Ignorer la navigation
Tunisie

Renforcer le rôle des jeunes dans la conception et le suivi des projets publics au niveau local (TN0058)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action pour la Tunisie 2021-2023

Cycle du plan d'action : 2021

Statut:

Institutions

Institution chef de file : Communes coopérant avec la Fédération Nationale des Communes Tunisiennes et la Cellule E-Gouvernement à la Présidence du Gouvernement

Institution(s) d'appui : Acteurs étatiques impliqués - Ministère de la Jeunesse et des Sports ; OSC, secteur privé, multilatéraux, groupes de travail -

Domaines politiques

Inclusion, Engagements locaux, Participation du public, Jeunes

Revue IRM

Rapport IRM: Examen du plan d'action de la Tunisie 2021-2023

Premiers résultats : examen du MII en attente

Conception i

Vérifiable : Oui

Pertinent pour les valeurs OGP : Oui

Ambition (voir définition): Faible

Implémentation i

Achèvement : en attente d'examen par le MII

Description

Description de l'engagement : Renforcer le rôle des jeunes de différents groupes d'âge et dans un certain nombre de gouvernorats dans le processus de prise de décision et la formulation des réformes nationales et le suivi de leur mise en œuvre. En effet, les jeunes seront encouragés à utiliser leurs capacités, leur potentiel et leurs qualifications pour exprimer leurs préoccupations, opinions et aspirations. Dans ce contexte, la participation active des jeunes est un outil de changement positif et un modèle à suivre dans le processus de réforme globale et de développement communautaire. Cette approche contribuerait également à consacrer une responsabilité collective et à proposer des solutions aux problèmes les plus courants des jeunes, tels que le chômage, les disparités sociales et géographiques et l'immigration clandestine. De plus, la démarche permettra de repenser les priorités et les orientations au profit de la jeunesse, notamment au niveau local. Dans ce contexte, des travaux seront menés sur la conception de mécanismes pour impliquer les jeunes dans la formulation de certains projets locaux et le suivi de leur mise en œuvre en leur permettant de concevoir des plans d'action qui prévoient un certain nombre de projets prioritaires au niveau de 12 municipalités qui être mis en œuvre de manière participative en coopération avec les parties prenantes concernées, notamment les autorités locales. Un ensemble de mécanismes seront également mis en place qui contribueront à la poursuite de cette tendance visant à renforcer la participation des jeunes au niveau local, tels que : la Charte de la jeunesse, la signature d'un accord de partenariat avec les municipalités pour assurer la participation continue des jeunes, l'attribution de journées aux jeunes dans la voie participative dans un certain nombre de municipalités et allouant un pourcentage du budget municipal à la mise en œuvre des projets proposés par les jeunes. Cela s'ajoute aux municipalités qui organisent des rencontres périodiques avec les jeunes……

Problème/Contexte : - Les cadres limités disponibles pour communiquer avec les jeunes au sujet de leurs préoccupations, - La réticence des jeunes à participer à la vie publique et aux affaires locales, - Des mécanismes pratiques limités pour favoriser la participation et la représentation des jeunes dans la vie publique aux niveaux central, régional et local niveaux conformément à la constitution et aux stratégies nationales dans ce domaine

Identification des objectifs d'engagement/résultats attendus : Dans le cadre de cet engagement, les plans d'action locaux pour la jeunesse prévoiront une série de projets pilotes qui enracinent une culture de partenariat entre tous les acteurs de la jeunesse au niveau local et renforcent les capacités des différents acteurs dans le domaine de la gouvernance et participation du public. Un grand nombre de jeunes femmes et hommes à travers le pays auront l'occasion d'exprimer leurs préoccupations et leurs perceptions de leurs propres problèmes. Des garanties devraient cependant être fournies pour que les points de vue des jeunes soient pris en compte dans la prise de décision et la conception des projets gouvernementaux.

Comment l'engagement contribuera-t-il à résoudre le problème public : - La participation des jeunes à la conception de plans d'action au niveau local leur offrira de plus grandes opportunités de montrer leur capacité à participer à la vie publique, - Renforcera les capacités des jeunes à travailler en équipe dans le cadre de une approche participative qui rassemble les acteurs engagés dans la prise de décision au niveau local. Cela permettra aux jeunes de proposer des idées et des propositions en adéquation avec leurs besoins et attentes et de contribuer à leur mise en œuvre - Renforcer l'efficacité du processus décisionnel à travers une relation de confiance et de responsabilité entre les jeunes et les autorités locales, qui donne la parole aux la jeunesse dans les affaires locales.

Pertinence avec les valeurs de l'OGP : - Participation : permettre aux jeunes d'avoir accès aux processus de décision publique en leur offrant la possibilité de présenter des idées et des propositions sur leurs propres problèmes - Responsabilité : fournir des mécanismes pour tenir les autorités compétentes, notamment au niveau local , rendre compte de l'élaboration et de la mise en œuvre des réformes publiques.

Source de financement / Relation avec d'autres programmes et politiques : GIZ

Étapes et calendrier de mise en œuvre : Ouvert aux candidatures pour sélectionner 12 municipalités pour mettre en œuvre l'engagement. Fin août 2021 ; Présenter le projet en organisant des journées portes ouvertes et des ateliers dans les communes concernées. Fin septembre 2022 - Fin novembre 2022 ; Développement d'équipes de travail de jeunesse (dans chaque équipe 4 représentants de l'administration et 4 représentants de la société civile). Fin septembre 2022 - Fin novembre 2022 ; Mise en œuvre du programme lié au renforcement des capacités (principes de gouvernement ouvert, méthode de formulation d'un plan d'action pour la jeunesse, cadre juridique de la participation publique...). décembre 2022 - mars 2023 ; Mise en œuvre du projet lié à la mise en œuvre des plans d'action pour les jeunes Juin 2022 - Mars 2023

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

Examen du plan d'action


10. Renforcer le rôle des jeunes dans la conception et le suivi des projets publics au niveau local

  • Vérifiable : Oui
  • A-t-il une optique de gouvernement ouvert? Oui
  • Potentiel de résultats : modeste
  • Engagement 10 : Renforcer le rôle des jeunes dans la conception et le suivi des projets publics au niveau local [Communes coopérant avec la Fédération Nationale des Communes Tunisiennes et la Cellule E-Gouvernement à la Présidence du Gouvernement]

    Pour une description complète de l'engagement, voir Engagement 10 dans : https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2021/08/Tunisia_Action-Plan_2021-2023_EN.pdf

    Contexte et objectifs:

    Cet engagement est le premier de la Tunisie, et parmi les pays membres de l'OGP, à mettre en œuvre des plans d'action pour la jeunesse au niveau municipal. Cependant, cette réforme s'appuie sur les engagements antérieurs du PGO tunisien d'impliquer les jeunes dans l'élaboration des politiques et d'accroître l'ouverture du gouvernement au niveau municipal. Dans l'Engagement 10 du précédent plan d'action de la Tunisie, le gouvernement a cherché à établir des conseils locaux et une plateforme en ligne pour accroître la participation des jeunes au gouvernement local avec un succès limité. L'engagement 11 du plan précédent a donné lieu à l'élaboration de 8 plans d'action municipaux pour un gouvernement ouvert qui sont actuellement mis en œuvre.

    Au-delà de l'OGP, cette initiative fait partie d'un ensemble plus large de réformes municipales à long terme mises en œuvre en partenariat avec la GIZ de 2015 à 2023. Jusqu'à présent, 29 municipalités ont commencé à mettre en œuvre des plans d'action jeunesse élaborés en collaboration avec des jeunes et des OSC. Les municipalités et les acteurs locaux mettent actuellement en œuvre des activités telles que des stations de radio Internet pour les jeunes, des laboratoires citoyens et des applications numériques. Dans le cadre de cet engagement, le gouvernement s'engage à sélectionner, former et soutenir 12 municipalités supplémentaires pour élaborer et mettre en œuvre des plans d'action jeunesse. Les plans d'action seront orientés vers la réforme du gouvernement ouvert, mais le contenu sera ultimement déterminé par les projets proposés par les jeunes participants.

    Potentiel de résultats: Modeste

    L'exclusion des jeunes du processus d'élaboration des politiques est un problème récurrent en Tunisie. L'absence d'opportunités de participation de la part du gouvernement et la désillusion parmi les jeunes contribuent toutes deux au problème. En 2021, les jeunes représentent près d'un quart de la population tunisienne, avec 20.8% entre 10 et 24 ans. Cependant, une enquête du PNUD de 2018 a révélé de faibles niveaux de participation des jeunes aux élections, avec seulement 6.11 % de la tranche d'âge des 18-25 ans participant au second tour des élections présidentielles.

    Les manifestations dominées par les jeunes de 2011 à aujourd'hui soulignent un sentiment persistant d'exclusion économique et politique et une faible confiance dans le gouvernement. La jeunesse tunisienne a été une force dominante dans la révolution de 2011 et reste engagée dans la société civile, en particulier en ligne. Cependant, cet engagement en dehors de l'État ne s'est pas traduit par une représentation des jeunes au gouvernement ou une participation aux processus décisionnels formels. De plus, les jeunes Tunisiens sans éducation formelle et sans emploi sont confrontés à des obstacles particuliers à la participation.

    Avant cet engagement, la GIZ a aidé 29 municipalités à élaborer des plans d'action pour les jeunes, dont 17 ont été mis en œuvre. L'accent a été mis sur le développement d'un cadre, d'une culture et d'un environnement propices à la participation des jeunes à la gouvernance. Quelques projets pilotes issus des plans d'action jeunesse ont été réalisés. La commune de Manzil Assalem maintient une station de radio jeunesse sur Internet. La municipalité d'Agareb a continué à travailler avec des partenaires non gouvernementaux au-delà du plan d'action sur des projets supplémentaires, tels que l'éclairage public.

    Pour étendre ces efforts dans le cadre de cet engagement, le gouvernement a publié un appel aux nouvelles municipalités pour qu'elles postulent pour participer à l'élaboration de plans d'action pour les jeunes en août 2021. Un comité de sélection composé de représentants du gouvernement et de la GIZ a choisi 12 municipalités sur les 25 candidats sur la base de critères prédéterminés. les critères de sélection. Six des municipalités font également partie de l'engagement 11 du plan d'action précédent, où elles se sont engagées à co-créer un plan d'action municipal pour un gouvernement ouvert.

    L'engagement se déroulera en plusieurs phases. Dans la première phase, la GIZ organisera une « journée portes ouvertes » dans chaque municipalité avec des discussions pour identifier les obstacles à la participation des jeunes, les opportunités actuelles et la communication orientée vers les jeunes, et l'importance de l'engagement des jeunes dans la prise de décision locale. S'appuyant sur la journée portes ouvertes, la GIZ encouragera les municipalités à publier un appel à participation à un groupe de travail chargé de concevoir le plan d'action pour la jeunesse. Un groupe de travail de huit membres sera établi dans chaque municipalité participante. Les membres comprendront des représentants de la Maison des Jeunes (la maison des jeunes), Maison de la Culture et associations de jeunesse.

    Dans la deuxième phase, les consultants engagés animeront deux sessions de renforcement des capacités pour les groupes de travail sur i. gestion de la communication de crise et de leadership; et ii. la gouvernance locale, la participation et le contexte juridique. Dans la troisième phase, les groupes de travail se réuniront dans quatre régions de Tunisie pour développer les plans d'action au cours d'un atelier de trois jours. La GIZ fournira aux groupes de travail un modèle de plan d'action et sélectionnera 7 ou 8 municipalités avec les « meilleurs » plans d'action pour recevoir un financement de mise en œuvre. Les municipalités non sélectionnées pour recevoir un financement devront trouver d'autres sources, comme cela a été fait lors des précédentes itérations de cette réforme. La mise en œuvre des plans d'action sélectionnés devrait commencer en juillet ou août 2022.

    Cet engagement est évalué comme ayant un modeste potentiel d'augmentation de la participation des jeunes au gouvernement. Bien qu'importante, la réforme n'offre pas un potentiel substantiel de résultats car il s'agit d'une extension d'un projet existant à un nombre limité de municipalités. Les preuves de premiers résultats notables incluraient la preuve qu'un plus grand nombre de jeunes ont participé à l'élaboration des politiques et que leur participation a abouti à des réformes importantes pour les jeunes Tunisiens. Soussan de l'Unité E-Gouvernement attend de cet engagement qu'il crée des espaces et une culture permettant la participation des jeunes dans les municipalités, en particulier dans les régions défavorisées.

    La Municipalité de Carthage, l'une des municipalités participantes, anticipe trois avantages de l'élaboration et de la mise en œuvre d'un plan d'action pour la jeunesse. Premièrement, la municipalité espère accroître la participation des jeunes aux élections. Deuxièmement, ils visent à accroître l'intérêt des jeunes pour l'entrepreneuriat, le bénévolat et la participation politique. Troisièmement, la municipalité entend renforcer sa programmation pour rapprocher les différentes classes sociales par le sport, en utilisant le processus du plan d'action pour identifier les jeunes ambassadeurs et regrouper diverses associations travaillant sur cette question.

    Opportunités, défis et recommandations lors de la mise en œuvre

    Comme le montre l'Engagement 10 du précédent plan d'action, la pérennité de cette réforme pose un défi potentiel. À court terme, les responsables de la mise en œuvre devront réfléchir à la manière de maintenir l'engagement des jeunes tout au long de la mise en œuvre du plan d'action. À plus long terme, les exécutants devront réfléchir à la manière dont la réforme se poursuivra lorsque le soutien de la GIZ prendra fin en 2023. Une solution potentielle consiste à rechercher des opportunités pour aligner les activités sur les autres engagements du PGO au niveau municipal. Par exemple, la sensibilisation des jeunes aux plans d'action pourrait être intégrée aux plans de communication des municipalités concernées en cours d'élaboration conformément à l'engagement 11.

    La Tunisie est le premier membre de l'OGP à s'engager dans des plans d'action pour la jeunesse au niveau municipal. Cependant, l'Uruguay s'est engagé à permettre aux jeunes et aux femmes des zones rurales de concevoir un programme politique dont les progrès seront suivis sur un site Web public. Au niveau national, l'Allemagne s'est engagée à réunir des jeunes pour élaborer une stratégie nationale pour la jeunesse et impliquer les jeunes dans la rédaction du plan d'action national OGP. Tout au long de l'élaboration et de la mise en œuvre des plans d'action pour les jeunes, le MII recommande que les éléments suivants soient pris en compte pour faciliter la participation des jeunes :

    • Les groupes de travail devraient être conçus de manière à créer un espace multipartite pour un dialogue continu entre les représentants des différents segments de la société.
    • Les groupes de travail doivent être transparents quant à leur composition, leurs réunions, leurs décisions et leurs plans d'action afin que le grand public puisse suivre et participer, le cas échéant, au processus de conception et de mise en œuvre.
    • Les groupes de travail devraient sensibiliser et recueillir des commentaires sur le projet de plan d'action pour la jeunesse auprès des jeunes et de la société civile en dehors du groupe de travail.
    • Les groupes de travail devraient continuer à se réunir pendant la mise en œuvre pour suivre les progrès et collaborer pour surmonter les obstacles.
    « Participation des jeunes (Tunisie) ». Open Government Partnership. https://www.opengovpartnership.org/members/tunisia/commitments/TN0045/
    "Mettre en œuvre des initiatives pour appliquer l'OGP au niveau local (Tunisie)". Open Government Partnership. https://www.opengovpartnership.org/members/tunisia/commitments/TN0046/
    « Initiative de développement municipal (fiche d'information) ». GIZ. 2020. https://www.giz.de/en/downloads/Factsheet_IDM_FR_062020.pdf
    Hamdi Dhouha. Expert technique. Société allemande de coopération internationale. (GIZ) Entretien avec un chercheur de l'IRM. 12 octobre 2021.
    Saoussan Moalla. Conseiller aux services publics et directeur adjoint. Unité d'e-gouvernement. Bureau du Président. Gouvernement tunisien. Entretien avec un chercheur de l'IRM. 2 novembre 2021.
    Fonds des Nations Unies pour la population. Tableau de bord de la population mondiale : Tunisie. Consulté en octobre 2021. https://www.unfpa.org/data/world-population/TN
    «Jeunesse et droit électoral en Tunisie». Projet de développement des Nations Unies. 2019. Accessible à : shorturl.at/lmnFL
    "Briser les obstacles à l'inclusion des jeunes (chapitre 1)." La Banque Mondiale. https://www.worldbank.org/content/dam/Worldbank/document/MNA/tunisia/breaking_the_barriers_to_youth_inclusion_eng_intro.pdf
    Yerkes, Sarah. "Les jeunes restent à l'écart de la politique tunisienne, voici pourquoi." Brookings Institute. 20 Mars 2017. https://www.brookings.edu/blog/markaz/2017/03/20/young-people-are-staying-away-from-tunisian-politics-heres-why/
    "Briser les obstacles à l'inclusion des jeunes (chapitre 6)." La Banque Mondiale. https://www.worldbank.org/content/dam/Worldbank/document/MNA/tunisia/breaking_the_barriers_to_youth_inclusion_eng_chap6.pdf
    Hamdi Dhouha. Expert technique. Société allemande de coopération internationale. (GIZ) Courriel avec le chercheur IRM. 21 octobre 2021.
    "Résultats de la sélection de 12 municipalités pour promouvoir la participation des jeunes aux affaires publiques au niveau local." Open Government Partnership, Tunisie. 29 Septembre 2021. http://www.ogptunisie.gov.tn/fr/index.php/2021/09/29/resultat-de-de-selection-de-12-municipalites-pour-promouvoir-la-participation-des-jeunes-aux-affaires-publiques-au-niveau-local/
    Hamdi Dhouha. Expert technique. Société allemande de coopération internationale. (GIZ) 12 octobre 2021.
    Hamdi Dhouha. Expert technique. Société allemande de coopération internationale. (GIZ) 12 octobre 2021.
    Saoussan Moalla. Conseiller aux services publics et directeur adjoint. Unité d'e-gouvernement. Bureau du Président. Gouvernement tunisien. Entretien avec un chercheur de l'IRM. 2 novembre 2021.
    Karim Malki, élu. Commune de Carthage. Entretien avec un chercheur de l'IRM. 14 octobre 2021 ; Mounia Nougi Administratrice. Commune de Carthage. Entretien avec un chercheur de l'IRM. 29 octobre 2021
    « Perspective du genre et de la jeunesse dans les zones rurales (Uruguay) ». Open Government Partnership. https://www.opengovpartnership.org/members/uruguay/commitments/uy0122/
    "Créer une stratégie pour la jeunesse (Allemagne)". Open Government Partnership. https://www.opengovpartnership.org/members/germany/commitments/DE0018/

    Engagements

    Open Government Partnership