Skip Navigation

Susciter la création conjointe grâce à la transparence et à la publication proactive de données

Mélanie Robert|

English Version »

Nous vivons des moments passionnants en matière de gouvernement ouvert au Canada. En tant que membre nouvellement élu du Comité directeur du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO), notre pays s’apprête à jouer un rôle de premier plan au sein de la collectivité internationale. Ici même, notre équipe s’emploie sans relâche à intensifier nos efforts, à créer et à saisir les occasions de concrétiser le gouvernement ouvert dans l’ensemble de la fonction publique et à engager l’État dans la voie de l’«ouverture par défaut».

Des engagements à bâtir

C’est au Sommet mondial du PGO, au mois de décembre dernier à Paris, que nous avons véritablement saisi l’intérêt que nous avions à faire part de notre expérience et à apprendre des autres membres du Partenariat alors que nous nous efforçons de promouvoir les principes d’ouverture et de transparence au moyen de gestes concrets. La mobilisation et la collaboration du public doivent être au cœur de nos efforts, car elles nous aideront à découvrir les défis et les occasions dont s’accompagne le gouvernement ouvert, et à trouver et à mettre en œuvre les meilleures solutions.

Cette mobilisation et cette collaboration, le Canada s’efforce de les susciter notamment en publiant des jeux de données qui contiennent les commentaires et les idées ayant été reçues dans le cadre des consultations publiques portant sur notre plan d’action national. Cela nous a permis de mettre en place les éléments nécessaires pour bâtir les engagements que renferme le plan d’action. Ce faisant, nous demeurons responsables et transparents. Ainsi, ceux et celles qui ont participé aux consultations sont en mesure de voir plus facilement comment leurs idées et leurs suggestions ont alimenté la version définitive du plan d’action national, et les décisions prises au cours du processus sont situées dans leur contexte.

Nous avons adopté une approche semblable avec la publication du Répertoire de données ouvertes, grâce auquel la population canadienne pourra voir quelles données sont recueillies par le gouvernement fédéral et préciser lesquelles l’intéressent le plus. Les Canadiens et les Canadiennes auront alors leur mot à dire au sujet des données qui devraient être diffusées en premier lieu, ce qui aidera les ministères à établir des priorités dans la publication de données en se fondant à la fois sur la demande externe et la capacité interne.

Subventions et contributions

Un exemple récent de création conjointe nous donne lieu de croire que l’engagement du Canada en matière d’information ouverte acquiert de la maturité et accorde une valeur réelle à l’endroit de la société. Dans le cadre de son plus récent plan d’action national, le Canada s’est engagé à accroître la transparence sur le financement par l’entremise des subventions et contributions qu’il accorde. Il s’agit là de sommes que le gouvernement du Canada verse à divers bénéficiaires afin d’élargir la portée de ses objectifs et priorités en matière de politiques, et d’appuyer le développement d’une large diversité de compétences et de ressources, à l’extérieur du gouvernement fédéral.

Auparavant, les ministères rendaient compte de ces dépenses dans divers formats, et plusieurs d’entre eux publiaient leurs rapports à partir de leurs propres sites Web internes, selon un calendrier rigide.

À l’heure actuelle, le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada travaille avec d’autres ministères et avec la société civile afin de normaliser et d’élargir les données présentées et publiées sur les subventions et contributions. Nous espérons que cet exercice fournira une transparence et une responsabilisation accrues, et permettra aux ministères de publier plus souvent des données significatives.

Dans le cadre des discussions préliminaires, de nombreux ministères et principaux intervenants ont dit qu’ils étaient ravis de cette initiative et, même bien qu’il nous reste encore beaucoup à faire pour assurer une transparence totale, cette initiative a éveillé un intérêt considérable et a suscité un bon nombre d’idées – en plus d’avoir l’avantage d’être en avance sur le calendrier prévu.

Poursuivre la conversation – et la collaboration

Nous sommes heureux de souligner que nous allons poursuivre la collaboration avec la première causerie publique de l’École de la fonction publique du Canada, qui aura lieu la semaine prochaine, le 12 avril. La discussion portera sur les multiples possibilités qui s’offrent à nous d’intégrer le gouvernement ouvert dans le quotidien partout au Canada. Les participants y entendront, de la part de différents experts, comment simplifier cette transformation au sein de leur propre organisation.

Cette causerie a été organisée conjointement avec nos collègues de GovLab, du MacArthur Research Network on Opening Governance, du gouvernement de la Colombie-Britannique, de NordOuvert et de notre École de la fonction publique. Si vous n’habitez pas dans la région d’Ottawa, ne craignez rien : vous pourrez y participer par webdiffusion, tant en français qu’en anglais.

Et si vous voulez savoir tout ce qui se passe en ce qui a trait au gouvernement ouvert au Canada, nous vous encourageons à suivre notre compte Twitter du gouvernement ouvert et à consulter régulièrement le site ouvert.canada.ca pour y trouver les plus récentes publications de données et d’information, et pour avoir la chance de collaborer et de créer conjointement.

D’ailleurs, ce ne sera pas long avant que nous commencions à préparer notre prochain plan d’action : nous avons hâte de lire les nombreuses suggestions que les gens nous feront parvenir!

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!