Ignorer la navigation

Justice ouverte

Les réformes d’une justice ouverte peuvent créer un système judiciaire transparent et responsable publiquement pour garantir que les gens bénéficient de protections, d’avantages et de droits égaux en vertu de la loi. L’ouverture de la justice ne consiste pas seulement à réformer les tribunaux. De nombreux acteurs contribuent à rendre le système judiciaire plus juste et plus impartial, notamment la police, les procureurs, les prestataires d’aide juridique et les services pénitentiaires. Les approches de gouvernement ouvert offrent des solutions pour améliorer la manière dont ces acteurs contribuent à un tel système.

Défi du gouvernement ouvert : Justice

Avec les OGP Stratégie 2023-2028, les membres de l'OGP sont prêts à travailler à un certain nombre de réformes thématiques ambitieuses à travers le Défi du gouvernement ouvert. Cette partie du Open Gov Guide s’adresse à la Justice.

Invite de défi : Faire progresser les réformes de la justice centrées sur les personnes.

Les actions peuvent inclure:

  • Veiller à ce que chacun ait accès aux services juridiques.
  • Veiller à ce que les institutions judiciaires du secteur public soient indépendantes, transparentes, à l’écoute du public et inclusives.
  • Garantir la responsabilité en matière d’élaboration des politiques grâce à des mécanismes de recours appropriés impliquant le public.

Mots clés

Définitions de termes clés tels que le système judiciaire et justice ouverte.

  • Le système judiciaire: Le système judiciaire est un réseau d’acteurs et d’institutions chargés de garantir le respect de la justice. Au minimum, le système judiciaire comprend des tribunaux, des fonctionnaires judiciaires, des procureurs, des défenseurs publics et des policiers. Cependant, dans la plupart des pays, le système judiciaire comprend également des tribunaux administratifs et des organisations qui les entourent, qu'il s'agisse de questions fiscales, d'immigration ou autres. Dans certains endroits, les chefs traditionnels ou religieux peuvent faire partie du système judiciaire, tout comme les informel ou alternatif des modèles pour rendre la justice.
  • Justice ouverte : Ce concept vise à rendre les institutions judiciaires plus transparentes, participatives, responsables et inclusives, autant de valeurs de gouvernement ouvert. Ces principes sont importants non seulement pour les tribunaux, mais aussi pour les nombreux autres acteurs qui jouent un rôle dans la prestation de services. services de justice centrés sur la personne.

La preuve

L'application d'approches de gouvernement ouvert au système judiciaire peut garantir le respect de l'État de droit, notamment en améliorant l'accès du public à l'information. L’ouverture d’informations liées au système judiciaire peut améliorer les résultats dans plusieurs domaines.

  • La justice ouverte soutient une croissance et un développement équitables en aider lutter contre la corruption, limiter les abus de pouvoir et garantir l’accès aux services publics clés.
  • Le recours à des mécanismes judiciaires plus pacifiques et plus fiables peut résoudre un conflit, ce qui contribue également à accroître la légitimité perçue du système judiciaire.
  • Canaux la responsabilité publique et la surveillance du système judiciaire font respecter l’état de droit.
  • Croissant accès à la justice et justice pour la responsabilité protège les droits de l’homme, ce qui permet au public de demander le respect de ses droits ou une réparation en cas de dommages, en particulier pour les groupes marginalisés.

Orientation de la réforme

Les recommandations ci-dessous représentent des réformes que les gouvernements nationaux et locaux, les représentants des organisations de la société civile et d'autres peuvent envisager pour leurs plans d'action et le Défi du gouvernement ouvert. Les réformes sont classées selon les principales valeurs de l'OGP : transparence, participation civique et responsabilité publique. Les réformes doivent être adaptées au contexte national, et impliquer et coordonner avec d’autres niveaux et branches du gouvernement.

Les réformes dans tous les domaines politiques sont également marquées par le degré estimé de difficulté de mise en œuvre. Même si les progrès ne sont souvent pas linéaires, les recommandations ont été catégorisées à l’aide de ces étiquettes pour donner au lecteur une idée de la manière dont différentes réformes peuvent fonctionner ensemble pour accroître l’ambition des approches de gouvernement ouvert.

En outre, dans le cas des acteurs de la justice (en particulier des fonctionnaires judiciaires), une responsabilité accrue doit être soigneusement équilibrée avec des considérations d’impartialité et d’indépendance.

Clé des réformes recommandées

  • Transparence: La transparence permet aux citoyens d'exercer leurs droits, de demander des comptes au gouvernement et de participer aux processus décisionnels. Des exemples d'activités pertinentes incluent la publication proactive ou réactive d'informations détenues par le gouvernement, les cadres juridiques ou institutionnels visant à renforcer le droit d'accès à l'information et la divulgation d'informations à l'aide de normes de données ouvertes.

  • Participation civique: Lorsque les gens sont impliqués, les gouvernements et les institutions publiques sont plus réactifs, innovants et efficaces. Des exemples d'initiatives pertinentes comprennent des processus et des mécanismes nouveaux ou améliorés permettant au public de contribuer aux décisions, des mécanismes participatifs pour impliquer les groupes sous-représentés dans l'élaboration des politiques et un environnement juridique garantissant les droits civils et politiques.

  • Responsabilité publique: La responsabilité publique se produit lorsque les institutions publiques doivent justifier leurs actions, agir en fonction des exigences et des critiques et assumer la responsabilité de leur non-respect des lois ou des engagements. Il est important de noter que la responsabilité publique signifie que les membres du public peuvent également accéder aux mécanismes de responsabilisation et les déclencher. Parmi les exemples d’activités pertinentes figurent les audits citoyens des performances, les mécanismes ou institutions nouveaux ou améliorés qui répondent aux processus d’appel lancés par les citoyens et l’amélioration de l’accès à la justice.

  • Inclusion: L’inclusion est fondamentale pour parvenir à des politiques plus équitables, représentatives et responsables qui servent véritablement tous les peuples. Cela implique d’accroître la voix, l’action et l’influence des groupes historiquement discriminés ou sous-représentés. Selon le contexte, les groupes traditionnellement sous-représentés peuvent être victimes de discrimination fondée sur le sexe, l'identité sexuelle, la race, l'origine ethnique, l'âge, la géographie, les capacités différentes, le statut juridique ou socio-économique.

  • Fondamentale: Cette balise est utilisée pour les réformes qui constituent les éléments essentiels d’un domaine politique. « Fondamental » ne signifie pas une faible ambition ou un faible impact. Ces recommandations établissent souvent des cadres juridiques et des structures institutionnelles de base.

  • Intermédiaire: Cette balise est utilisée pour les réformes complexes et qui impliquent souvent une coordination et une sensibilisation entre les branches, les institutions et les niveaux de gouvernement, avec le public ou entre les pays.

  • Avancée: Cette balise est utilisée pour les réformes qui comblent des lacunes importantes afin de rendre le travail existant plus efficace et plus percutant. Plus précisément, les réformes « avancées » sont particulièrement ambitieuses, innovantes ou comblent des lacunes importantes pour rendre le travail existant plus efficace, plus percutant ou plus durable. Ils sont souvent appliqués dans des environnements matures où ils cherchent à institutionnaliser une bonne pratique qui a déjà donné des résultats.

  • Exécutif: Le pouvoir exécutif du gouvernement est responsable de la conception, de la mise en œuvre et de l'application des lois, des politiques et des initiatives. Il est généralement dirigé par le chef de l'État ou du gouvernement, tel qu'un président ou un premier ministre, ainsi que par les membres nommés de son cabinet. Les fonctions du pouvoir exécutif comprennent également la supervision des opérations quotidiennes du gouvernement, la gestion des affaires étrangères et la direction des forces armées du pays. Dans les systèmes démocratiques, le pouvoir exécutif est responsable devant le pouvoir législatif et l'électorat, ses pouvoirs et limites étant définis dans la constitution ou le cadre juridique du pays concerné.

  • Législatif: Le pouvoir législatif du gouvernement est chargé d'élaborer des lois et des règlements et de superviser le fonctionnement du gouvernement. Il se compose généralement d'un corps de représentants élus, tel qu'un parlement, un congrès ou une assemblée, chargé de proposer, débattre, amender et finalement adopter une législation. Le pouvoir législatif joue un rôle crucial dans la représentation des intérêts du peuple, car ses membres sont élus par le public. En plus de légiférer, cette branche détient souvent le pouvoir de lever des impôts, d'allouer des fonds et de mener certaines enquêtes sur des questions d'intérêt public. La structure et les pouvoirs du pouvoir législatif sont généralement définis dans la constitution ou le cadre juridique d'un pays, et ils servent de contrôle sur les pouvoirs exécutif et judiciaire pour garantir un système de freins et contrepoids au sein d'un État.

  • Judiciaire: Le pouvoir judiciaire du gouvernement est chargé d'interpréter le sens des lois, de les appliquer à des cas individuels et/ou de décider si des lois violent la Constitution ou tout autre document régissant un pays. Les responsabilités varieront en fonction de la juridiction et du niveau d'un tribunal donné au sein de cette branche. Le pouvoir judiciaire supervise généralement diverses parties du système judiciaire formel, telles que les règles régissant la conduite des procureurs, la création de normes éthiques et de sanctions pour les juges, et la gestion du système d'aide juridique, y compris le travail des parajuristes. Cependant, dans de nombreux pays, le pouvoir exécutif supervise les organes chargés de l’application des lois.

Exemples de réformes de l'OGP et au-delà

Les exemples suivants sont des engagements précédemment pris au sein ou au-delà de l'OGP qui démontrent des éléments des recommandations formulées ci-dessus. En moyenne, les engagements en matière de justice sont tout aussi bien conçus et mis en œuvre que les autres engagements du PGO, avec environ les deux tiers étant achevés et environ un quart montrant des premiers résultats.

Réformes de l'OGP
  • BUENOS AIRES, ARGENTINE Les tribunaux pénaux publient leurs décisions : Piloté le publication de toutes les décisions dans un système de données anonymes et ouvertes dépôt rédigé en langage clair. Ouvre les audiences au public et publie à l’avance un calendrier des audiences.
  • COLOMBIE Transparence améliorée des tribunaux : A commencé la publication des données judiciaires sur les décisions, les fonctionnaires, les ordres du jour et les manuels de procédure pour accroître la transparence et la sensibilisation du public aux processus judiciaires.
  • COSTA RICA Plateforme en ligne pour surveiller le système judiciaire : Développé un en ligne système de contrôle judiciaire, qui permet aux citoyens de surveiller le temps qu'il faut pour que les dossiers ouverts soient conclus.
  • RÉPUBLIQUE SLOVAQUE Transparence et responsabilité des procureurs : A commencé la publication une liste des procureurs régulièrement mise à jour en 2016 et analysé leurs procédures de sélection et disciplinaires dès 2017.
  • UKRAINE Formation pour les agents chargés de l'application de la loi : Qualifié les agents chargés de l'application des lois dans les pratiques de police communautaire, ont créé des ressources en ligne pour la coordination entre la police et la communauté et ont mis en œuvre un projet « écoles et police ».
  • ÉTATS-UNIS Base de données centralisée pour les données policières : Publié le 295 ensembles de données policières (représentant 135 juridictions) d'ici fin 2017 dans une base de données centralisée dans le cadre de la Police Data Initiative.
  • Uruguay Accès accru aux audiences publiques et aux données : A commencé publier des informations statistiques du pouvoir judiciaire et enregistrements vidéo de toutes les audiences publiques sur deux plans d'action.
Au-delà des plans d'action OGP
  • MEXIQUE Outil d’évaluation pour une justice ouverte : Lancé la première édition d'un outil permettant d'évaluer l'ouverture du système judiciaire dans plus de 200 autorités judiciaires fédérales et étatiques, telles que les tribunaux, les centres des droits de l'homme, les procureurs et les prisons.
  • PHILADELPHIE, ÉTATS-UNIS Tableau de bord public pour les données judiciaires : Lancé un nouveau tableau de bord public pour les données sur la justice pénale créées grâce à une consultation multipartite, qui sont mises à jour quotidiennement et présentent des données sur résultats clés dans le système de justice pénale.
  • ROYAUME-UNI Appel à commentaires sur la justice ouverte : Ouvert un appel à témoignages destiné à un ensemble diversifié d'acteurs (tels que des magistrats, des avocats, des journalistes et des usagers des tribunaux) afin de fournir des commentaires sur la manière dont le gouvernement peut renforcer et maintenir une justice ouverte.

Le rôle des gouvernements locaux

La plupart des procédures juridiques de base sont menées d'abord (et souvent exclusivement) au niveau local. Vous trouverez ci-dessous des exemples des nombreux rôles que jouent les gouvernements locaux dans la détermination de l'ouverture du système judiciaire.

  • Les provinces et les municipalités établissent des lois, dirigent des tribunaux et gèrent des établissements correctionnels.
  • Dans la plupart des pays OGP, l'application de la loi est également déléguée au niveau local.
  • Les défenseurs publics et les procureurs (généralement élus ou nommés au niveau municipal ou provincial) sont des acteurs clés lorsqu'il s'agit de déterminer dans quelle mesure un système judiciaire sert bien ses citoyens, par exemple en déterminant ce qui est porté devant les tribunaux, ce que le public voit et dans quelle mesure les procès équitables peuvent être équitables. être.
  • Les gouvernements locaux financent les prestataires de justice alternative – les modèles de justice alternative sont souvent menés par le biais de centres ou d’initiatives communautaires.

Qui travaille sur ce sujet ?

A
Albanie Albanie
Argentine Argentine
Arménie Arménie
Austin, États-Unis
B
Brasil Brasil
Buenos Aires, Argentine
Burkina Faso Burkina Faso
C
Cap-Vert
Canada Canada
Chili Chili
Colombie Colombie
Costa Rica Costa Rica
République tchèque République tchèque
D
Danemark Danemark
E
Équateur Équateur
F
France France
G
État de la Georgie État de la Georgie
Grèce Grèce
H
Honduras Honduras
I
Indonésie Indonésie
Israël Israël
J
Jalisco, Mexique
Jordanie Jordanie
K
Kenya Kenya
République kirghize République kirghize
L
Lettonie Lettonie
Libéria Libéria
M
Mexique Mexique
Mongolie Mongolie
Monténégro
Maroc Maroc
N
Pays-Bas Pays-Bas
Macédoine du Nord
la Norvège
P
Panama Panama
Paraguay Paraguay
Pérou Pérou
Philippines Philippines
R
République de Moldova République de Moldavie
Roumanie Roumanie
S
Sierra Leone Sierra Leone
République slovaque République slovaque
Espagne Espagne
U
Ukraine Ukraine
Royaume-Uni Royaume-Uni
États-Unis États-Unis
Uruguay Uruguay

Cette liste reflète les membres ayant des engagements dans le domaine politique « Justice ouverte » du Tableau de bord des données.


Partenaires OGP actifs

Les organisations suivantes ont récemment travaillé sur cette question dans le contexte de l'OGP au niveau national ou international. Ils peuvent avoir des idées supplémentaires sur le sujet. Veuillez noter que cette liste n'est pas exhaustive. Si vous êtes intéressé par des initiatives au niveau national, veuillez contacter research@opengovpartnership.org.


Données d'analyse comparative

Les Stratégie OGP 2023-2028 énonce le Défi du gouvernement ouvert et vise à fournir des références claires en matière de performance grâce à des données fiables.

Même si les critères de référence pour chaque pays et Open Gov Guide les recommandations ne sont pas encore intégrées, pour ce chapitre, les personnes intéressées peuvent s’appuyer sur les ensembles de données suivants :

  • Les Projet de justice mondiale's Etat de droit Index analyse différentes dimensions de la gouvernance dans 140 pays et juridictions, y compris des indicateurs sur l'absence de corruption dans le système judiciaire et d'autres institutions judiciaires.
  • Les engagements de l'OGP sur ce sujet peuvent être trouvés sur le Tableau de bord des données.

Orientations et normes

Bien que la liste ci-dessous ne soit pas exhaustive, elle vise à fournir une série de recommandations, de normes et d’analyses pour guider la réforme dans ce domaine politique.

  • Les Unité de soutien OGP fournit un examen complet des recommandations, des études de cas et des normes dans sa publication Justice Policy Series, Partie II: Justice ouverte, Une partie de l' Série sur les politiques de justice.
  • Les principes de la justice ouverte sont intégrés dans le droit et les normes internationales. Par exemple, le droit à une procédure régulière est inscrit dans Article 14 des Pacte international relatif aux droits civils et politiques et Articles 9 à 11 des Déclaration universelle des droits de l'Homme.
  • LesPistes pour des sociétés pacifiques, justes et inclusives a lancé le Groupe de travail sur la justice en 2018. Le Groupe de travail rassemble les États membres de l'ONU, les organisations internationales, la société civile et le secteur privé pour construire des institutions judiciaires centrées sur les personnes et accélérer la réalisation des cibles des ODD en matière de paix, de justice et d'inclusion.
  • Les Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) établit des normes internationales sur le système judiciaire, notamment maintien de l'ordre, indépendance judiciaire et conduite, prestataires d'aide juridiqueet les conditions de détention, en particulier pour femmes et les enfants. Grâce à son Réseau mondial d'intégrité judiciaire, l'ONUDC fournit également des conseils sur la manière dont les systèmes judiciaires peuvent améliorer et renforcer leurs systèmes de gestion des tribunaux et des affaires, la tenue des dossiers et la transparence du système judiciaire. Des exemples de conseils incluent un guide de mise en œuvre et d'évaluation pour la Convention des Nations Unies contre la corruption, un guide de ressources sur l’intégrité et la capacité judiciaires, et lignes directrices sur l'utilisation des médias sociaux par les juges.
  • Les Programme des Nations Unies pour le développement créé un guide sur l'utilisation des outils numériques pour combler l'écart judiciaire, qui fournit des recommandations basées sur une analyse des opportunités et des risques liés à l'utilisation de la technologie pour moderniser les systèmes judiciaires.
  • Les Commission européenne pour l'efficacité de la justice (Conseil de l'Europe) a créé un charte pour l’utilisation éthique de l’intelligence artificielle (IA) dans les systèmes judiciaires. Les principes énoncés dans la charte explorent la manière dont l’IA peut être utilisée pour améliorer l’efficacité des tribunaux et d’autres domaines tout en protégeant les droits de l’homme.
  • En 2018, deux organisations de la société civile américaine : la Centre national des tribunaux d'État et Mesures pour la justice—s'est associé pour créer la norme nationale de données sur les tribunaux ouverts, ou Hoche la tête. Le projet vise à fournir au public des données judiciaires standardisées au niveau des affaires afin d’améliorer la transparence du système judiciaire et d’améliorer les politiques publiques. NODS comprend des rapports au niveau des cas dans des domaines tels que l'état et les détails du dossier, les informations sur les plaideurs et les avocats, les plaidoiries, les requêtes, les dépôts, les ordonnances, les accusations, les jugements et les sanctions.
  • Riya et Hivos vient de publier un rapport conjoint sur les normes de données ouvertes pour les institutions judiciaires. RIJA maintient également un Localisation de portails de données ouvertes liés à la justice en Amérique latine, créés par son groupe de travail multipartite sur les données ouvertes.
  • Les Projet de justice mondiale's Etat de droit Index évalue les pays sur la base d’une variété d’indicateurs, notamment sur la police et les institutions de justice pénale et civile. D'autres rapports spéciaux utilisent des données d'enquête pour analyser les perceptions des institutions de justice pénale, comme dans Afghanistan.
  • Namati et ses partenaires dans le Réseau de justice de base travailler pour avancer accéder à l'information sur le droit et les processus judiciaires grâce à l'autonomisation juridique à la base. Namati a publié des informations pertinentes guides, comme un guide sur la façon de fournir des services juridiques à distance et boîte à outils participative sur la fourniture d’une aide juridique pour lutter contre la violence sexiste.
Open Government Partnership