Ignorer la navigation

Visages du gouvernement ouvert : Sarah Wesonga

Sarah Wesonga|

Rencontrez Sarah Wesonga, chargée de programme pour Transparence et accès à l'information à ARTICLE 19 Afrique de l'Est.

Passionnée par le rôle transformateur de l'information dans la société moderne, Sarah nous guide dans ses efforts pour créer un environnement propice à la transparence et aux droits à l'information tout en explorant les méthodes susceptibles de protéger contre la discrimination en l'honneur des 16 jours d'activisme contre la violence sexiste.

Vous avez travaillé avec ARTICLE 19 sur gouvernance numérique et veiller à ce que tous, partout dans le monde, puissent s'exprimer librement et participer activement à la vie publique sans crainte de discrimination. Qu’est-ce qui vous a inspiré à travailler sur les questions de gouvernement ouvert ?

Dans mon rôle de droits de l'homme praticien axé sur le droit à l'information, j'ai eu l'occasion d'observer l'intersection puissante entre l'accès à l'information, l'autonomisation des citoyens, une participation significative et le renforcement du contrôle et de la responsabilité. Il m’est apparu clairement que lorsque les citoyens peuvent accéder à l’information publique, cela leur permet de revendiquer leurs droits et de demander des comptes à ceux qui sont au pouvoir. Cette prise de conscience a éveillé mon intérêt pour les questions de gouvernement ouvert.

Ma trajectoire a subi un changement significatif au cours de mon travail de plaidoyer pour la promulgation d'une loi nationale sur l'accès à l'information au Kenya, une mesure cruciale exigée par la Constitution. En travaillant sur le processus OGP avec le gouvernement, nous avons mis en lumière le potentiel de tirer parti de l'OGP en tant que plate-forme de plaidoyer stratégique pour rendre le gouvernement du Kenya plus ouvert, plus responsable et plus réactif envers ses citoyens. 

Alors que les gouvernements continuent de constater de grands changements à l’ère numérique, quels outils numériques émergents sont les plus innovants pour la démocratie ?

Les gouvernements du monde entier reconnaissent le potentiel transformateur des technologies émergentes en tant que catalyseurs du progrès. Les démocraties investissent massivement dans données ouvertes plateformes pour rendre les données gouvernementales accessibles au public et permettre aux citoyens d’analyser les informations et de prendre des décisions éclairées. Simultanément, les plateformes de médias sociaux comme Facebook, X, YouTube et TikTok offrent des espaces de discours public, d’activisme politique et de diffusion d’informations. Même si les médias sociaux exigent une approche nuancée pour relever des défis tels que la désinformation et les préjugés algorithmiques, ils restent déterminants pour promouvoir l'engagement des citoyens, en offrant des espaces de dialogue ouvert, liberté d'expression, et les commentaires du public.

De plus, l’intelligence artificielle (IA) joue un rôle central dans l’analyse des données, aidant les gouvernements à prendre des décisions fondées sur les données pour une planification politique efficace et une prise de décision éclairée. Avec des applications couvrant la santé, l'agriculture, le climat, énergie, et le développement urbain, les gouvernements du monde entier intègrent l’IA pour relever les défis de la vie réelle. La technologie blockchain gagne également en importance pour garantir l'intégrité et la sécurité des transactions gouvernementales, en particulier dans des domaines tels que les systèmes de vote sécurisés, la tenue transparente des registres, et même marchés publics.

Les réformateurs du gouvernement ouvert comme vous ont exprimé leurs inquiétudes quant à l’utilisation non réglementée de l’intelligence artificielle, des algorithmes, etc. Quels sont les risques associés à ces outils numériques s’ils ne sont pas réglementés ?

L’une des principales préoccupations des outils numériques non réglementés est la possibilité de perpétuer, voire d’exacerber les préjugés et la discrimination, ce qui peut entraîner des résultats discriminatoires tels qu’une prise de décision biaisée, en particulier à l’encontre des groupes marginalisés, renforçant ainsi les inégalités sociales. Le manque de surveillance peut conduire à la prolifération de la désinformation et à la manipulation de l’opinion publique.

À ces préoccupations s’ajoute le manque de transparence et de responsabilité dans les processus décisionnels. L'opacité résultant d'un manque de réglementation Il est difficile pour les citoyens de comprendre comment certaines conclusions ou actions sont atteintes, ce qui affaiblit la confiance du public dans les systèmes gouvernementaux et viole le droit des citoyens à l'information. Des problèmes de confidentialité surviennent également en raison de la collecte et de l’utilisation intensives de données personnelles dans les systèmes d’IA, compromettant potentiellement les droits à la vie privée des individus s’ils ne sont pas correctement protégés.

Comment ces risques affectent-ils les communautés marginalisées, en particulier les femmes ? Comment les technologies numériques non réglementées peuvent-elles contribuer à la violence sexiste ?

L’impact des risques numériques sur les communautés marginalisées, en particulier les femmes, est profond et multiforme. Les plateformes numériques non réglementées peuvent amplifier les le sexe stéréotypes, renforçant les normes traditionnelles qui contribuent à la violence sexiste. Une utilisation abusive des algorithmes peut également perpétuer des contenus discriminatoires, renforçant ainsi les récits préjudiciables. Les disparités structurelles, économiques et sociétales entre les sexes, notamment la fracture numérique, une faible culture numérique et une sensibilisation limitée à la cybersécurité, limitent déjà la capacité des femmes à accéder aux avantages des opportunités de gouvernance numérique et, à terme, entraînent l'exclusion des femmes de la gouvernance numérique et de l'économie. les espaces.

Les outils numériques, lorsqu’ils ne sont pas réglementés, peuvent également être utilisés comme armes pour traquer, harceler et intimider les femmes en ligne et hors ligne. L’absence de réglementation peut faciliter diverses formes de violence sexiste assistée par la technologie. Les femmes, en particulier celles qui exercent des professions impliquant une présence publique en ligne, comme les politiciennes, les journalistes et les défenseurs des droits humains, sont particulièrement ciblées par les campagnes de désinformation sexiste en ligne, la cyberintimidation, le harcèlement, les discours de haine et les menaces de violence contre elles et leurs proches. La convergence du racisme, de l’intolérance religieuse, du capacitisme, de l’homophobie, de la misogynie et du sexisme entraîne simultanément une exposition accrue et de multiples formes de violence.

étude par l'UNESCO sur les tendances mondiales en matière de violence en ligne contre les femmes journalistes a révélé que 73 pour cent des femmes interrogées ont été victimes de violence en ligne, notamment des menaces de violence physique, des menaces de mort, des violences sexuelles et des attaques hors ligne liées à leurs expériences en ligne. L’absence de réglementations claires sape les efforts visant à établir des mécanismes de recours efficaces, perpétuant ainsi un cycle d’impunité pour les victimes de violences basées sur le genre.

Ayant travaillé avec OGP pendant un certain temps, à votre avis, comment des plateformes comme Open Government Partnership contribuer à faire progresser les normes internationales pour réglementer ces outils ?

De toute évidence, l’OGP s’est révélé être un espace de collaboration où la société civile et les gouvernements peuvent travailler ensemble efficacement sur des réformes significatives. L'OGP représente une opportunité de favoriser le dialogue multipartite, en garantissant la prise en compte d'un large éventail de perspectives, ce qui est crucial pour l'élaboration de normes internationales en matière de réglementation des outils numériques.

Des plateformes comme OGP peuvent également fonctionner comme des plateformes vitales de partage de connaissances où les pays peuvent présenter des initiatives réussies et des meilleures pratiques en matière de réglementation des outils numériques. Cela pourrait motiver les membres à expérimenter des politiques et des approches innovantes ainsi que des programmes pilotes et des projets inventifs, dans lesquels ils peuvent tester les cadres réglementaires pour les outils numériques.

Dans le domaine de l'égalité des sexes, des plateformes comme OGP pourraient jouer un rôle déterminant en aidant les réformateurs à élaborer et à mettre en œuvre des réglementations qui tiennent spécifiquement compte de l'impact des technologies numériques sur les femmes dans toute leur diversité, garantissant que les nouvelles technologies peuvent contribuer à un monde inclusif, sûr et respectueux des droits. -respecter l'environnement en ligne. Pour y parvenir, il faut mettre en place des cadres juridiques solides, des campagnes de sensibilisation et une collaboration avec les entreprises technologiques pour encourager une innovation responsable qui donne la priorité à l’égalité des sexes et protège les droits de tous les individus, quel que soit leur sexe ou leur statut marginalisé. Au niveau mondial, cela souligne la nécessité de réglementations ou de co-réglementations qui s'alignent de manière cohérente sur les normes internationales en matière de droits de l'homme.

Quel message adressez-vous aux autres réformateurs du gouvernement ou de la société civile qui travaillent sur ces questions ?

Donnons la priorité à la protection des droits de l’homme dans la gouvernance numérique. Malgré les avancées significatives de l’ère numérique, on observe en toile de fond un recul démocratique inquiétant. Le Rapport mondial sur l’expression 2023 par ARTICLE 19 montre que le 21e siècle a été témoin d'un désastre pour les droits fondamentaux à la parole, à la connaissance et à la participation : seulement 13 pour cent de la population mondiale, soit environ une personne sur sept, vit dans des pays où elle peut librement chercher, recevoir, ou partager des informations. 

Régressif législation le ciblage de l’activisme civique, les manifestations pacifiques, l’intimidation des journalistes, des défenseurs des droits humains, des voix politiques dissidentes et les réglementations qui entravent l’accès à Internet et son coût abordable témoignent d’un rétrécissement de l’espace civique. Non seulement cela étouffe la voix des citoyens et constitue une menace pour l'existence de la société civile, mais cela remet également en question le pouvoir collectif des citoyens en faveur du développement durable et leur capacité à déterminer leur propre avenir.

 


Cette édition de Faces of Open Government a été soutenue par l’Union européenne.

Commentaires (1)

Daniel Manyassi Répondre

Avec la loi sur l’accès à l’information de 2016, le Kenya a effectivement fait un pas en avant vers une gouvernance ouverte.
Félicitations à Wesonga pour son plaidoyer louable !

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership