Ignorer la navigation

La liberté de réunion

La liberté de réunion permet au public de s'engager pacifiquement dans une expression collective, d'arbitrer les divergences d'opinion et d'attirer l'attention sur des questions d'importance publique. De plus en plusCependant, les gouvernements du monde entier ont souvent recours à des restrictions ou à une répression violente des rassemblements. Sans liberté de réunion, la société souffre : le public perd un moyen important de participer à un gouvernement ouvert et les gouvernements diminuent leur propre capacité à répondre aux crises.

Défi du gouvernement ouvert : Espace civique

Avec les OGP Stratégie 2023-2028, les membres de l'OGP sont prêts à travailler à un certain nombre de réformes thématiques ambitieuses à travers le Défi du gouvernement ouvert. Cette partie du Open Gov Guide aborde l’Espace Civique.

Invite de défi : Renforcer l’environnement et les espaces propices à la société civile et à l’action civique.

Les actions et réformes pourraient inclure :

  • Concevoir et mettre en œuvre le droit des organisations à but non lucratif d'une manière impartiale et peu restrictive sur les opérations des organisations indépendantes.
  • Prendre des mesures pour former et soutenir les autorités locales dans le respect et la protection du droit de se réunir librement de manière impartiale et le moins restrictive possible.
  • Établir ou renforcer les espaces existants pour la collaboration entre le gouvernement et la société civile (tels que le forum multipartite OGP) pour initier un dialogue sur les défis de l'espace civique et éclairer la conception des réformes.

Mots clés

Définitions de termes clés tels que la liberté de réunion.

  • La liberté de réunion: Le droit de réunion pacifique protège le rassemblement non violent de personnes pour exprimer, promouvoir et défendre collectivement des intérêts communs, sans crainte de représailles. Les rassemblements peuvent avoir lieu dans des espaces publics ou privés, en ligne et hors ligne, ou dans une combinaison de ces lieux.

La preuve

Le preuve montre que la liberté de réunion peut amplifier l’effet positif d’autres réformes de gouvernement ouvert.

  • Respectant libertés civiques peut soutenir une croissance économique saine et améliorer les résultats du développement humain, un article des émissions V-DEM et The B Team.
  • Les campagnes de résistance non violente sont associées au succès durable des transitions démocratiques en créant des institutions démocratiques de qualité supérieure.
  • La protection de la liberté de réunion ouvre la voie à l’inclusion dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques, particulièrement pour les groupes marginalisés ou d’opposition. C'est critique pour s'assurer que personne n'est laissé dans l’élaboration ou la mise en œuvre des politiques.
  • Les assemblées peuvent faire progresser d’autres réformes du gouvernement ouvert en soutenir l'attention du public sur les problèmes, ce qui peut encourager les gens à voter en plus grand nombre et donner une impulsion aux litiges.

Orientation de la réforme

Les recommandations ci-dessous représentent des réformes que les gouvernements nationaux et locaux, les représentants des organisations de la société civile et d'autres peuvent envisager pour leurs plans d'action et le Défi du gouvernement ouvert. Les réformes sont classées selon les principales valeurs de l'OGP : transparence, participation civique et responsabilité publique. Les réformes doivent être adaptées au contexte national, et impliquer et coordonner avec d’autres niveaux et branches du gouvernement.

Les réformes dans tous les domaines politiques sont également marquées par le degré estimé de difficulté de mise en œuvre. Même si les progrès ne sont souvent pas linéaires, les recommandations ont été catégorisées à l’aide de ces étiquettes pour donner au lecteur une idée de la manière dont différentes réformes peuvent fonctionner ensemble pour accroître l’ambition des approches de gouvernement ouvert.

Clé des réformes recommandées

  • Transparence: La transparence permet aux citoyens d'exercer leurs droits, de demander des comptes au gouvernement et de participer aux processus décisionnels. Des exemples d'activités pertinentes incluent la publication proactive ou réactive d'informations détenues par le gouvernement, les cadres juridiques ou institutionnels visant à renforcer le droit d'accès à l'information et la divulgation d'informations à l'aide de normes de données ouvertes.

  • Participation civique: Lorsque les gens sont impliqués, les gouvernements et les institutions publiques sont plus réactifs, innovants et efficaces. Des exemples d'initiatives pertinentes comprennent des processus et des mécanismes nouveaux ou améliorés permettant au public de contribuer aux décisions, des mécanismes participatifs pour impliquer les groupes sous-représentés dans l'élaboration des politiques et un environnement juridique garantissant les droits civils et politiques.

  • Responsabilité publique: La responsabilité publique se produit lorsque les institutions publiques doivent justifier leurs actions, agir en fonction des exigences et des critiques et assumer la responsabilité de leur non-respect des lois ou des engagements. Il est important de noter que la responsabilité publique signifie que les membres du public peuvent également accéder aux mécanismes de responsabilisation et les déclencher. Parmi les exemples d’activités pertinentes figurent les audits citoyens des performances, les mécanismes ou institutions nouveaux ou améliorés qui répondent aux processus d’appel lancés par les citoyens et l’amélioration de l’accès à la justice.

  • Inclusion: L’inclusion est fondamentale pour parvenir à des politiques plus équitables, représentatives et responsables qui servent véritablement tous les peuples. Cela implique d’accroître la voix, l’action et l’influence des groupes historiquement discriminés ou sous-représentés. Selon le contexte, les groupes traditionnellement sous-représentés peuvent être victimes de discrimination fondée sur le sexe, l'identité sexuelle, la race, l'origine ethnique, l'âge, la géographie, les capacités différentes, le statut juridique ou socio-économique.

  • Fondamentale: Cette balise est utilisée pour les réformes qui constituent les éléments essentiels d’un domaine politique. « Fondamental » ne signifie pas une faible ambition ou un faible impact. Ces recommandations établissent souvent des cadres juridiques et des structures institutionnelles de base.

  • Intermédiaire: Cette balise est utilisée pour les réformes complexes et qui impliquent souvent une coordination et une sensibilisation entre les branches, les institutions et les niveaux de gouvernement, avec le public ou entre les pays.

  • Avancée: Cette balise est utilisée pour les réformes qui comblent des lacunes importantes afin de rendre le travail existant plus efficace et plus percutant. Plus précisément, les réformes « avancées » sont particulièrement ambitieuses, innovantes ou comblent des lacunes importantes pour rendre le travail existant plus efficace, plus percutant ou plus durable. Ils sont souvent appliqués dans des environnements matures où ils cherchent à institutionnaliser une bonne pratique qui a déjà donné des résultats.

  • Exécutif: Le pouvoir exécutif du gouvernement est responsable de la conception, de la mise en œuvre et de l'application des lois, des politiques et des initiatives. Il est généralement dirigé par le chef de l'État ou du gouvernement, tel qu'un président ou un premier ministre, ainsi que par les membres nommés de son cabinet. Les fonctions du pouvoir exécutif comprennent également la supervision des opérations quotidiennes du gouvernement, la gestion des affaires étrangères et la direction des forces armées du pays. Dans les systèmes démocratiques, le pouvoir exécutif est responsable devant le pouvoir législatif et l'électorat, ses pouvoirs et limites étant définis dans la constitution ou le cadre juridique du pays concerné.

  • Législatif: Le pouvoir législatif du gouvernement est chargé d'élaborer des lois et des règlements et de superviser le fonctionnement du gouvernement. Il se compose généralement d'un corps de représentants élus, tel qu'un parlement, un congrès ou une assemblée, chargé de proposer, débattre, amender et finalement adopter une législation. Le pouvoir législatif joue un rôle crucial dans la représentation des intérêts du peuple, car ses membres sont élus par le public. En plus de légiférer, cette branche détient souvent le pouvoir de lever des impôts, d'allouer des fonds et de mener certaines enquêtes sur des questions d'intérêt public. La structure et les pouvoirs du pouvoir législatif sont généralement définis dans la constitution ou le cadre juridique d'un pays, et ils servent de contrôle sur les pouvoirs exécutif et judiciaire pour garantir un système de freins et contrepoids au sein d'un État.

Exemples de réformes de l'OGP et au-delà

Les exemples suivants sont des engagements précédemment pris au sein ou au-delà de l'OGP qui démontrent des éléments des recommandations formulées ci-dessus. À ce jour, seule une poignée de pays du PGO ont des engagements liés à la liberté de réunion.

Réformes de l'OGP
  • INDONÉSIE Méthodes de justice réparatrice pour protéger les droits fondamentaux : s’engagé à mener et à utiliser la recherche pour concevoir feuilles de route sur la justice réparatrice liée au droit à l’information, au droit à l’expression et au droit de réunion.
  • NIGERIA Co-création et dialogue sur les manifestations pacifiques : s’engagé à co-créer un guide sur des manifestations pacifiques avec la société civile et la police, et sur l'organisation de dialogues citoyens-police avec des organismes indépendants comme la Commission nationale des droits de l'homme.
  • UKRAINE Projet de loi créé grâce à une collaboration interministérielle : Développé un projet de loi sur l'organisation de réunions pacifiques, avec divers ministères (tels que le ministère de la Justice, le ministère de l'Intérieur et le Cabinet des ministres) activement engagés dans le processus.
Au-delà des plans d'action OGP
  • CHILI Responsabilité pour la violence policière lors des manifestations : Ouvert plus d'un millier d'enquêtes, ont sanctionné des centaines de policiers et en ont licencié au moins 14 à la suite d'appels à la responsabilité de groupes de défense des droits qui ont documenté les violences policières contre les manifestants.

Le rôle des gouvernements locaux

Les gouvernements locaux peuvent constituer un rempart essentiel contre les attaques contre la liberté de réunion, en particulier dans les pays où les lois nationales sont soit trop vagues (appliquées largement pour cibler toutes les réunions), soit trop spécifiques (rendant le processus d'organisation d'une manifestation trop onéreux ou risqué). En tant que Centre international pour le droit des organisations à but non lucratif (ICNL) décrit, les gouvernements locaux ont été particulièrement actifs en adoptant de nouvelles garanties pour protéger ce droit.

Par exemple, à la suite d’une campagne menée par les OSC colombiennes, en 2019, « les villes de Barranquilla et Cali ont établi de nouveaux protocoles de protection et de nouvelles garanties pour les manifestations, même si les autorités locales n’ont pas pleinement mis en œuvre ces instruments depuis leur adoption ». Cette tendance est également visible aux États-Unis, où la société civile a poussé les décideurs municipaux et étatiques à introduire de nouvelles réformes pour sauvegarder la liberté de réunion. Selon le tracker de l'ICNL, réformes incluses « de nouvelles limites à l'utilisation de gaz lacrymogènes et d'autres armes moins meurtrières contre les manifestants, l'interdiction du déploiement de technologies de reconnaissance faciale pour surveiller les manifestants et l'obligation pour les agents d'afficher des informations d'identification lorsqu'ils contrôlent les manifestations, afin de renforcer leur responsabilité ».


Qui travaille sur ce sujet ?

I
Indonésie Indonésie
M
Mongolie Mongolie
Monténégro
N
Nigéria Nigéria
U
Ukraine Ukraine
Uruguay Uruguay

Cette liste reflète les membres ayant des engagements dans le domaine politique de la « Liberté de réunion » du Tableau de bord des données.


Partenaires OGP actifs

Les organisations suivantes ont récemment travaillé sur cette question dans le contexte de l'OGP au niveau national ou international. Ils peuvent avoir des idées supplémentaires sur le sujet. Veuillez noter que cette liste n'est pas exhaustive. Si vous êtes intéressé par des initiatives au niveau national, veuillez contacter research@opengovpartnership.org.


Données d'analyse comparative

Le Stratégie OGP 2023-2028 énonce le Défi du gouvernement ouvert et vise à fournir des références claires en matière de performance grâce à des données fiables.

Même si les critères de référence pour chaque pays et Open Gov Guide les recommandations ne sont pas encore intégrées, pour ce chapitre, les personnes intéressées peuvent s’appuyer sur les ensembles de données suivants :

  • Le CIVICUS Surveiller suit les données relatives à l'espace civique dans 196 pays pour déterminer si un pays est fermé, réprimé, obstrué, restreint ou ouvert.
  • Le Freedom House La liberté dans le monde Le rapport analyse la situation des droits politiques et civils dans 195 pays et 15 territoires.
  • International IDEA's Suivi de la démocratie fournit des mises à jour mensuelles sur les événements mondiaux susceptibles d'avoir un impact sur l'état de la démocratie et des droits de l'homme dans 173 pays. Ce tracker fait partie du programme de l'organisation Initiative sur l’état mondial de la démocratie.
  • Le V-DEM Ensemble de données fournit une analyse complète des évaluations de la démocratie, y compris des indicateurs sur l'espace civique.
  • Le Projet de justice mondiale's Etat de droit Index analyse différentes dimensions de la gouvernance dans 140 pays et juridictions, dont plusieurs liées à l'espace civique.
  • Les engagements de l'OGP sur ce sujet peuvent être trouvés sur le Tableau de bord des données.

Orientations et normes

Bien que la liste ci-dessous ne soit pas exhaustive, elle vise à fournir une série de recommandations, de normes et d’analyses pour guider la réforme dans ce domaine politique.

  • Un aperçu des recommandations et des orientations liées à ce sujet est disponible dans le Unité de soutien OGP's Rapport global.
  • Le Comité des droits de l'homme des Nations Unies fournit des orientations supplémentaires aux États parties au Pacte international relatif aux droits civils et politiques en Commentaire général 37, qui comprend des orientations sur la portée des rassemblements pacifiques et sur les devoirs et pouvoirs des forces de l'ordre lors des rassemblements policiers.
  • Le Programme des Nations Unies pour le développement et les terres parsemées de ICNL collaboré à une Boîte à outils décrivant les cadres juridiques de l’espace civique. La boîte à outils comprend des conseils sur la protection des droits à la libre expression, à la libre réunion et à la libre association.
  • ICNL . l'orientation sur les tendances et les stratégies pour résister aux mesures répressives du gouvernement contre la liberté de réunion, y compris des exemples positifs de réforme et de résistance.
  • Le Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe créé un ensemble de lignes directrices sur les réunions pacifiques, qui se concentre sur la manière dont les législateurs et autres praticiens peuvent rédiger et mettre en œuvre des lois pour protéger la liberté de réunion.
  • Le Commission africaine des droits de l'homme et des peuples a publié directives régionales sur la liberté d'association et la liberté de réunion.
  • Le Centre européen de droit à but non lucratif (ECNL) fournit l'orientation sur les manifestations et les rassemblements en général, ainsi que analyse sur la manière dont les normes de l'ONU peuvent être utilisées pour sauvegarder la liberté de réunion. ECNL a également mis à jour son manuel sur la manière d'utiliser le droit de l'UE pour protéger les droits de réunion, d'association et d'expression en 2023.
  • Le International Finance Corporation a publié un manuel spécifiquement axé sur le recours aux forces de sécurité, qui comprend des orientations sur la protection de la liberté de réunion.
Open Government Partnership