Ignorer la navigation

Financement climatique

Pour prévenir les pires effets du changement climatique d’origine humaine, il faut abandonner le financement des activités à forte intensité de gaz à effet de serre au profit d’activités qui réduisent les impacts environnementaux et humains et renforcent la résilience. Ce changement nécessitera des changements dans les financements publics et privés et devra se produire aux niveaux international, national et local. Cependant Les Progrès Les flux financiers liés au climat ont augmenté au cours de la dernière décennie, mais ils ne sont pas encore en bonne voie pour relever le défi et risquent d’être gaspillés sans garanties adéquates. Les membres de l'OGP peuvent utiliser leurs plans d'action pour augmenter le financement des programmes et projets liés au climat au-delà des frontières et dans leur propre pays. Les approches de gouvernement ouvert peuvent contribuer à mettre en lumière la nature des problèmes et l’ampleur des solutions. En introduisant davantage de contrôle public, les gouvernements peuvent avoir l'assurance que l'argent va là où il est censé aller, ni gaspillé ni détourné. L’introduction de davantage de possibilités de participation permet également d’orienter les fonds vers un meilleur ciblage des priorités publiques. En rendant les flux financiers climatiques plus inclusifs, les gouvernements peuvent mieux garantir que les plus vulnérables deviennent plus résilients aux effets du changement climatique.

Défi du gouvernement ouvert : Climat et environnement

Avec les OGP Stratégie 2023-2028, les membres de l'OGP sont prêts à travailler à un certain nombre de réformes thématiques ambitieuses à travers le Défi du gouvernement ouvert. Cette partie du Open Gov Guide aborde le climat et l’environnement.

Invite de défi : Utiliser un gouvernement ouvert pour renforcer la mise en œuvre de stratégies ou d’accords sur le climat et l’environnement.

Les actions et réformes pourraient inclure :

  • Mettre en œuvre les dispositions d’accords tels que l’Accord d’Escazú, la Convention d’Aarhus ou l’Accord de Paris.
  • Mettre en œuvre une feuille de route ou une stratégie climatique et environnementale, renforcée par des approches de gouvernement ouvert.
  • Assurer la surveillance publique et la transparence du financement climatique et rendre plus écologiques les processus fiscaux et de planification existants.

Mots clés

Définitions de termes clés tels que adaptation au climat, financement climatiqueet une atténuation du changement climatique.

  • Adaptation climatique : Adaptation implique « anticiper les effets néfastes du changement climatique et prendre les mesures appropriées pour prévenir ou minimiser les dommages qu’ils peuvent causer, ou tirer parti des opportunités qui peuvent se présenter. »
  • Financement climatique : Selon la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), financement climatique Il s’agit d’un financement local, national ou transnational qui « cherche à soutenir les actions d’atténuation et d’adaptation qui permettront de lutter contre le changement climatique ». Le financement climatique vise à remédier au déséquilibre entre les pays riches et industrialisés qui émettent des niveaux élevés de gaz à effet de serre (GES) et les pays historiquement faibles en émissions qui subissent les pires impacts du changement climatique. Les exemples comprennent une variété de fonds mis en place par les gouvernements dans le cadre de la CCNUCC et de l’Accord de Paris sur le changement climatique, ainsi que par les fonds des banques de développement bilatérales et multilatérales.
  • Atténuation climatique : L'atténuation en particulier se concentre sur la réduction des niveaux d’émissions de gaz à effet de serre existants et la prévention de nouvelles émissions afin de rendre moins grave l’impact du changement climatique.

La preuve

Des recherches de plus en plus nombreuses illustrent le potentiel d’un financement climatique ciblé lorsqu’il est effectué de manière transparente et en mettant l’accent sur la participation civique et la responsabilité publique, même s’il reste beaucoup de travail à faire.

  • Les pays devraient investir dans leur capacité institutionnelle à concevoir, mettre en œuvre et surveiller des projets sur le changement climatique afin d’accéder pleinement et d’exploiter efficacement les fonds internationaux pour le climat. Cette incitation à améliorer les systèmes nationaux et locaux de gestion du financement climatique a pour effet en aval de renforcer l’impact de ce type de financement.
  • Preuve d'un évaluation Les efforts déployés pour conserver les forêts montrent que les processus participatifs, inclusifs et transparents aident non seulement à capter les GES, mais profitent également aux communautés.
  • Le Groupe de travail sur l’accès au financement climatique a réalisé une examen des preuves de la planification climatique nationale et a constaté que la combinaison d’une surveillance publique et d’une élaboration de politiques fondées sur des données probantes permettait d’obtenir de meilleurs retours sur investissement.
  • Les systèmes de financement climatique ont tendance à être opaques et manquent de responsabilité significative dans le financement de projets et de programmes liés à l'adaptation. Selon le Partenariat international de budgétisation, même si ce financement parvient aux communautés locales, il est difficile de garantir qu’il profite aux groupes historiquement exclus. L’amélioration des mécanismes de responsabilisation et d’inclusion, notamment par la création de coalitions, est un moyen de résoudre ce problème.

Orientation de la réforme

Les recommandations ci-dessous représentent des réformes que les gouvernements nationaux et locaux, les représentants des organisations de la société civile et d'autres peuvent envisager pour leurs plans d'action et le Défi du gouvernement ouvert. Les réformes sont classées selon les principales valeurs de l'OGP : transparence, participation civique et responsabilité publique. Les réformes doivent être adaptées au contexte national, et impliquer et coordonner avec d’autres niveaux et branches du gouvernement.

Les réformes dans tous les domaines politiques sont également marquées par le degré estimé de difficulté de mise en œuvre. Même si les progrès ne sont souvent pas linéaires, les recommandations ont été catégorisées à l’aide de ces étiquettes pour donner au lecteur une idée de la manière dont différentes réformes peuvent fonctionner ensemble pour accroître l’ambition des approches de gouvernement ouvert.

Clé des réformes recommandées

  • Transparence: La transparence permet aux citoyens d'exercer leurs droits, de demander des comptes au gouvernement et de participer aux processus décisionnels. Des exemples d'activités pertinentes incluent la publication proactive ou réactive d'informations détenues par le gouvernement, les cadres juridiques ou institutionnels visant à renforcer le droit d'accès à l'information et la divulgation d'informations à l'aide de normes de données ouvertes.

  • Participation civique: Lorsque les gens sont impliqués, les gouvernements et les institutions publiques sont plus réactifs, innovants et efficaces. Des exemples d'initiatives pertinentes comprennent des processus et des mécanismes nouveaux ou améliorés permettant au public de contribuer aux décisions, des mécanismes participatifs pour impliquer les groupes sous-représentés dans l'élaboration des politiques et un environnement juridique garantissant les droits civils et politiques.

  • Responsabilité publique: La responsabilité publique se produit lorsque les institutions publiques doivent justifier leurs actions, agir en fonction des exigences et des critiques et assumer la responsabilité de leur non-respect des lois ou des engagements. Il est important de noter que la responsabilité publique signifie que les membres du public peuvent également accéder aux mécanismes de responsabilisation et les déclencher. Parmi les exemples d’activités pertinentes figurent les audits citoyens des performances, les mécanismes ou institutions nouveaux ou améliorés qui répondent aux processus d’appel lancés par les citoyens et l’amélioration de l’accès à la justice.

  • Inclusion: L’inclusion est fondamentale pour parvenir à des politiques plus équitables, représentatives et responsables qui servent véritablement tous les peuples. Cela implique d’accroître la voix, l’action et l’influence des groupes historiquement discriminés ou sous-représentés. Selon le contexte, les groupes traditionnellement sous-représentés peuvent être victimes de discrimination fondée sur le sexe, l'identité sexuelle, la race, l'origine ethnique, l'âge, la géographie, les capacités différentes, le statut juridique ou socio-économique.

  • Fondamentale: Cette balise est utilisée pour les réformes qui constituent les éléments essentiels d’un domaine politique. « Fondamental » ne signifie pas une faible ambition ou un faible impact. Ces recommandations établissent souvent des cadres juridiques et des structures institutionnelles de base.

  • Intermédiaire: Cette balise est utilisée pour les réformes complexes et qui impliquent souvent une coordination et une sensibilisation entre les branches, les institutions et les niveaux de gouvernement, avec le public ou entre les pays.

  • Avancée: Cette balise est utilisée pour les réformes qui comblent des lacunes importantes afin de rendre le travail existant plus efficace et plus percutant. Plus précisément, les réformes « avancées » sont particulièrement ambitieuses, innovantes ou comblent des lacunes importantes pour rendre le travail existant plus efficace, plus percutant ou plus durable. Ils sont souvent appliqués dans des environnements matures où ils cherchent à institutionnaliser une bonne pratique qui a déjà donné des résultats.

  • Exécutif: Le pouvoir exécutif du gouvernement est responsable de la conception, de la mise en œuvre et de l'application des lois, des politiques et des initiatives. Il est généralement dirigé par le chef de l'État ou du gouvernement, tel qu'un président ou un premier ministre, ainsi que par les membres nommés de son cabinet. Les fonctions du pouvoir exécutif comprennent également la supervision des opérations quotidiennes du gouvernement, la gestion des affaires étrangères et la direction des forces armées du pays. Dans les systèmes démocratiques, le pouvoir exécutif est responsable devant le pouvoir législatif et l'électorat, ses pouvoirs et limites étant définis dans la constitution ou le cadre juridique du pays concerné.

  • Législatif: Le pouvoir législatif du gouvernement est chargé d'élaborer des lois et des règlements et de superviser le fonctionnement du gouvernement. Il se compose généralement d'un corps de représentants élus, tel qu'un parlement, un congrès ou une assemblée, chargé de proposer, débattre, amender et finalement adopter une législation. Le pouvoir législatif joue un rôle crucial dans la représentation des intérêts du peuple, car ses membres sont élus par le public. En plus de légiférer, cette branche détient souvent le pouvoir de lever des impôts, d'allouer des fonds et de mener certaines enquêtes sur des questions d'intérêt public. La structure et les pouvoirs du pouvoir législatif sont généralement définis dans la constitution ou le cadre juridique d'un pays, et ils servent de contrôle sur les pouvoirs exécutif et judiciaire pour garantir un système de freins et contrepoids au sein d'un État.

Exemples de réformes de l'OGP et au-delà

Les exemples suivants sont des engagements précédemment pris au sein ou au-delà de l'OGP qui démontrent des éléments des recommandations formulées ci-dessus. La finance climatique représente un nouveau domaine de travail pour les membres de l'OGP en termes d'engagements dans les plans d'action, avec les membres d'Amérique latine et des Caraïbes comme pionniers.

Réformes de l'OGP
  • COSTA RICA Données publiques ouvertes sur le changement climatique : Créé une donnée ouverte portail où les données liées au changement climatique sont stockées et publiées pour un accès public. Bien que le pays n’ait pas encore publié son ensemble de données sur le financement climatique, son inventaire des émissions de carbone ventilé par secteur peut servir de base au calcul de la tarification du carbone.
  • ALLEMAGNE Divulgation des données de l'industrie extractive : Créé une nouvelle base juridique, une nouvelle infrastructure technique et des mécanismes institutionnels pour divulguer publiquement pour la première fois des rapports complets sur les revenus et les informations opérationnelles du secteur extractif, afin de répondre aux exigences d'adhésion à l'Initiative pour la transparence des industries extractives.
  • KENYA Engagement communautaire en faveur de la transparence du financement climatique : s’engagé à la création de processus d’engagement communautaire multipartites pour concevoir des solutions climatiques, par exemple en rendant les données sur le financement climatique plus transparentes.
  • Khmelnytskyï, Ukraine Économie verte inclusive : Co-créé un plan d'action Green Course pour développer une économie inclusive et neutre pour le climat qui assure la croissance, qui a remporté un prix OGP Innovation en 2021. La municipalité a consulté un large éventail d'acteurs locaux à chaque étape de la planification, de la collecte de données à l'identification des options politiques.
  • MONTENEGRO Données ouvertes sur l'utilisation des fonds de l'UE : s’engagé à la création d'un portail de données national et centralisé sur les fonds européens disponibles liés aux politiques vertes, ainsi que sur la mise en œuvre par le pays des priorités du Green Deal européen et des projets en cours financés par l'UE.
  • ÉTAT DU PLATEAU, NIGÉRIA Transparence dans le secteur extractif : s’engagé à la création du Forum de transparence extractive de l'État du Plateau pour assurer la transparence dans la mise en œuvre des accords de développement communautaire et des plans de gestion environnementale. Il s'est également engagé à divulguer le montant exact des fonds de dérivation gagnés par l'industrie extractive dans l'État du Plateau.
  • QUINTANA ROO, MEXIQUE Table ronde multipartite sur le développement durable : s’engagé à la création d'une table ronde multipartite sur la lutte contre la corruption et l'environnement pour co-créer des plans durables pour lutter contre le changement climatique, protéger la biodiversité et l'environnement et surveiller la durabilité des projets de développement. Comprend un à l'AMS rendre transparentes les allocations budgétaires environnementales.
Au-delà des plans d'action OGP
  • AMSTERDAM, PAYS-BAS Collaboration multipartite pour une économie circulaire : Convoqué des représentants du gouvernement, du secteur privé, du monde universitaire et du grand public pour identifier les principales priorités et opportunités de collaboration afin de développer un économie circulaire dans le cadre de son "Stratégie de la Circulaire d’Amsterdam 2020-2025. »
  • COLOMBIE Plateforme en ligne pour surveiller le financement climatique : L'un des premiers pays à développer un cadre de mesure, de reporting et de vérification (MRV) pour suivre les actions de financement climatique provenant de sources publiques, tant au niveau national qu'international. A également créé une plateforme en ligne pour publier les données – au moment de son lancement en 2017, le gouvernement inscrit plus de 6 milliards de dollars d’actions de financement sur la plateforme.
  • FIDJI Analyse et dépenses du financement climatique : Développé un stratégie de financement climatique identifier les priorités d’investissement pour l’adaptation et l’atténuation du changement climatique à court terme (2022-2025) et à moyen terme (2026-2029). La stratégie comprend également des priorités de dépenses et des outils de suivi et d’évaluation.

Le rôle des gouvernements locaux

Les menaces posées par le changement climatique sont liées de manière disproportionnée à la vie au niveau local. Selon le Alliance pour le leadership en matière de financement climatique des villes, « Les villes représentent déjà 70 % des émissions mondiales de CO2 liées à la consommation d'énergie ; Si rien n’est fait, les émissions continueront d’augmenter à mesure que l’urbanisation s’accélère, en particulier dans les pays en développement. Les villes sont également à l’avant-garde de la vulnérabilité au changement climatique : 70 % des villes subissent déjà des impacts néfastes sur leurs citoyens et leurs infrastructures en raison du changement climatique.

Pour faire face à ces menaces, les gouvernements à l’échelle infranationale – comme les provinces, les États et les municipalités – ont déjà commencé à tirer parti des instruments de financement climatique pour soutenir les efforts d’adaptation et d’atténuation. Un exemple, comme dans le États-Unis, consiste à utiliser les subventions existantes pour investir dans le renforcement de la résilience des infrastructures face aux événements météorologiques extrêmes, dans l’atténuation des risques sanitaires liés au climat et dans l’élargissement de l’accès à l’énergie propre. Un autre exemple est le recours aux investissements et aux incitations pour soutenir dépenses au niveau des ménages, par exemple en accordant des subventions ou des allégements fiscaux pour rendre les bâtiments plus économes en énergie.

En outre, à mesure que les gouvernements locaux investissent dans la lutte contre le changement climatique, des actions telles que la collecte de revenus, la taxation des activités néfastes, les emprunts et les dépenses devront suivre les meilleures pratiques en matière de transparence et de mécanismes indépendants de responsabilité publique.

Pour plus d'informations sur les progrès des gouvernements locaux en matière de budgétisation, de collecte de recettes et de dépenses en faveur d'initiatives liées au climat, visitez le site de l'OCDE. Centre de financement climatique des gouvernements infranationaux.


Qui travaille sur ce sujet ?

A
Albanie Albanie
District d'Anloga, Ghana
Argentine Argentine
Austin, États-Unis
Australie Australie
B
Banggai, Indonésie
Banská Bystrica, République slovaque
Brasil Brasil
Buenos Aires, Argentine
Bulgarie Bulgarie
Burkina Faso Burkina Faso
C
Canada Canada
Chili Chili
Colombie Colombie
Corrientes (Ville), Argentine
Costa Rica Costa Rica
Côte d'Ivoire Côte D'ivoire
Croatie Croatie
D
Danemark Danemark
Detmold, Allemagne
République Dominicaine République Dominicaine
E
Équateur Équateur
F
France France
G
État de la Georgie État de la Georgie
Allemagne Allemagne
Grèce Grèce
Guatemala Guatemala
Gwangju, République de Corée
Gyumri, Arménie
H
Honduras Honduras
I
Indonésie Indonésie
Irlande Irlande
Israël Israël
Italie Italie
J
Jamaica Jamaica
Jordanie Jordanie
K
État de Kaduna, Nigéria
Kenya Kenya
Khmelnytskyï, Ukraine
M
Malte Malte
Mendoza, Argentine
Mexique Mexique
Mongolie Mongolie
Monténégro
Maroc Maroc
N
Nigéria Nigéria
Macédoine du Nord
la Norvège
P
Panama Panama
Paraguay Paraguay
Paris, France
Peñalolén, Chili
Pérou Pérou
Philippines Philippines
Plateau, Nigéria
Portugal Portugal
Q
Quintana Roo, Mexique
R
République de Corée République de Corée
République de Moldova République de Moldavie
Roumanie Roumanie
Rosario, Argentine
Rustavi, Géorgie
S
Santo Domingo De Los Tsáchilas, Équateur
Ecosse, Royaume-Uni
Sekondi-Takoradi, Ghana
Sénégal Sénégal
Serbie
Chama, Ghana
Sierra Leone Sierra Leone
Afrique du Sud Afrique du Sud
Espagne Espagne
Sri Lanka Sri Lanka
T
Tunisie Tunisie
U
Ukraine Ukraine
États-Unis États-Unis
Uruguay Uruguay
V
Vanadzor, Arménie
W
Wassa Amenfi Est, Ghana
Y
Erevan, Arménie

Cette liste reflète les membres ayant des engagements dans le domaine politique « Environnement et Climat » de la Tableau de bord des données.


Partenaires OGP actifs

Les organisations suivantes ont récemment travaillé sur cette question dans le contexte de l'OGP au niveau national ou international. Ils peuvent avoir des idées supplémentaires sur le sujet. Veuillez noter que cette liste n'est pas exhaustive. Si vous êtes intéressé par des initiatives au niveau national, veuillez contacter research@opengovpartnership.org.


Données d'analyse comparative

L’organisme de bienfaisance Stratégie OGP 2023-2028 énonce le Défi du gouvernement ouvert et vise à fournir des références claires en matière de performance grâce à des données fiables.

Même si les critères de référence pour chaque pays et Open Gov Guide les recommandations ne sont pas encore intégrées, pour ce chapitre, les personnes intéressées peuvent s’appuyer sur les ensembles de données suivants :

  • WRI héberge un site de NDN Collective intitulé « Payer pour l'Accord de Paris » pour mettre en évidence les mesures que les gouvernements peuvent prendre pour financer les objectifs climatiques de l'accord, qui comprend une ventilation pays par pays.
  • L’organisme de bienfaisance Financement climatique de la CCNUCC Portail de données agit comme un centre d’échange d’informations sur les dépenses publiques accessibles au public.
  • L’organisme de bienfaisance OCDE les usages "Marqueurs de Rio» pour suivre le financement climatique, bien que ce marqueur binaire comptabilise tous les financements des membres de l’OCDE comme ayant une composante climatique. L'OCDE maintient également le Centre de financement climatique des gouvernements infranationaux, qui suit les progrès réalisés au niveau régional et municipal dans le respect des engagements de l'Accord de Paris et d'autres initiatives vertes à travers la budgétisation, la collecte de recettes et les dépenses.

Orientations et normes

Bien que la liste ci-dessous ne soit pas exhaustive, elle vise à fournir une série de recommandations, de normes et d’analyses pour guider la réforme dans ce domaine politique.

  • L’organisme de bienfaisance CCNUCC a plusieurs numériques liés au financement climatique sur son site Web, y compris une base de données sur les activités financées par les pays mettant en œuvre la mise en œuvre. Les parties à l’Accord de Paris sont tenues de rendre compte tous les deux ans du soutien apporté aux pays en développement. De plus, le Action pour l'autonomisation climatique (ACE), créé lors de la réunion de la CCNUCC de 2013, vise à établir des points focaux nationaux pour coordonner l'accès à l'information et la participation du public à la mise en œuvre de la Accord de Paris. La plupart des pays de l'OGP se sont engagés à créer ces bureaux dans le cadre de leurs contributions à l'Accord de Paris sur le climat.
  • L’organisme de bienfaisance Une campagne a publié un détail rapport sur les obstacles actuels qui empêchent les niveaux nécessaires de transparence et de surveillance des données sur le financement climatique. Le rapport comprend également des recommandations spécifiques pour combler les lacunes en matière de données et sur la manière d'accélérer le financement des initiatives liées au climat.
  • L’organisme de bienfaisance Principes des Nations Unies pour l'investissement responsable (UNPRI) a publié un évaluation des tendances en matière de reporting des indicateurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) pour le secteur privé, y compris des sujets tels que les risques de corruption et la protection des lanceurs d'alerte. De tels rapports sont essentiels pour garantir que les investissements répondent efficacement aux risques liés au changement climatique. L'UNPRI a également publié un base de données de réglementations en matière de finance durable à travers plus de 850 outils politiques.
  • À partir de 2023, le Conseil international des normes de durabilité (ISSB), un organisme mondial de normalisation, a publié une norme pour Divulgations liées au climat. Selon l'ISSB, la norme « exige qu'une entité fournisse des informations sur les risques et opportunités liés au climat dont on pourrait raisonnablement s'attendre à ce qu'ils affectent les flux de trésorerie de l'entité, son accès au financement ou le coût du capital à court, moyen ou long terme ». La norme s’appuie sur les travaux du Groupe de travail sur les informations financières liées au climat, qui a conclu ses travaux et dissous en octobre 2023.
  • L’organisme de bienfaisance banques multilatérales de développement— comme la Banque mondiale, la Banque interaméricaine de développement, la Banque asiatique de développement, la Banque africaine de développement et la Banque européenne — ont publié un méthodologie commune pour suivre le financement de l’adaptation au changement climatique et fournir des conseils sur la manière de réaliser un tel suivi.
  • L’organisme de bienfaisance Union européenne a publié un taxonomie des risques, qui fixe des seuils de performance pour les investisseurs, les entreprises et autres acteurs du secteur privé. Par exemple, la taxonomie fixe des exigences pour les activités économiques qui apportent une « contribution substantielle » à au moins un des six objectifs environnementaux définis et qui « ne causent pas de préjudice significatif » aux cinq autres. La taxonomie exige également le respect d'autres normes internationales sur entreprises et droits de l'homme et Entreprises multinationales pour respecter les garanties minimales.
  • En 2022, la division de  United States Securities and Exchange Commission (SECONDE) proposé des changements de règles pour exiger certaines informations liées au climat dans leurs déclarations d’enregistrement et leurs rapports régulièrement soumis. Même si cette règle n'a pas encore été finalisée, elle pourrait représenter un progrès important sur l'un des plus grands marchés financiers du monde.
  • L’organisme de bienfaisance Royaume Uni publié un document d'orientation sur l'investissement durable qui fournit des conseils aux régulateurs, aux investisseurs et aux agences de notation sur la manière de garantir que les principes de durabilité sont intégrés dans les outils financiers émergents.
  • WRI a quatre domaines de travail clés liés à financement climatique: promouvoir financement durable du secteur privé, renforçant institutions de financement du développement, en défendant le rôle de la finance dans les négociations internationales sur le climatet soutenant la capacité des gouvernements à accéder au financement climatique. De plus, les WRI Laboratoire de changement de systèmes est une autre ressource essentielle qui propose six domaines clés pour renforcer les systèmes financiers nationaux afin d'obtenir et de superviser le financement climatique. Même si des mesures devront être prises à tous les niveaux, le système national sera, dans l’ensemble, le lieu où se concentrera l’essentiel du financement climatique. Tous les pays devront renforcer leurs systèmes financiers pour garantir que les financements publics, privés et mixtes atteignent leurs objectifs et soient soumis au contrôle public.
  • Un domaine de travail clé pour le Partenariat budgétaire international (PIB) est financement climatique. L'organisation a mené des recherches sur les leçons apprises pour améliorer la responsabilité dans ce domaine politique, ainsi que des études de cas et d'autres analyses pour faire progresser les approches de gouvernement ouvert sur ce sujet.
  • L’organisme de bienfaisance Initiative de politique climatique créée une « méthodologie du paysage » pour suivre les sources et les utilisations du financement climatique, qui constitue le fondement de sa Paysage mondial du financement climatique rapport. Les données analysées, notamment par région, niveau de gouvernement et secteur, contribuent à soutenir la collecte de données pour les rapports de la CCNUCC et du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. La Climate Policy Initiative est également le Secrétariat de la Alliance pour le leadership en matière de financement climatique des villes.
Open Government Partnership