Ignorer la navigation

Leçons des réformateurs: huissiers de justice - Nomination et responsabilité

Ces études de cas sont présentées dans les OGP Justice Policy Series, Partie II: Justice ouverte papier. Lis le ici.

Justice Policy Series, Partie II: Justice ouverte Découvrez comment l'application des principes du gouvernement ouvert peut créer des systèmes de justice plus justes et plus efficaces.

 

Le Kenya lance un contrôle judiciaire

En 2010, le Kenya a approuvé une nouvelle constitution démocratique par référendum public. En réponse à des années de corruption du gouvernement, y compris à des niveaux élevés de l'appareil judiciaire, les rédacteurs ont cherché à inscrire les institutions démocratiques et l'état de droit dans la nouvelle constitution. Pour ce faire, ils ont inclus une disposition qui stipule que tous les magistrats et magistrats nommés en vertu de la constitution précédente sont soumis à un contrôle par un conseil indépendant. Les détails de cette disposition sont confirmés dans un Loi 2011 que la commission de contrôle des magistrats et des magistrats comprendrait neuf membres, dont six citoyens, dont trois doivent être des avocats. Suite à cette législation, le Kenya a fait un Engagement de l'OGP en 2012 pour mettre en œuvre les nouveaux processus requis. Tout au long de 2012, le conseil a examiné des dizaines de fonctionnaires judiciaires à différents niveaux du pouvoir judiciaire et a déterminé que plusieurs fonctionnaires n'étaient pas aptes à servir. Mettre le pouvoir judiciaire sous le microscope de cette manière a contribué à restaurer la confiance des citoyens et la légitimité de l'institution dans une nouvelle ère. Cependant, bien qu'innovante, cette approche n'a pas été sans controverse et la société civile a soulevé préoccupations que les avocats du conseil se sont montrés trop indulgents à l'égard de certains magistrats présumés s'être livrés à la corruption tout en révoquant d'autres magistrats sans raisonnement légitime.

 

Le Danemark crée des portails d'alerte pour les employés du système judiciaire

Following révélations en 2018, que de hauts responsables de la justice avaient retenu des documents clés dans une enquête sur une faute de la police lors d'une manifestation de 2012 contre la visite d'État du président chinois Hu Jintao, le Danemark a Engagement OGP en 2019 améliorer la responsabilité des fonctionnaires du système judiciaire. L'engagement vise à mettre en place un système de dénonciation au sein du ministère de la Justice, du parquet, de la police et du service pénitentiaire, entre autres institutions du système judiciaire. Les nouvelles procédures fourniront des mécanismes permettant aux employés ou partenaires de l'une de ces institutions de signaler des actes fautifs individuels ou systémiques. Le portail en ligne permettra également aux lanceurs d'alerte de déposer leurs plaintes de manière anonyme et permettra aux autorités chargées d'enquêter sur les plaintes de communiquer avec les lanceurs d'alerte tout en préservant leur anonymat. Ce système pourrait permettre une grande responsabilisation des fonctionnaires du système judiciaire et, en fin de compte, la prestation de services de justice plus équitables.

 

La République slovaque promulgue une sélection transparente des magistrats

La République slovaque a utilisé son Plan d'action 2017 pour aider à remédier à la faiblesse de l'indépendance judiciaire et au manque de confiance du public dans les décisions judiciaires. Entre autres réformes, le pays a adopté une législation normalisant les procédures de sélection des magistrats et a créé un comité qui supervisera ces processus à l'avenir. Les informations sur ces procédures - y compris les listes de candidats et leur curriculum vitae - sont désormais accessibles au public en ligne, ce qui permet également un examen public des candidats. Au fil du temps, des réformes comme celle-ci peuvent contribuer à renforcer la confiance du public dans les institutions judiciaires.

 

AUTRES ENGAGEMENTS OGP

  • Argentine: Publier des informations sur les processus de sélection, les mécanismes de plainte et les procédures disciplinaires pour les fonctionnaires judiciaires (2017-2019).
  • Costa Rica: Développer un «système d'observatoire judiciaire» en ligne, qui permet aux citoyens de surveiller le temps qu'il faut aux affaires ouvertes pour aboutir (2019-2021).
  • Jalisco, Mexique: Mettre en œuvre des garanties pour éviter les conflits d'intérêts des magistrats en travaillant avec les citoyens pour revoir et mettre à jour le système de sélection des témoins experts lors des procès (2019-2021).
  • Paraguay: Publier les accusations et les procédures disciplinaires contre les magistrats de manière plus transparente pour les citoyens grâce à un système numérique en ligne (2018-2020).

 

Crédit photo présenté: International Development Law Organization 

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Contenu similaire

Thumbnail for Justice Policy Series, Partie II: Justice ouverte

Justice Policy Series, Partie II: Justice ouverte

Découvrez comment l'application des principes du gouvernement ouvert peut créer des systèmes de justice plus justes et plus efficaces.

Vignette pour la justice dans OGP

Justice dans l'OGP

OGP s'emploie à accroître la réactivité, la responsabilité et l'inclusion dans tous les systèmes de justice. La justice est un domaine émergent dans le gouvernement ouvert avec un nombre croissant d'engagements à fort impact potentiel.

Vignette pour les leçons des réformateurs: données ouvertes sur les tribunaux

Leçons des réformateurs: données ouvertes sur les tribunaux

Découvrez comment les membres de l'OGP améliorent la transparence de leurs systèmes judiciaires.

Open Government Partnership