Ignorer la navigation

La violence sexiste

Les approches de gouvernement ouvert peuvent contribuer à lutter contre l'une des violations des droits humains les plus répandues dans le monde : la violence basée sur le genre (VBG). La violence basée sur le genre nécessite de nombreuses document. Cela peut être physique, sexuel, émotionnel, financier et psychologique. Les femmes et les filles sont majoritairement les cibles de la violence basée sur le genre, en particulier les femmes vivant dans la pauvreté ou dans des sociétés extrêmement inégalitaires, même si ce problème touche également les hommes, les garçons et les personnes de tous genres et de toutes les sexualités. Le plus formes répandues Les principaux types de violence sont la violence conjugale (VPI) et la violence sexuelle hors partenaire (VPSN), bien que les incidents de violence sexiste facilitée par la technologie et la violence en ligne ont considérablement augmenté ces dernières années. Ceci, à son tour, peut affecter participation politique des femmes et l'implication dans la vie civique, y compris dans des élections.

L'ouverture du gouvernement peut rendre les systèmes et les services plus transparents, accessibles et plus adaptés aux besoins des survivantes de violences basées sur le genre. Ils peuvent contribuer à prévenir la violence en veillant à ce que les victimes et les auteurs potentiels comprennent la loi et puissent accéder aux ressources. Ils peuvent contribuer à garantir que les survivants de violences aient accès aux services et justice mécanismes et la possibilité de façonner ces services pour mieux répondre à leurs besoins. À mesure que s’accumulent les preuves démontrant que les approches collaboratives et participatives donnent des résultats, les gouvernements pourraient également souhaiter intensifier les approches d’engagement communautaire et améliorer l’accès aux données sur le genre. Il doit y avoir des libertés démocratiques adéquates, permettant mouvements, organisations et individus pour protestation, parler à leurs représentants et au public et soulever des problèmes sans peur des représailles.

Défi du gouvernement ouvert : genre et inclusion

Avec les OGP Stratégie 2023-2028, les membres de l'OGP sont prêts à travailler à un certain nombre de réformes thématiques ambitieuses à travers le Défi du gouvernement ouvert. Cette partie du Open Gov Guide aborde le genre et l’inclusion.

Invite de défi : Adopter des réformes de gouvernement ouvert pour promouvoir la pleine participation des femmes aux niveaux politique, social et économique.

Les actions et réformes pourraient inclure :

  • Des réformes ciblées sur le genre, telles que des mécanismes visant à lutter contre la violence sexiste, tant en ligne que hors ligne ;
  • Intégrer le genre dans d'autres domaines de défis (par exemple, la lutte contre la corruption, l'ouverture budgétaire, le climat et l'environnement) ; et
  • Rendre la conception et la mise en œuvre des réformes participatives et inclusives pour les communautés touchées.

Mots clés

Définitions de termes clés tels que fémicide, données sur le genreet une violence de genre.

  • Féminicide : Un meurtre intentionnel avec une motivation liée au genre, fémicide (ou féminicide) peut être motivé par des rôles de genre stéréotypés, une discrimination à l’égard des femmes et des filles, des relations de pouvoir inégales entre les femmes et les hommes ou des normes sociales néfastes.
  • Données de genre : Également connues sous le nom de « statistiques de genre », les données sur le genre désigne « des données ventilées par sexe ainsi que des données qui concernent exclusivement ou principalement les femmes et les filles ». Selon Données2x, une organisation de la société civile (OSC) qui travaille à améliorer la production et l'utilisation de données sur le genre, « les données sur le genre fournissent un aperçu significatif des différences de bien-être entre les femmes et les hommes, et les filles et les garçons, ainsi que des informations exploitables pour que les politiques puissent y remédier. disparités. »
  • Violences sexistes : Selon l'Australien Commissaire à la sécurité électronique, « la violence de genre est toute forme de violence ou d’abus physique ou non physique contre une personne ou un groupe de personnes en raison de croyances biaisées ou néfastes sur le genre. Cela peut inclure des choses qui se produisent en ligne et qui utilisent la technologie numérique.
  • Violence entre partenaires intimes (VPI) : La VPI fait référence à la maltraitance ou au meurtre d'une personne par son partenaire ou son conjoint. Les formes les plus courantes sont la maltraitance physique, sexuelle, financière ou psychologique d'une personne par son partenaire ou son conjoint.
  • Violence Sexuelle Non Partenaire (NPSV) : La NPSV fait référence aux actes de violence sexuelle commis par toute personne qui n'est pas un conjoint ou un partenaire intime actuel ou ancien. Les NPSV peuvent être perpétrées par un membre de la famille, un ami, une connaissance ou un étranger.

La preuve

La lutte contre l’omniprésence de la violence basée sur le genre nécessite une approche pangouvernementale, comprenant des améliorations du système de santé et du système juridique, l’éducation du public sur les droits et les services, l’accès économique et la protection sur le lieu de travail. Les approches de gouvernement ouvert sont des éléments essentiels pour mettre en œuvre des réformes dans le cadre de ces stratégies.

  • Il a été démontré que les interventions participatives et collaboratives sont des moyens efficaces de prévenir et de lutter contre la VBG. L'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et ONU Femmes ont créé des programmes fondés sur des données probantes autour du « RESPECT ». cadre, qui se concentrent sur l'engagement communautaire et l'autonomisation des organisations de jeunes et de femmes. Savants évaluer les approches pour lutter contre la VBG soulignent l'importance des méthodes participatives, telles que les activités de groupe sur le genre et l'autonomisation sociale, les méthodes d'apprentissage participatives et l'accès à l'information publique. Une méta-évaluation distincte par le Institut mondial des femmes ont constaté que les interventions étaient plus efficaces lorsqu'elles étaient participatives et multisectorielles (impliquant des organisations gouvernementales et non gouvernementales), ce qui a été corroboré par un autre méta-étude.
  • Il a été démontré que la création de voies de responsabilisation améliore les résultats pour les femmes et les enfants en particulier. UN étude au Pérou, ont constaté que, dans les communautés dotées de centres de justice pour les femmes, les signalements de crimes sexistes ont augmenté de 40 pour cent, tandis que la violence sexiste, les féminicides et les décès de femmes dus à des agressions ont diminué de 10 pour cent. Les enfants vivant dans des ménages proches d’un centre sont devenus beaucoup plus susceptibles d’aller à l’école et moins susceptibles d’abandonner leurs études.
  • D’après ONU Femmes, « Les preuves montrent que les impacts de la violence contre les femmes et les filles facilitée par la technologie et en ligne peuvent être aussi graves que la violence « hors ligne » », avec des conséquences négatives sur la santé, la sécurité et la participation civique, y compris la participation politique. Par exemple, lors d’une réunion de l’Union interparlementaire (UIP) de 2021 enquête, 80 pour cent des femmes parlementaires de 50 pays africains ont déclaré avoir subi des violences psychologiques au cours de leur mandat, y compris des menaces en ligne. L'UIP a également souligné le rôle de la violence dans la suppression de la participation politique des femmes sur tout le continent. Il est nécessaire de faire face à cette menace croissante, notamment grâce à des approches de gouvernement ouvert, pour garantir la participation pleine et égale de tous à la vie publique.

Orientation de la réforme

Les recommandations ci-dessous représentent des réformes que les gouvernements nationaux et locaux, les représentants des organisations de la société civile et d'autres peuvent envisager pour leurs plans d'action et le Défi du gouvernement ouvert. Les réformes sont classées selon les principales valeurs de l'OGP : transparence, participation civique et responsabilité publique. Les réformes doivent être adaptées au contexte national, et impliquer et coordonner avec d’autres niveaux et branches du gouvernement.

Les réformes dans tous les domaines politiques sont également marquées par le degré estimé de difficulté de mise en œuvre. Même si les progrès ne sont souvent pas linéaires, les recommandations ont été catégorisées à l’aide de ces étiquettes pour donner au lecteur une idée de la manière dont différentes réformes peuvent fonctionner ensemble pour accroître l’ambition des approches de gouvernement ouvert.

Clé des réformes recommandées

  • Transparence: La transparence permet aux citoyens d'exercer leurs droits, de demander des comptes au gouvernement et de participer aux processus décisionnels. Des exemples d'activités pertinentes incluent la publication proactive ou réactive d'informations détenues par le gouvernement, les cadres juridiques ou institutionnels visant à renforcer le droit d'accès à l'information et la divulgation d'informations à l'aide de normes de données ouvertes.

  • Participation civique: Lorsque les gens sont impliqués, les gouvernements et les institutions publiques sont plus réactifs, innovants et efficaces. Des exemples d'initiatives pertinentes comprennent des processus et des mécanismes nouveaux ou améliorés permettant au public de contribuer aux décisions, des mécanismes participatifs pour impliquer les groupes sous-représentés dans l'élaboration des politiques et un environnement juridique garantissant les droits civils et politiques.

  • Responsabilité publique: La responsabilité publique se produit lorsque les institutions publiques doivent justifier leurs actions, agir en fonction des exigences et des critiques et assumer la responsabilité de leur non-respect des lois ou des engagements. Il est important de noter que la responsabilité publique signifie que les membres du public peuvent également accéder aux mécanismes de responsabilisation et les déclencher. Parmi les exemples d’activités pertinentes figurent les audits citoyens des performances, les mécanismes ou institutions nouveaux ou améliorés qui répondent aux processus d’appel lancés par les citoyens et l’amélioration de l’accès à la justice.

  • Inclusion: L’inclusion est fondamentale pour parvenir à des politiques plus équitables, représentatives et responsables qui servent véritablement tous les peuples. Cela implique d’accroître la voix, l’action et l’influence des groupes historiquement discriminés ou sous-représentés. Selon le contexte, les groupes traditionnellement sous-représentés peuvent être victimes de discrimination fondée sur le sexe, l'identité sexuelle, la race, l'origine ethnique, l'âge, la géographie, les capacités différentes, le statut juridique ou socio-économique.

  • Fondamentale: Cette balise est utilisée pour les réformes qui constituent les éléments essentiels d’un domaine politique. « Fondamental » ne signifie pas une faible ambition ou un faible impact. Ces recommandations établissent souvent des cadres juridiques et des structures institutionnelles de base.

  • Intermédiaire: Cette balise est utilisée pour les réformes complexes et qui impliquent souvent une coordination et une sensibilisation entre les branches, les institutions et les niveaux de gouvernement, avec le public ou entre les pays.

  • Avancée: Cette balise est utilisée pour les réformes qui comblent des lacunes importantes afin de rendre le travail existant plus efficace et plus percutant. Plus précisément, les réformes « avancées » sont particulièrement ambitieuses, innovantes ou comblent des lacunes importantes pour rendre le travail existant plus efficace, plus percutant ou plus durable. Ils sont souvent appliqués dans des environnements matures où ils cherchent à institutionnaliser une bonne pratique qui a déjà donné des résultats.

  • Exécutif: Le pouvoir exécutif du gouvernement est responsable de la conception, de la mise en œuvre et de l'application des lois, des politiques et des initiatives. Il est généralement dirigé par le chef de l'État ou du gouvernement, tel qu'un président ou un premier ministre, ainsi que par les membres nommés de son cabinet. Les fonctions du pouvoir exécutif comprennent également la supervision des opérations quotidiennes du gouvernement, la gestion des affaires étrangères et la direction des forces armées du pays. Dans les systèmes démocratiques, le pouvoir exécutif est responsable devant le pouvoir législatif et l'électorat, ses pouvoirs et limites étant définis dans la constitution ou le cadre juridique du pays concerné.

  • Législatif: Le pouvoir législatif du gouvernement est chargé d'élaborer des lois et des règlements et de superviser le fonctionnement du gouvernement. Il se compose généralement d'un corps de représentants élus, tel qu'un parlement, un congrès ou une assemblée, chargé de proposer, débattre, amender et finalement adopter une législation. Le pouvoir législatif joue un rôle crucial dans la représentation des intérêts du peuple, car ses membres sont élus par le public. En plus de légiférer, cette branche détient souvent le pouvoir de lever des impôts, d'allouer des fonds et de mener certaines enquêtes sur des questions d'intérêt public. La structure et les pouvoirs du pouvoir législatif sont généralement définis dans la constitution ou le cadre juridique d'un pays, et ils servent de contrôle sur les pouvoirs exécutif et judiciaire pour garantir un système de freins et contrepoids au sein d'un État.

Exemples de réformes de l'OGP et au-delà

Les exemples suivants sont des engagements précédemment pris au sein ou au-delà de l'OGP qui démontrent des éléments des recommandations formulées ci-dessus. Les engagements en matière de violence sexiste constituent un domaine d'intérêt relativement nouveau pour les membres de l'OGP, les pays des Amériques étant pionniers dans les réformes dans ce domaine.

Réformes de l'OGP
  • ARGENTINE Mesures nationales pour lutter contre la VBG et le féminicide : Publié avec succès des données sur les budgets et les ressources allouées à la prévention la violence sexiste dans le cadre d'un plan national, et coordonné des formations avec les gouvernements infranationaux et les responsables de la justice pour garantir la mise en œuvre de la « loi Micaela » pour prévenir le fémicide.
  • CANADA Centre de connaissances sur la violence basée sur le genre : Créé un centre de connaissances sur la violence fondée sur le sexe qui servira de plaque tournante pour coordonner les initiatives fédérales dans le cadre de la Stratégie canadienne pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe, soutenir la collecte de données et la recherche, et diffuser et mobiliser les connaissances et les preuves liées à la violence fondée sur le sexe.
  • EQUATEUR Plan pour éradiquer la violence à l'égard des femmes : Co-créé un plan visant à mettre en œuvre les lois contre la violence à l'égard des femmes, en particulier en ce qui concerne l'accès à la justice, qui a donné des premiers résultats majeurs en matière d'impact.
  • EL KEF, TUNISIE Accès des femmes à l'information sur la VBG : s’engagé à créer un plate-forme en ligne qui facilite l'accès des femmes à l'information et aux ressources, y compris des conseils juridiques pour les victimes de violence.
  • INDONÉSIE Participation du public à l'élaboration de règlements visant à lutter contre la violence sexuelle : s’engagé à impliquer de manière significative le public (en particulier la société civile) dans l’élaboration de réglementations visant à lutter contre la violence sexuelle. L'objectif de la réglementation est d'accroître l'accès aux services pour les survivants et de fournir des recours alternatifs basés sur les besoins des survivants.
  • LIBERIA Carte des violences sexuelles et basées sur le genre : s’engagé à la cartographie des OSC qui travaillent à la prévention de la VBG et à la création d'une plateforme pour suivre les cas de VBG à travers le pays.
  • MONTERREY, MEXIQUE Comité chargé de produire des données et des politiques sur la VBG : s’engagé à la création d'un comité de gouvernement ouvert pour l'unité d'attention aux victimes de violence familiale et de genre de Monterrey, qui générerait des données et élaborerait une politique pour lutter contre la VBG dans l'État.
  • MAROC Création de Centres de Femmes : s’engagé à créer des centres multidisciplinaires pour les femmes à travers le pays pour contribuer à garantir l'accès à la justice dans le cadre d'un engagement plus large lié à la participation et à l'autonomisation économique des femmes.
  • MACÉDOINE DU NORD Accès à la justice pour les survivants de violence domestique : s’engagé à moderniser les systèmes administratifs et les informations autour des tribunaux et d’autres systèmes afin d’élargir l’accès à la justice pour les survivantes de violence domestique.
  • SIERRA LEONE Législation sur l’égalité des sexes : de réussite un projet de loi sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, qui vise à améliorer l'accès des femmes aux opportunités d'emploi, à l'égalité de rémunération et à la représentation politique et à accroître la protection des femmes et des filles contre la VBG.
  • URUGUAY Données ouvertes sur la violence basée sur le genre :  Établir et publier des données standardisées sur la VBG dans le cadre de deux plans d'action en 2018 et 2022, faisant écho au travail des OSC comme Féminin Uruguay pour recueillir des données sur la violence liée au genre.
Au-delà des plans d'action OGP
  • AUSTRALIE Commissaire à la sécurité électronique pour la protection contre les abus en ligne : Créé un commissaire à la sécurité électronique chargé de recevoir des rapports sur des questions telles que la cyberintimidation et la cyberabus chez les adultes et d'aider à supprimer le contenu préjudiciable soulevé par ces rapports.
  • BOLIVIE Cadre juridique sur la violence à l'égard des femmes en politique (VAWP) : Créé un cadre juridique sur la violence contre les femmes, y compris l'adoption de la première et la seule loi au monde spécifiquement sur cette question, l'adoption de règlements sur le tribunal électoral pour traiter les plaintes contre la violence contre les femmes et la création d'un organisme de surveillance pour collecter des données sur la violence contre les femmes et d'autres indicateurs.
  • GEORGIA Élaboration de politiques fondées sur des données probantes : Dirigé une étude nationale sur la violence contre les femmes en 2017, qui comprenait pour la première fois des données sur le harcèlement sexuel et le harcèlement criminel. Suite à des efforts de plaidoyer, le pays a adopté sa première loi sur le harcèlement sexuel en 2019.
  • KOSOVO Base de données centralisée pour les cas de violence domestique : Créé une base de données centralisée des cas de violence domestique avec le soutien d'ONU Femmes pour améliorer le suivi et les poursuites des cas aux niveaux national et local.
  • ESPAGNE Portail de données ouvertes sur la violence basée sur le genre : Créé un portail statistique de données sur la violence sexiste dans un format ouvert, qui centralise en un seul endroit les données détenues par le gouvernement auprès de divers ministères et organes judiciaires.

Le rôle des gouvernements locaux

Les gouvernements locaux jouent un rôle essentiel dans la prévention et la lutte contre la violence sexiste. Ils sont le plus souvent responsables de l’éducation communautaire, de la garantie de l’accès aux services et de la réponse aux cas de violence sexiste.


Qui travaille sur ce sujet ?

A
Argentine Argentine
B
Burkina Faso Burkina Faso
C
Canada Canada
Costa Rica Costa Rica
E
Équateur Équateur
G
Guatemala Guatemala
I
Indonésie Indonésie
L
Libéria Libéria
M
Monterrey, Mexique
Maroc Maroc
N
Macédoine du Nord
P
Plateau, Nigéria
R
Roumanie Roumanie
S
Sierra Leone Sierra Leone
Espagne Espagne
Sri Lanka Sri Lanka
U
Uruguay Uruguay

Cette liste reflète les membres ayant des engagements dans le domaine politique « Violence basée sur le genre » du Tableau de bord des données.


Partenaires OGP actifs

Les organisations suivantes ont récemment travaillé sur cette question dans le contexte de l'OGP au niveau national ou international. Ils peuvent avoir des idées supplémentaires sur le sujet. Veuillez noter que cette liste n'est pas exhaustive. Si vous êtes intéressé par des initiatives au niveau national, veuillez contacter research@opengovpartnership.org.


Données d'analyse comparative

L’organisme de bienfaisance Stratégie OGP 2023-2028 énonce le Défi du gouvernement ouvert et vise à fournir des références claires en matière de performance grâce à des données fiables.

Même si les critères de référence pour chaque pays et Open Gov Guide les recommandations ne sont pas encore intégrées, pour ce chapitre, les personnes intéressées peuvent s’appuyer sur les ensembles de données suivants :

  • L’organisme de bienfaisance La Banque Mondiale maintient une base de données sur le signalement de la VBG.
  • Surveillance des données ouvertes rapports sur la disponibilité de données sur les homicides ventilées par sexe dans les organismes nationaux de statistique.
  • L’organisme de bienfaisance Institut européen pour l'égalité entre les sexes maintient un vaste base de données pour les pays européens sur de nombreuses questions liées à l’égalité des sexes.

Orientations et normes

Bien que la liste ci-dessous ne soit pas exhaustive, elle vise à fournir une série de recommandations, de normes et d’analyses pour guider la réforme dans ce domaine politique.

  • L’organisme de bienfaisance Unité de soutien OGP publié un guide pour un gouvernement ouvert dans le contexte de la pandémie de coronavirus, qui comprend des recommandations spécifiques liées à la prévention des violences basées sur le genre en contexte de crise.
  • L'Union européenne Institut européen pour l'égalité entre les sexes publie des normes pour divers formes de VBG. De plus, il a compilé Directives et réglementations de l'UE. Beaucoup de ces règles comportent des éléments de gouvernement ouvert.
  • Mesures égales Rapports 2030 sur les lacunes Données pertinentes pour les ODD, y compris les données relatives à la VBG.
  • L’organisme de bienfaisance La Banque Mondiale publié l'orientation sur les données pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles dans le cadre de son Rapport sur le développement dans le monde 2021.
  • L’organisme de bienfaisance Organisation de coopération et de développement économiques(OCDE) a publié un ressource sur l'application d'approches de gouvernance centrées sur les survivants, qui comprennent des stratégies à l'échelle du gouvernement pour lutter contre la VBG et un annexe des normes internationales et régionales liées à la VBG.
  • L’organisme de bienfaisance Initiative latino-américaine de données ouvertes (ILDA) a publié un Standard pour les données sur les féminicides afin de permettre la comparaison et l’apprentissage.
  • Dirigé par des chercheurs du Laboratoire de données + féminisme au Massachusetts Institute of Technology, ILDAet une Féminin Uruguay, le projet Data contre le féminicide centralise travailler à la normalisation des données sur les féminicides et à développer des outils pour soutenir la collecte de ces données auprès des sources médiatiques ainsi que des organismes gouvernementaux.
  • L’organisme de bienfaisance Campagne #NotTheCost créé par le National Democratic Institute (NDI) se concentre sur la fin de la violence contre les femmes en politique. Le travail du NDI sur ce sujet comprend l'orientation sur la conception de programmes pour résoudre ce problème répandu.
Open Government Partnership