Ignorer la navigation

Transparence et responsabilité en première ligne de la justice: transparence des données policières

Transparencia y rendición de cuentas en la vanguardia de la justicia: Transparencia de los datos sobre la policía

markus-spiske-WOPu8kmmEnA-unsplash

Présentation

Un manque de données policières transparentes ou comparables empêche le public et les décideurs de comprendre pleinement et de traiter les pratiques policières problématiques et leurs conséquences. Les membres de l'OGP prennent de plus en plus l'initiative d'ouvrir les données de la police dans le but ultime d'une réforme de la police fondée sur des preuves.

Si les services de police doivent être prudents pour protéger le droit des individus à la vie privée, des données transparentes sur l'interaction police-citoyen sont un outil essentiel pour évaluer l'efficacité et l'équité des interactions entre les citoyens et la police. Les données ouvertes dans des domaines tels que les plaintes du public, les décès d'agents et le recours à la force constituent la base d'une recherche éclairée, de réformes politiques et d'une surveillance. Plus précisément, les données ouvertes permettent d'évaluer l'équité des forces de l'ordre dans leurs interactions avec le public. Par ailleurs, la publication des budgets et des dépenses des services de police garantit que le financement public des forces de l'ordre répond aux besoins de tous les citoyens. Par conséquent, exiger des services de police qu'ils fournissent des données accessibles est une première étape essentielle pour renforcer la responsabilité publique et gagner la confiance du public.

RECOMMANDATIONS AUX GOUVERNEMENTS

  • Codifier la collecte et la publication des données policières dans la loi: Modifier la législation sur la police et le droit à l'information pour exiger une plus grande transparence.
  • Impliquez les citoyens tôt: Convoquer les responsables de l'application des lois et les agents publics, les organisations de la société civile et les membres du public pour identifier les informations prioritaires pour la collecte, la divulgation et la protection de la vie privée.
  • Collectez et conservez systématiquement des données de police normalisées: Établir des procédures de routine qui garantissent que divers organismes utilisent une terminologie, une catégorisation et des pratiques de collecte communes pour les données.
  • Publier des données budgétaires sur les services de police: Fournir régulièrement des données à jour sur les budgets publics pour l'application de la loi ainsi que des données sur les dépenses de police. Viser à divulguer des informations ventilées au niveau de l'enceinte de la police.
  • Diffuser des données via une base de données en ligne accessible: Fournissez les données actuelles dans un format gratuit et téléchargeable pour assurer la transparence. Fournir des données démographiques ventilées pour mesurer l'équité des interactions de la police avec le public et pour faciliter l'analyse de tendances particulières.
  • Publier des politiques de restriction des données: Publier, dans un langage clair et accessible, des informations sur les normes et les pratiques qui renseignent sur les informations policières classifiées ou restreintes. Faire participer le public à l'élaboration des politiques qui déterminent quelles informations sont classifiées ou restreintes.
  • Organisez les données: Assurez-vous que les données peuvent être téléchargées, recherchées et lues par machine pour faciliter l'analyse des données des chercheurs et des membres de la communauté.
  • Élaborer des normes de comparaison: Des données comparables permettent de meilleures recherches et réponses politiques. Alors que certains gouvernements peuvent commencer par une norme de données, d'autres auront plus de succès à travailler vers un consensus inter-juridictionnel sur les données communes collectées et publiées.
  • Traduire les données dans des formats digestes: Fournissez des graphiques et des récits écrits qui aident le grand public à observer les tendances et les résultats importants dans les données.
  • Faciliter les publications axées sur les données et les changements de politique: Collaborer activement avec des organisations de la société civile, des chercheurs et d'autres parties prenantes pour produire des rapports et des recommandations basés sur les résultats de l'analyse collaborative des données.

ACTIONS PERTINENTES

Initiative des données policières ouvertes aux États-Unis

Le gouvernement des États-Unis a entrepris la Initiative sur les données policières ouvertes dans le cadre de son 2015 Plan d'action national pour remédier aux niveaux élevés de méfiance et de tension entre la police et le public. L'Initiative encourage les autorités policières locales à extraire et publier de manière proactive des données policières. Le projet est géré en collaboration par le Bureau des services de police à vocation communautaire du ministère de la Justice et l'organisation à but non lucratif, The National Police Foundation. L'Initiative a amélioré l'accès à l'information en créant une base de données centralisée qui comprend plus de 130 juridictions et 405 ensembles de données en juin 2020, y compris des villes comme New York, Los Angeles et Detroit. Le site Web fournit également des outils pour extraire, analyser et publier des données. Ce référentiel a conduit à la publication d'ensembles de données dans de nombreux domaines, notamment sur le recours à la force par la police et les fusillades impliquant des agents. Cependant, la participation des agences est volontaire et le taux d'adoption reste faible. De plus, il est nécessaire d'améliorer la normalisation des données et d'assurer des mises à jour régulières. Les troubles récents aux États-Unis ont ravivé l'intérêt pour les données policières ouvertes alors que les réformateurs appellent à une plus grande transparence de la police. Cette initiative démontre un processus viable pour ouvrir davantage les données policières dans le but ultime de réduire les préjugés et l'utilisation inutile de la force dans les tactiques policières et d'accroître la confiance du public.

Législation sur la transparence des services de police en Inde

En 2009, le Parlement indien a modifié le Code de procédure pénale pour inclure un exigence que tous les services de police divulguent des informations sur les arrestations effectuées. La loi exige que les informations soient publiées quotidiennement au niveau du district et comprennent les noms des personnes arrêtées ainsi que les noms et désignations des policiers qui les ont arrêtés. Bien que ces informations soulèvent des préoccupations concernant la protection de la vie privée, elles peuvent être une étape importante pour minimiser la détention provisoire qui ne respecte pas les droits à une procédure régulière, en particulier dans les contextes où les protections institutionnelles contre les abus de pouvoir et pour l'accès à la justice peuvent être plus faibles. En outre, le siège de la police doit régulièrement rassembler ces informations au niveau de l'État, ainsi que des informations sur les infractions pour lesquelles les personnes arrêtées ont été inculpées. Toutes ces informations sont accessibles au public sous forme de bases de données sur les sites Web officiels des services de police de chaque État. Par exemple, voir Portail de la police d'État du Kerala. Par ailleurs, le National Crime Records Bureau de l'Inde a publié le rapport annuel Rapport sur le crime en Inde depuis 1953, qui contient des données sur la criminalité à travers le pays, y compris les cas enregistrés et les personnes arrêtées.

NORMES ET ORIENTATIONS INTERNATIONALES

Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) Manuel sur la responsabilisation, la surveillance et l'intégrité de la police 

La manuel offre aux pays du PGO plusieurs actions tangibles pour instaurer une culture de transparence et de responsabilité ainsi que des statistiques fiables sur les performances, l'intégrité et la confiance du public. Il encourage les réformes de la police à être développées grâce à la participation de la police publique et non pas simplement normatives. En outre, le manuel donne des orientations pour les mécanismes externes de surveillance de la police:

  • Le mécanisme devrait être tenu de publier des rapports réguliers au gouvernement et au public sur ses activités.
  • Il devrait maintenir un site Web contenant des informations facilement accessibles.
  • Il devrait répondre en temps opportun aux plaintes des citoyens.
  • Il devrait conserver des données détaillées sur les abus de la police. Les mécanismes de surveillance civile sont particulièrement bien placés pour effectuer des analyses statistiques ou générales des tendances des homicides commis par la police, y compris leurs causes, et devraient le faire.
  • Son budget et ses dépenses doivent être rendus publics. (70)

Le traitement de la demande de Rapport final du groupe de travail du président sur le 21st Police du siècle

Sorti en 2015, ce rapport recommande que les agences collectent et rendent publiques les données agrégées. Les mesures spécifiques aux forces de police comprennent:

  • Recueillir, tenir à jour et communiquer au gouvernement fédéral des données sur toutes les fusillades impliquant des officiers;
  • Élaborer des politiques sur les types d'informations qui seront publiées, quand et dans quelle situation, afin de maintenir la transparence;
  • Rendre publiques les données démographiques concernant la composition de leur force;
  • Recueillir, conserver et analyser des données démographiques sur toutes les détentions (arrêts, fouilles, perquisitions, assignations et arrestations); et
  • Désagréger les données par contacts scolaires et non scolaires.

ENGAGEMENTS DE L'OGP DANS CE DOMAINE

  1. Austin, États-Unis (2019-2021): Austin, Texas cherche à traduire leur fichier de données annuelles sur la criminalité dans des formats accessibles au grand public, tels que des récits écrits et des cartes interactives.
  2. Colombie (2017-2019): Colombie La police nationale vise à améliorer l'accès à l'information et à accroître les services de police pour les personnes handicapées, ainsi qu'à renforcer la surveillance des citoyens et la communication entre les citoyens et la police.
  3. Géorgie (2016-2018): La Cour suprême de Géorgie a mené une à l'AMS publier des données d'écoutes téléphoniques nationales en fonction de la nature du crime et de la zone géographique.
  4. Libéria (2015-2017): Liberia engagé à fournir des données policières en direct sur le portail des données ouvertes du Libéria qui comprendraient l'emplacement des dépôts de police, les actions contre la conduite non professionnelle de la police et les cartes de la criminalité.
  5. Royaume-Uni (2013-2015): Le Royaume-Uni engagé de soumettre les dossiers de police à un contrôle législatif par le biais de la loi sur les documents publics de 1958 pour garantir leur conservation et leur accès à long terme.
  6. États-Unis (2015-2017): La Initiative de données policières est un effort de collaboration pour publier et analyser les données policières de partout aux États-Unis dans une base de données en ligne commune.

RESSOURCES ET PARTENAIRES

Ressources

Organisations

Nos remerciements à la Commonwealth Human Rights Initiative, à l'Open Society Justice Initiative et à Rebecca Neusteter de l'Université de Chicago pour avoir examiné ce module.

Crédit photo en vedette: Markus Spiske via Unsplash

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!