l'Engagement 5 du plan d'action 2019-2021, Open Government Partnership, IRM Latvia 2019-2021 Transitional Results Report, 28 mars 2022, https://www.opengovpartnership.org/documents/latvia-transitional-results-report-2019-2021/
Didzis Meļķis (Manabalss), entretien avec l'IRM, 19 août 2022 ; Iveta Kazoka (Providus), correspondance avec l'IRM, 15 août 2022.
Ministère du bien-être, Sous-conseil de la coopération tripartite en matière d'affaires du travail, 7 août 2020 https://www.lm.gov.lv/en/sub-council-tripartite-cooperation-labour-affairs
Zane Legzdiņa-Joja (Chancellerie d'État), entretien avec l'IRM, 17 juin 2022,
Zane Legzdiņa-Joja (Chancellerie d'État), entretien avec l'IRM, 17 juin 2022.
Iveta Kažoka (PROVIDUS), entretien avec l'IRM, 23 mai 2022.
Iveta Kažoka (PROVIDUS), correspondance avec l'IRM, 15 août 2022.
Zane Legzdiņa-Joja (Chancellerie d'État), entretien avec l'IRM, 17 juin 2022.
Zane Legzdiņa-Joja (Chancellerie d'État), entretien avec l'IRM, 17 juin 2022.
Iveta Kažoka (PROVIDUS), correspondance avec l'IRM, 15 août 2022.
Le règlement du Cabinet des ministres n° 970 "Procédures de participation du public au développement dans le processus de planification" et le règlement du Cabinet n° 455 du 14 juillet 2020 "Procédures institutionnelles de publication d'informations sur Internet" définissent les modalités de participation du public et les exigences aux autorités de partager des informations sur leurs sites Web dans la section "Participation du public", où elles doivent publier des informations sur leurs partenaires de sociétés, une brève description des principes de la coopération et des contacts clés.
Zane Legzdiņa-Joja (Chancellerie d'État), entretien avec l'IRM, 17 juin 2022.
Zane Legzdiņa-Joja (Chancellerie d'État), entretien avec l'IRM, 17 juin 2022.

Engagements

Open Government Partnership