Ignorer la navigation

Gouvernance réglementaire dans le Open Government Partnership

Couverture de la gouvernance réglementaire

Open Government Partnership | Équipe Analytics & Insights
Banque mondiale | Équipe des indicateurs mondiaux de la gouvernance réglementaire

Lorsque les citoyens comprennent et contribuent à façonner les règles qui régissent la société, les réglementations sont plus efficaces, les environnements commerciaux sont plus solides et les niveaux de corruption sont plus faibles. Depuis la création de l'OGP, de nombreux membres se sont engagés à améliorer la gouvernance réglementaire. Ce document examine ces réformes du PGO, ainsi que les données des Indicateurs mondiaux de la gouvernance réglementaire (GIRG) de la Banque mondiale, pour atteindre les objectifs suivants:

  1. Présenter les éléments de base d'un processus réglementaire ouvert
  2. Évaluer comment les pays OGP s'en sortent actuellement dans la mise en œuvre de ces composants
  3. Identifier les domaines clés à améliorer
  4. Identifier les innovations dans les pays OGP

Ce document couvre quatre domaines clés de la gouvernance réglementaire dans lesquels le gouvernement ouvert et la collecte de données du GIRG s'alignent: l'accès aux lois et réglementations, la transparence de l'élaboration des règles, les consultations publiques et la contestation des réglementations (voir le tableau i pour plus d'informations sur ces catégories). Il y a bien sûr d'autres domaines de la gouvernance réglementaire que ce document n'aborde pas, tels que les analyses d'impact et les examens ex post. Ce document comprend les 78 pays de l'OGP mais n'analyse pas les engagements pris par les membres locaux de l'OGP étant donné l'orientation nationale du projet GIRG.

Ce document fait partie de la campagne de rapport global de l'OGP, que vous pouvez trouver ici.


Explorez les Tableau de bord de la gouvernance réglementaire OGP pour un aperçu visuel de la performance de chaque pays OGP en fonction de tous les indicateurs clés de la gouvernance réglementaire analysés dans cet article.

 


Texte intégral de l'article

Contents [show]
Résumé
Introduction
1. Accès aux lois et règlements
Leçons des réformateurs: la Nouvelle-Zélande s'engage à publier la législation secondaire en ligne
Leçons des réformateurs: la pression de l'Afrique du Sud pour un accès ouvert à la législation
Leçons des réformateurs: l'Albanie publie en ligne la législation des gouvernements locaux
2. Transparence de l'élaboration des règles
Leçons des réformateurs: le train législatif du Parlement européen
Leçons des réformateurs: l'Estonie passe de la consultation en ligne à la cocréation
3. Consultation publique
Leçons des réformateurs: le Mexique construit un écosystème réglementaire
4. Contestation des réglementations
Leçons des réformateurs: le Royaume-Uni fait appel à des citoyens pour revoir les réglementations
Annexe: Réformes en pratique

Comment utiliser ce papier

  • Lisez les points clés du document: Voir le «Résumé des résultats» pour les principaux points.
  • Comprendre la position des membres de l'OGP en matière d'ouverture réglementaire: consultez la section «Vue d'ensemble de la gouvernance réglementaire dans les plans d'action de l'OGP» pour un aperçu de la façon dont les membres de l'OGP fonctionnent dans tous les domaines de l'ouverture réglementaire. Les quatre chapitres fournissent une analyse plus approfondie.
  • En savoir plus sur les innovateurs forts dans le domaine: voir les études de cas présentées (après les chapitres 1, 2 et 3) présentant une réforme solide avec des leçons pour d'autres réformateurs.
  • Identifier les prochaines étapes et les engagements potentiels: Le début de chaque chapitre comprend un modèle de maturité qui répertorie les recommandations pour les futurs engagements du PGO.
  • Trouvez des exemples de réformes du monde entier: les réformes montrant comment les gouvernements mettent en œuvre les étapes des modèles de maturité sont mises en évidence dans chacun des chapitres. Un sous-ensemble suit. D'autres réformes sont énumérées dans «l'Annexe: Réformes en pratique».

Chapitre 1. Accès aux lois et règlements

  • Nouvelle-Zélande: publier la législation secondaire en ligne
  • Roumanie: fournir un accès libre et complet à la législation
  • Kenya: divulgation des lois infranationales, des traités internationaux et des lois historiques
  • Corée du Sud: publier les lois dans un format facile à comprendre
  • Chili: réduire les barrières linguistiques dans l'accès aux textes juridiques

Chapitre 2. Transparence de l'élaboration des règles

  • République kirghize: création d'un portail réglementaire unifié
  • Pays-Bas: numérisation des annonces réglementaires locales et régionales
  • Afrique du Sud: Publication de rapports annuels avec les développements réglementaires
  • Colombie: rendre obligatoire les plans de réglementation futurs

Chapitre 3. Consultations publiques

  • Afghanistan: consultation des communautés locales sur les projets d'infrastructure
  • El Salvador: Permettre la participation des citoyens à l'élaboration des politiques environnementales
  • Croatie: exiger des consultations et rendre compte des résultats
  • Lettonie: trouver un consensus avec la société civile dans l'élaboration des politiques
  • Maroc: Sensibilisation aux opportunités de participation au niveau régional

Chapitre 4. Contestation des règlements

  • Royaume-Uni: amener les citoyens à revoir les réglementations
  • Pérou: impliquer les citoyens tout au long du cycle de vie réglementaire

Bon à savoir: définition des termes clés de la gouvernance réglementaire

Dans cet article, les réglementations sont les règles adoptées par une autorité exécutive, un ministère ou une agence de réglementation pour mettre en œuvre les lois adoptées par la branche législative du gouvernement. Les dispositions réglementaires sont juridiquement contraignantes à l'égard des fonctionnaires, des particuliers ou des entreprises couverts par ces dispositions. Les règlements comprennent la législation subordonnée, les formalités administratives, les décrets, les circulaires et les directives. Par extension, le processus d'élaboration des règles est défini comme le processus d'initiation, de rédaction, de délibération et de publication des réglementations finales. En conséquence, ce document (à l'exception du chapitre 1, «Accès aux lois et règlements») traite de la mise en œuvre réglementaire exécutoire des lois, plutôt que des lois primaires (adoptées par la branche législative du gouvernement) elles-mêmes.

Tableau I. Quatre domaines de la gouvernance réglementaire étudiés dans ce document

Indicateurs mondiaux des sujets relatifs à la gouvernance réglementaire

Questions de recherche

../CER%20Icons/Blue/PNG/Accessing-laws-and-regulations.png

Accéder aux lois et règlements

Le secteur privé et le grand public ont-ils un accès libre et effectif à l'ensemble de la collection (officielle) de lois et réglementations nationales mises à jour et complètes de manière fiable d'une juridiction donnée?

../CER%20Icons/Blue/PNG/Transparency.png

Transparence de l'élaboration des règles

Les fonctionnaires sont-ils systématiquement tenus de publier en temps opportun un avis public des modifications proposées aux règlements et de publier les textes proposés pour examen et commentaires publics?

../CER%20Icons/Blue/PNG/Consultation.png

Consultation publique

Existe-t-il des normes minimales concernant comment, quand et auprès de qui les décideurs politiques sollicitent-ils leur avis sur des réglementations nouvelles ou modifiées avant de publier des réglementations définitives?

../CER%20Icons/Blue/PNG/Challenging-regulations.png

Des réglementations exigeantes

Les citoyens peuvent-ils contester la validité juridique d'un règlement ou d'une disposition réglementaire? De même, peuvent-ils contester une action ou une décision d'un régulateur en vertu d'un règlement? Comment?

Résumé

Lorsque les citoyens comprennent et contribuent à façonner les règles qui régissent la société, les réglementations sont plus efficaces, les environnements commerciaux sont plus solides et les niveaux de corruption sont plus faibles. Depuis la création de l'OGP, de nombreux membres se sont engagés à améliorer la gouvernance réglementaire. Ce document examine ces réformes du PGO, ainsi que les données des Indicateurs mondiaux de la gouvernance réglementaire (GIRG) de la Banque mondiale, pour atteindre les objectifs suivants:

  1. Présenter les éléments de base d'un processus réglementaire ouvert
  2. Évaluer comment les pays OGP s'en sortent actuellement dans la mise en œuvre de ces composants
  3. Identifier les domaines clés à améliorer
  4. Identifier les innovations dans les pays OGP

Ce document couvre quatre domaines clés de la gouvernance réglementaire dans lesquels le gouvernement ouvert et la collecte de données du GIRG s'alignent: l'accès aux lois et réglementations, la transparence de l'élaboration des règles, les consultations publiques et la contestation des réglementations (voir le tableau i pour plus d'informations sur ces catégories). Il y a bien sûr d'autres domaines de la gouvernance réglementaire que ce document n'aborde pas, tels que les analyses d'impact et les examens ex post. Ce document comprend les 78 pays de l'OGP mais n'analyse pas les engagements pris par les membres locaux de l'OGP étant donné l'orientation nationale du projet GIRG.

Résumé des constatations 

En général, les réformes de l'OGP ont contribué à des résultats importants, en particulier en ce qui concerne la participation civique. Néanmoins, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour impliquer les citoyens plus tôt dans le processus d'élaboration des règles, renforcer les mécanismes de responsabilisation et intégrer des pratiques réglementaires ouvertes à plusieurs niveaux de gouvernement, en particulier dans les pays à faible revenu. Des conclusions et recommandations plus spécifiques pour chacun des quatre domaines clés de la gouvernance réglementaire étudiés dans cet article sont présentées ci-après.

Accéder aux lois et règlements

  • État des lieux: les membres de l'OGP sont les plus forts dans ce domaine. La plupart des pays mettent leurs lois et réglementations à la disposition du public, bien que la qualité des informations soit un problème. La mise à jour des bases de données juridiques est également un défi.
  • Recommandations: Maintenez un site Web central complet, consultable et gratuit pour toutes les lois et réglementations existantes. Éliminez les restrictions d'utilisation des données et assurez des mises à jour régulières des informations. Assurer également la divulgation au niveau local.

Transparence de l'élaboration des règles

  • État des lieux: plusieurs pays ont pris des engagements OGP dans ce domaine. Cependant, la plupart des pays OGP ne publient toujours pas de plans de réglementation prévisionnels, en particulier dans les Amériques et en Afrique, où les engagements pertinents font généralement défaut.
  • Recommandations: publier des plans et des projets de réglementation prévisionnels sur des portails unifiés qui permettent aux citoyens de fournir des commentaires. Veiller à ce que les citoyens puissent suivre les réglementations du développement à l'adoption.

Consultations publiques

  • État des lieux: la plupart des membres de l'OGP ont mis en place des systèmes d'avis et de commentaires (bien que tous ne soient pas juridiquement applicables), mais beaucoup ne fournissent pas de réponse raisonnée aux commentaires des citoyens, encore moins via des sites Web dédiés.
  • Recommandations: Adopter des lois qui imposent des procédures d'avis et de commentaires, établissent des normes minimales pour inviter le public à participer et établissent des systèmes de surveillance crédibles. Documenter les commentaires du public et fournir des réponses avant l'adoption du règlement final.

Des réglementations exigeantes

  • État des lieux: les citoyens de nombreux pays de l'OGP ne peuvent contester les réglementations pour des motifs de procédure. De plus, seuls deux membres de l'OGP ont pris des engagements dans ce domaine à ce jour.
  • Recommandations: Adopter une législation qui fournit la base juridique pour contester les réglementations si elles ne sont pas élaborées dans le cadre de processus ouverts ou si elles sont discriminatoires. Publier des informations sur le processus et permettre aux citoyens de contester également les réglementations sur des bases substantielles.

Introduction

Les arguments en faveur de processus d'élaboration de règles transparents et participatifs

La transparence et la responsabilité dans les actions gouvernementales sont de plus en plus reconnues comme essentielles au développement économique et à la stabilité politique.  Lorsque les citoyens ont un accès effectif aux lois et réglementations qui régissent leur société et ont également un rôle à jouer dans leur formation, ils sont plus susceptibles de se conformer à ces lois et réglementations. La corruption est moins courante et la qualité des lois et réglementations peut s'améliorer considérablement. En outre, l'accès des citoyens au processus de réglementation gouvernementale est essentiel à la création d'un environnement commercial dans lequel les investisseurs font des plans et des investissements à long terme.

La participation du public au processus de réglementation peut améliorer la transparence et renforcer à la fois la qualité et la légitimité de la réglementation - un précurseur important pour la confiance. En plus d'être des fins en soi, ces résultats améliorent la mise en œuvre et l'application justes et équitables des lois et règlements, ce qui peut améliorer l'égalité des chances et uniformiser les règles du jeu dans tous les secteurs. Ceci est particulièrement important dans des secteurs clés comme les soins de santé, l'énergie et les transports.  Lorsque les citoyens connaissent et peuvent influencer les règles qui régissent leur société, en plus d'un respect accru des lois par les citoyens et de moins de corruption au sein du gouvernement,  les institutions publiques ont tendance à être plus stables politiquement.  Et si les nouvelles réglementations sont bien conçues et présentent des avantages évidents pour la société et / ou les milieux d'affaires, une réglementation transparente permet une meilleure conformité et un meilleur soutien à la portée et à l'application des nouvelles lois.  Indéniablement, la bonne gouvernance dépend de l'implication des parties prenantes.

Au XXe siècle, de nombreux gouvernements ont commencé à s'orienter vers des processus réglementaires plus ouverts. Au-delà de la consultation des citoyens lors de l'élaboration des réglementations, plusieurs gouvernements ont commencé à reconnaître les droits légaux des citoyens de contester les décisions et les actions des responsables de la réglementation. Au cours des dernières décennies, l'essor des systèmes d'administration en ligne a fourni aux gouvernements des moyens plus efficaces d'améliorer la participation du public aux processus de réglementation. Au début des années 20, les gouvernements de pays comme l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis ont commencé à publier le texte des règlements proposés en ligne pour que les citoyens puissent le lire et commenter. Les régulateurs ont également réalisé l'avantage d'avoir des dialogues ouverts avec les parties prenantes pour discuter des domaines de préoccupation et recevoir leurs commentaires. Le gouvernement mexicain a adopté une loi en 2000 obligeant les ministères et organismes fédéraux à rendre tous les projets de réglementation accessibles au public sur leurs sites Web.

Mesurer et décrire la gouvernance réglementaire

Le projet Global Indicators of Regulatory Governance (GIRG) de la Banque mondiale est une initiative de la Banque mondiale Groupe d'indicateurs mondiaux qui explore comment les gouvernements interagissent avec le public lors de l'élaboration des réglementations. En s'appuyant sur la littérature existante et dans le but d'étendre l'analyse aux pays en développement, le projet décrit dans quelle mesure - et comment - les citoyens, les organisations civiques et les associations professionnelles du monde entier s'engagent avec les gouvernements sur le contenu et la portée des nouvelles réglementations. .

Au cœur du GIRG, il y a un effort pour capturer comment la réglementation se déroule dans la pratique dans différentes juridictions, et pas seulement en termes de ce qui est exigé par la lettre de la loi. Sur le plan fonctionnel, le projet cherche à identifier où les gouvernements offrent aux citoyens la possibilité d'exprimer leurs préoccupations concernant les réglementations proposées et existantes destinées à mettre en œuvre la législation. De plus, le projet aide les décideurs à identifier comment les pratiques réglementaires de leur gouvernement se comparent à celles des autres dans les domaines de l'élaboration de règles transparentes et inclusives.

Pour collecter les données, l'équipe du projet GIRG a élaboré un questionnaire avec la contribution d'universitaires, d'experts en gouvernance réglementaire et de praticiens du gouvernement. L'équipe a partagé le questionnaire avec plus de 1,500 186 experts en réglementation du monde entier. Après validation et vérification, les données obtenues couvrent XNUMX pays  (et l'Union européenne), y compris les 78 pays membres de l'OGP. Les données couvrent six domaines de la gouvernance réglementaire. Les principaux chapitres de cet article en étudient en profondeur quatre.

En termes de limites, le projet GIRG ne rend pas nécessairement compte de la qualité des processus et pratiques de réglementation existants. Par exemple, alors que l'ensemble de données saisit si les décideurs engagent les parties prenantes dans des consultations autour des règlements proposés, il ne reflète pas la qualité de ces discussions ou la mesure dans laquelle les commentaires conduisent à des changements dans les règlements proposés. Les données ne révèlent pas non plus le copinage, le népotisme, la corruption et la corruption. En outre, le questionnaire pose des questions sur les pratiques réglementaires au niveau national dans son ensemble, sans se concentrer sur un secteur spécifique. Les pratiques réglementaires peuvent différer d'une industrie à l'autre et entre les niveaux de gouvernement nationaux et régionaux. Plus de détails sur le méthodologie, ainsi que le ensemble de données, sont disponibles en ligne.

Structure de ce document

La courte section suivante «Un aperçu de la gouvernance réglementaire à travers les plans d'action de l'OGP» fournit un aperçu de la manière dont les membres de l'OGP abordent la gouvernance réglementaire à travers leurs plans d'action. Les quatre principaux chapitres de cet article, qui se concentrent sur les sujets couverts par le projet GIRG, se poursuivent par la suite. À la fin du document, l'annexe fournit de brefs résumés des réformes pertinentes, regroupés par chapitre. 

Fonctionnalité: Un aperçu de la gouvernance réglementaire à travers les plans d'action du PGO

Tous les gouvernements participant à l'OGP sont tenus de co-créer un plan d'action de deux ans avec les citoyens. Ces plans d'action OGP contiennent des engagements concrets pour faire progresser la transparence, la participation et la responsabilité publique au sein du gouvernement. Bon nombre de ces engagements entrent dans une catégorie que l'OGP appelle l'élaboration de politiques ouverte, qui fait référence à l'ouverture dans la prise de décision gouvernementale.  Bien que le reste du document se concentre sur les aspects de la gouvernance réglementaire couverts par le GIRG, cette section examine de près cet ensemble plus large d'engagements OGP.

L'élaboration de politiques ouvertes est un objectif commun des engagements du PGO

La plupart des membres de l'OGP ont pris au moins un engagement lié à l'élaboration de politiques ouvertes. Près de 10% de tous les engagements du PGO sont liés à l'élaboration de politiques ouvertes. En examinant les régions, ces engagements sont les plus populaires en Europe, bien que de nombreux membres de l'OGP dans les Amériques aient également pris des engagements pertinents.

Les membres de l'OGP se concentrent sur l'amélioration des consultations

Regroupés selon les quatre thèmes du GIRG mentionnés précédemment, la plupart des engagements du PGO entrent dans la catégorie de la «consultation publique». La figure I montre la répartition des engagements selon les catégories GIRG. Plus précisément, 42 pays ont pris un engagement OGP visant à améliorer les consultations autour des réglementations. Beaucoup moins se sont engagés à contester les réglementations (uniquement la Lettonie et le Pérou).

Figure I.Les engagements du PGO liés aux consultations publiques sont les plus courants

* Notez que dans ce cas, l'analyse inclut les membres locaux de l'OGP

Source: base de données des engagements OGP, N = 71

Bien que les engagements du PGO en général aient tendance à se concentrer sur la divulgation d'informations, la majorité des engagements ouverts en matière d'élaboration de politiques concernent la participation civique. La figure II montre la répartition des engagements du PGO sur les trois valeurs fondamentales du PGO: l'accès à l'information, la participation civique et la responsabilité publique. Ces engagements se concentrent clairement davantage sur l'engagement des citoyens que sur l'engagement typique du PGO. Cela peut être le résultat de la difficulté technique liée à la publication des lois et règlements, mais c'est néanmoins un signe encourageant de la façon dont les membres de l'OGP vont au-delà des réformes de transparence dans ce domaine. Cependant, les engagements politiques ouverts sont moins susceptibles que les engagements du PGO dans d'autres domaines de faire progresser la responsabilité publique (c'est-à-dire de créer ou d'améliorer des opportunités concrètes de tenir les fonctionnaires responsables de leurs actions).

Graphique II. Les engagements ouverts en matière d'élaboration de politiques dans l'OGP tendent à traiter de la participation civique

Les engagements politiques ouverts dans le cadre de l'OGP vont au-delà du cadre largement réglementaire du GIRG

De nombreux engagements OGP vont au-delà des domaines couverts par le GIRG. En général, ces engagements entrent dans les catégories suivantes:

  • Processus participatifs spécifiques à une question: près de la moitié des engagements visent à impliquer le public dans la création d'une politique ou d'un plan unique ou au sein d'une agence gouvernementale particulière. Ces engagements ne sont pas directement comparables à ceux du GIRG parce qu'ils ne sont pas rationalisés dans l'ensemble du gouvernement.
  • Formation et renforcement des capacités: Certains engagements se concentrent sur la formation des responsables gouvernementaux sur la manière de rendre les processus réglementaires plus participatifs. D'autres forment les citoyens sur la manière de mieux participer aux processus réglementaires ouverts.
  • Ouverture législative: le GIRG couvre la publication des lois, mais de nombreux engagements de l'OGP vont plus loin, y compris des propositions de publication de projets de lois, des données sur le vote et des traités internationaux. Certains engagements visent également à mieux impliquer les citoyens dans le processus d'élaboration de la législation.
  • Publication d'informations sur d'autres parties de la durée de vie d'un règlement: cela comprend les engagements qui suivent l'état de mise en œuvre des règlements.
  • Lobbying: De nombreux engagements du PGO visent à accroître la transparence de ceux qui influencent directement le processus d'élaboration des politiques. Bon nombre de ces efforts portent à la fois sur les interactions législatives et administratives. C'est aussi un actif zone de travail dans la communauté OGP.
  • Pétitions électroniques: De nombreux engagements de l'OGP visent à créer des canaux permettant aux citoyens de pétitionner directement leurs gouvernements. Par exemple, le Ravaalgatus.ee en Estonie permet aux citoyens de créer, de signer numériquement et d'envoyer des propositions directement au Parlement pour examen. (Voir «Leçons des réformateurs: Estonie» à la fin du chapitre 1).

Les engagements politiques ouverts brillent en Asie-Pacifique et dans les Amériques

Le mécanisme de rapport indépendant (IRM) évalue la qualité et la mise en œuvre des plans d'action du PGO et collecte des données sur les niveaux d'ambition, d'achèvement et de premiers résultats des engagements. Selon ces paramètres, environ la moitié des engagements politiques ouverts sont ambitieux - ou ont le potentiel de changer le statu quo. Près des deux tiers ont été en grande partie achevés, et un sur cinq a permis d'améliorer considérablement l'ouverture du gouvernement. Ces taux sont à peu près moyens par rapport aux engagements OGP sur d'autres sujets. Les engagements politiques ouverts sont particulièrement forts dans certaines régions. Par exemple, en Asie-Pacifique, ils ont tendance à être plus ambitieux que les autres engagements. De même, dans les Amériques, ils sont plus susceptibles d'entraîner des changements significatifs dans les pratiques gouvernementales que d'autres engagements.

Les pays OGP mettent à disposition des lois et des réglementations mais sans une implication suffisante des citoyens

Sur le modèle des OGP Rapport global, Les membres de l'OGP peuvent être classés en fonction de la force de leur score tiers (GIRG dans ce cas) et du fait qu'ils utilisent la plate-forme OGP pour s'améliorer. Le tableau suivant, tableau III, montre que les membres de l'OGP sont les plus performants dans la publication des lois et règlements (voir le chapitre 1, «Accès aux lois et règlements» pour plus de détails). La performance est plus faible en ce qui concerne la transparence de l'élaboration des règles (c.-à-d. Avis public des changements à venir). Les membres de l'OGP réussissent mal à consulter régulièrement les citoyens sur les projets de règles, mais beaucoup ont pris des engagements de l'OGP pour améliorer la pratique dans ce domaine. La raison de ces performances médiocres est probablement le manque d'obligation légale qui oblige les fonctionnaires à respecter les exigences stipulées en matière d'avis et de commentaires publics, fournit des normes minimales de conformité et met en place des systèmes de surveillance pour surveiller la conformité.

Graphique III. Les pays OGP sont les plus performants dans la publication des lois et réglementations

Source: Indicateurs mondiaux de la gouvernance réglementaire et bases de données OGP, N = 78

Clé

  • Partager l'innovation: Ces pays ont le score GIRG maximal dans le domaine politique respectif. En tant que leaders, ils peuvent envisager de jouer un rôle de soutien par les pairs en partageant leurs expériences et leurs innovations avec d'autres membres de l'OGP, s'ils ne le font pas déjà.
  • Mettre en œuvre pour des résultats: Ces pays n'ont pas atteint le score GIRG maximum dans le domaine politique respectif mais ont pris des engagements OGP pour améliorer leurs performances. Après avoir démontré un engagement politique à travers l'OGP, la prochaine étape pour ces pays est de s'assurer que les engagements mis en œuvre ont un impact maximal.
  • Considérer l'action: Ces pays n'ont pas atteint le score GIRG maximal dans le domaine politique respectif et n'ont pas non plus tiré parti de leurs plans d'action OGP pour résoudre le problème. Ils peuvent envisager des réformes dans le domaine politique respectif, à l'intérieur ou à l'extérieur du cadre du PGO.

Une forte co-création OGP n'est pas associée à de bonnes performances sur GIRG 

Un élément clé de l'OGP est la co-création de plans d'action par le gouvernement et la société civile. L'IRM évalue le niveau d'influence du public pendant le processus d'élaboration de chaque plan d'action (p. Ex., Si les citoyens ont été consultés et ont reçu une réponse à leurs commentaires). Une analyse de ces données IRM et des scores de la consultation publique du GIRG révèle qu'il n'y a pas de relation statistique entre les deux indicateurs. En d'autres termes, la force de la co-création du PGO n'est pas le signe de solides pratiques de consultation dans l'ensemble du gouvernement. Il s'agit d'une constatation importante qui renvoie à une recommandation claire: les membres du PGO peuvent faire plus pour intégrer les processus réglementaires ouverts dans l'ensemble du gouvernement.

Parfois, le processus OGP est plus participatif, contrastant fortement avec les pratiques générales du gouvernement. Par exemple, le gouvernement argentin a élaboré son plan d'action 2017-2019 du PGO en collaboration avec les citoyens grâce à des ateliers en personne, à l'externalisation ouverte d'idées en ligne et à des consultations soigneusement documentées. Néanmoins, selon le GIRG, ce type de processus participatif n'est pas encore courant dans l'ensemble du gouvernement argentin. Dans d'autres cas, les pays OGP ont des processus réglementaires participatifs qui sont mandatés par la loi mais qui ne se traduisent pas par la co-création de plans d'action OGP. Dans les deux exemples, les gouvernements devraient partager des approches innovantes au sein de l'administration pour intégrer les processus réglementaires ouverts.

1. Accès aux lois et règlements

Les Indicateurs mondiaux de la gouvernance réglementaire (GIRG) de la Banque mondiale mesurent l'accessibilité des lois et réglementations. Un accès ouvert et efficace aux lois est essentiel pour comprendre et appliquer l'état de droit. Elle est considérée comme un élément crucial de tout système juridique moderne, car elle encourage une application prévisible et une transparence, promeut l'état de droit et génère la stabilité politique (voir la figure 1.1). Dans un scénario où les citoyens connaissent et comprennent les règles qui régissent leur société, ils sont plus susceptibles de se conformer à ces règles. Si les gens ont un accès efficace, efficace et libre aux lois et règlements du pays, ils sont mieux à même d'exercer leurs droits légaux, de planifier et de prévoir leurs actions et de résoudre efficacement les problèmes et différends qui surviennent. C'est pourquoi l'amélioration de l'ouverture législative est un zone de travail pour OGP également.

Graphique 1.1. L'accès aux lois et réglementations est un pilier essentiel de la bonne gouvernance

Des structures juridiques et réglementaires claires et transparentes permettent également aux entreprises locales de prospérer sans crainte d'actions et de décisions sélectives, arbitraires ou capricieuses des responsables de la réglementation. Prenons l'exemple d'une petite entreprise qui essaie de se conformer aux formalités décrites dans les réglementations locales, telles que les barèmes d'honoraires, les réglementations d'entreprise et les exigences fiscales. Lorsque les pays facilitent un accès effectif aux lois et réglementations, la conformité est simple et directe, ce qui permet aux entreprises et aux autorités d'économiser du temps et de l'argent. À leur tour, lorsque les réglementations fiscales sont ambiguës et que les responsables de la réglementation utilisent un processus opaque pour les interpréter, les appliquer et les faire respecter, les dispositions légales et réglementaires sont susceptibles de faire l'objet de multiples interprétations de la part des fonctionnaires d'une même agence. Dans un tel environnement, les entreprises doivent passer plus de temps à essayer de comprendre les exigences et doivent souvent demander une assistance juridique coûteuse pour pouvoir naviguer et interpréter avec précision les réglementations locales en matière de conformité fiscale. Pour les entrepreneurs, le manque de sécurité juridique est trop lourd, coûteux et improductif, ainsi que le signe d'un environnement favorable aux entreprises faible et est l'une des principales raisons de décourager l'investissement privé.

En l'absence de transparence réglementaire, la recherche de rente et la conclusion d'accords parallèles sont susceptibles de devenir la norme et la culture acceptée de la gouvernance réglementaire, ou le modus operandi. Par exemple, lorsque les lois ne sont pas facilement accessibles, la résolution des litiges judiciaires dépend en grande partie des interprétations juridiques subjectives des juges, qui peuvent être très en contradiction avec la façon dont une agence interprète, applique et applique ses propres lois et réglementations. En outre, les recherches démontrent que les obstacles et les contraintes à l'accès aux lois applicables dans certaines économies dissuadent les investisseurs étrangers légitimes - qui veulent se conformer aux lois de manière honnête et transparente - et affaiblissent également les politiques commerciales.  Les investissements étrangers ont tendance à être plus élevés dans les économies où les cadres juridiques garantissent la transparence, la prévisibilité et le respect de l'état de droit.  

Le modèle de maturité suivant résume les actions clés que les membres de l'OGP devraient mettre en œuvre pour garantir un accès libre et facile à leurs lois et réglementations en vigueur.

Modèle de maturité pour les actions futures: Accès effectif aux versions officielles et complètes des lois et règlements

  • Journaux et gazettes: Si le financement ou l'expertise technique pour la publication en ligne est limité, les gouvernements devraient rendre les lois accessibles par le biais de journaux imprimés et de journaux officiels.
  • Site Web unifié: Maintenir un site Web unifié complet et gratuit contenant toute la législation existante.
  • Informations consultables: Permettez au système en ligne de classer les lois et réglementations par type, région géographique, agence, zone législative et secteur.
  • Mises à jour régulières: Gardez tous les référentiels réglementaires et juridiques à jour.
  • Réutilisation des données: Facilitez la réutilisation des données en éliminant les licences et autres restrictions et en garantissant la lisibilité de la machine.
  • Centralisation: Assurer l'interopérabilité des informations afin que les citoyens puissent accéder aux lois, réglementations et jurisprudences pertinentes (le cas échéant) en un seul endroit, y compris au niveau local.

Remarque: ces éléments exploitables sont abordés plus en détail dans le chapitre.

Bon à savoir: comment le projet GIRG évalue la publication des lois et règlements

Les données du GIRG évaluent la transparence et la facilité d'accès aux lois et réglementations dans les 78 États membres de l'OGP en posant les questions suivantes:

  1. Les lois primaires actuellement en vigueur sont-elles disponibles en un seul endroit?
    • Si oui, comment les lois en vigueur sont-elles accessibles?
  2. Les réglementations secondaires actuellement en vigueur sont-elles codifiées et disponibles en un seul endroit?
    • Si oui, comment accède-t-on aux règlements en vigueur?
  3. Le public peut-il accéder gratuitement à ces sites Web ou registres?
  4. Ces sites Web ou registres sont-ils systématiquement mis à jour?

Les réponses à ces questions donnent une image de la disponibilité globale des lois et réglementations dans chaque pays. Il est important de noter que les données du GIRG ne se plongent pas dans des questions méthodologiquement plus difficiles de qualité des données, telles que celle de savoir si les informations sont utiles, utilisables ou utilisées. Par exemple, les pays peuvent publier des informations juridiques et réglementaires incomplètes, mises à jour de manière incohérente ou constituées de versions non officielles contenant des erreurs. Les informations peuvent également ne pas être consultables ou conviviales. En effet, les informations légales et réglementaires peuvent être disponibles mais non fiables d'une manière que les données ne peuvent pas saisir complètement. D'après les experts,  ces problèmes de qualité des données constituent un défi particulier dans de nombreux pays africains, comme l'ont également noté des organisations telles que Institut africain d'information juridique.

La plupart des membres de l'OGP offrent un accès complet et efficace à une collection officielle de lois et de règlements

De manière rassurante, sur 78 pays de l'OGP, 68 maintiennent des sites Web unifiés où les lois sont rendues accessibles au public en un seul endroit (voir le tableau 1.1). En outre, 23 pays se sont engagés via la plateforme OGP à améliorer l'accès des citoyens aux lois et réglementations en vigueur, comme la Roumanie:

  • Le gouvernement roumain à condition de accès libre et complet à la législation pour toutes ses circonscriptions. Auparavant, l'accès à la législation nationale consolidée n'était disponible que moyennant des frais, et le journal officiel n'était disponible que gratuitement pendant une période de dix jours. Grâce à cet engagement, les citoyens ont désormais un accès illimité et gratuit à ces ressources via un portail gouvernemental en ligne, marquant une amélioration majeure de l'accès des citoyens roumains à l'information. De plus, lors de la mise en œuvre de l'engagement, en réponse aux préoccupations de la société civile sur le rôle des intermédiaires dans le processus, une nouvelle loi a été rédigée (195/2016) pour garantir un accès permanent et gratuit au journal officiel. Cet engagement est également aligné sur les normes européennes et nationales, qui désignent le libre accès à la législation comme essentiel à la conformité légale.

Parlement néo-zélandais. Photo par: asanojunki0110 

Leçons des réformateurs: la Nouvelle-Zélande s'engage à publier la législation secondaire en ligne

Bien que les Néo-Zélandais avant 2016 pouvaient accéder gratuitement à la législation de leur pays sur legislation.govt.nz, il n'en était pas de même pour la législation secondaire (principalement les règles et règlements), qui étaient souvent indisponible dans les formats lisibles par machine ou pas du tout disponible. En conséquence, dans le cadre de son plan d'action 2016-2018 du PGO, le gouvernement s'est engagé à centraliser en ligne toutes les lois officielles primaires et secondaires - y compris celles rédigées par des entités de la Couronne, des organes statutaires et d'autres organismes non gouvernementaux.

La mise en œuvre a nécessité un processus à plusieurs niveaux. Une première étape consistait à procéder à un examen juridique pour identifier les actes qui constituent du droit dérivé par opposition à de simples dispositions administratives. Le Bureau des conseillers parlementaires (BCP) en charge a également mené des recherches externes pour mieux comprendre comment les gens accèdent et utilisent la législation dérivée. Ces informations informeront les étapes ultérieures du projet.

En tant qu'étape intermédiaire suivante, dans son plan d'action de suivi 2018-2020 du PGO, le BCP engagé de répertorier toutes les lois dérivées sur le site Web principal de la législation avec des hyperliens vers l'emplacement du texte. Au-delà de l'importance de fournir un accès facile à toute la législation en ligne, l'approche étape par étape de la Nouvelle-Zélande est également un modèle pour d'autres pays qui cherchent à intégrer des réformes ambitieuses à long terme dans le cycle de deux ans du plan d'action du PGO.

Tableau 1.1 La plupart des pays OGP donnent accès aux lois et règlements

ACCÈS AUX LOIS ET RÉGLEMENTATIONS

Meilleurs interprètes

Faibles performances

Accès complet (Score: 1)

Certains à aucun accès (score: 0-0.5)

Engagement de l'OGP

Albanie, Argentine, Arménie, Azerbaïdjan, République dominicaine, Estonie, Finlande, France, Géorgie, Honduras, Italie, Mexique, Moldavie, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Paraguay, Portugal, Roumanie, République slovaque, Serbie, Espagne, Royaume-Uni, Royaume-Uni, États

Liberia

Aucun engagement OGP

Afghanistan, Australie, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Bulgarie, Burkina Faso, Cabo Verde, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Croatie, République tchèque, Danemark, El Salvador, Allemagne, Grèce, Indonésie, Irlande, Israël, Jamaïque, Jordanie Afrique du Sud, Kenya, Corée (République de), République kirghize, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Mongolie, Monténégro, Maroc, Macédoine du Nord, Norvège, Pakistan, Panama, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Pérou, Philippines, Sri Lanka, Suède , Tunisie, Ukraine, Uruguay

Côte d'Ivoire, Équateur, Ghana, Guatemala, Malawi, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone, Seychelles

Cependant, une poignée de pays OGP doivent faire plus pour garantir l'accès des citoyens aux lois en vigueur. Dix pays OGP offrent un accès partiel ou inexistant aux lois et réglementations adoptées. Huit des pays se trouvent en Afrique et deux dans les Amériques. Sur les dix pays, seul le Libéria s'est engagé à résoudre ce problème. Plus précisément, dans son plan d'action 2017 du PGO, reconnaissant que le public n'est en grande partie pas au courant de l'état des projets de loi critiques, le gouvernement engagé 1) créer une base de données pour suivre les lois et les projets de loi à l'Assemblée législative, 2) fournir des rapports réguliers contenant ces informations et 3) organiser des tables rondes pour permettre la discussion. D'autres pays pourraient envisager des efforts similaires pour améliorer l'accessibilité des lois et réglementations.

Bâtiment du Parlement à Cape Town. Photo de dpreezq

Leçons des réformateurs: la pression de l'Afrique du Sud pour un accès ouvert à la législation

L'Afrique du Sud a particulièrement bénéficié d'un accès libre à la législation et a donné l'exemple que d'autres pays peuvent suivre. Lorsqu'un gouvernement offre un accès ouvert aux lois, les citoyens informés deviennent mieux équipés pour participer aux décisions exigées par un système démocratique. Pendant la période de l'apartheid en Afrique du Sud, l'accès à l'information sur les affaires sociales et économiques a été délibérément supprimé. Les lois ont été publiées dans le journal officiel connu sous le nom de Staatskoerant avec un accès très limité. Les groupes d'opposition ont sévèrement critiqué le secret général du gouvernement, qui a permis la violation flagrante des droits de l'homme.

Après les élections de 1994, le droit d'accès à l'information a été inscrit dans la Constitution et, en 2001, la loi sur la promotion de l'accès à l'information est entrée en vigueur. La loi établissait le droit constitutionnel d'accès à toute information - détenue par le gouvernement ou d'autres - nécessaire à l'exercice ou à la protection des droits. Aujourd'hui, le journal officiel sud-africain met les textes juridiques à la disposition du public sous forme imprimée et électronique et a joué un rôle clé dans le soutien de la stabilité démocratique et la promotion de l'état de droit dans le pays. Le libre accès à l'information est essentiel pour éduquer les militants politiques ainsi que la société civile et provoquer un changement politique positif dans le pays.  Désormais, toute la législation sud-africaine est accessible au public sur le site Web du Parlement.

Un grand merci à l'ancien co-président du comité directeur de l'OGP, Mukelani Dimba, pour sa contribution à cette histoire.

Les bulletins officiels sont un mécanisme important pour publier les lois et les règlements

L'accès aux lois et règlements par le biais d'un journal officiel ou d'une publication similaire est un moyen important de faire connaître les textes juridiques. Une gazette est un mécanisme viable pour tenir les citoyens informés des lois en vigueur, en particulier dans les pays à faible taux de pénétration d'Internet. Quarante-neuf pays OGP rendent les lois disponibles via des sites Web unifiés (gérés par le gouvernement) et des bulletins officiels imprimés (voir Figure 1.2). Huit pays de l'OGP - Côte d'Ivoire, Équateur, Ghana, Malawi, Nigéria, Sierra Leone, Serbie et Seychelles - n'utilisent que les bulletins officiels pour diffuser les lois et règlements au grand public. Dans le cas du Nigéria, les lois adoptées par l'Assemblée nationale sont disponibles dans le journal officiel fédéral (Journal officiel de la République fédérale du Nigéria), tandis que les lois des États sont disponibles dans les journaux officiels respectifs. Dans la plupart des pays africains (et dans de nombreux autres), les lois ne sont pas applicables tant qu'elles ne sont pas publiées dans la gazette. Ainsi, il représente un rôle juridique critique en plus de la diffusion. Des résultats supplémentaires spécifiques au pays suivent:

  • De nombreux pays publient des gazettes en ligne. En Moldavie, le journal officiel  est généralement publié deux fois par semaine (version papier uniquement). Il contient tous les amendements aux lois et règlements en vigueur. Dans de nombreux pays, en particulier dans les pays à revenu élevé, les bulletins d'information peuvent être consultés par voie électronique et gratuitement. Certains exemples de ces pays comprennent l'Australie, l'Allemagne, la Serbie, le Sri Lanka et la Tunisie.
  • En Grèce, l'imprimerie nationale est chargée de publier la Gazette du gouvernement. La gazette comprend toutes les lois en vigueur et autres actes réglementaires, tels que les décrets présidentiels et les décisions ministérielles. Il est disponible gratuitement, mais une copie électronique doit être commandée par e-mail.

Cependant, les bulletins peuvent être vains s'ils n'incluent pas d'informations à jour ou si les citoyens ne sont pas au courant de leur existence. En Afghanistan, le journal officiel publié par le ministère de la Justice ne peut être acheté que dans les magasins (bien que le gouvernement gère également un site Web qui permet un accès gratuit aux lois). Le stockage des copies papier des bulletins peut également être problématique. Par exemple, aux Seychelles, il est difficile d'obtenir des copies historiques de gazettes (c'est-à-dire datant de plus de cinq ans). Le gouvernement local estime également que l'effort de consolidation de toutes les lois et réglementations est coûteux et à forte intensité de main-d'œuvre. Par conséquent, les principales compilations et révisions juridiques n'ont lieu qu'une fois tous les dix ans environ. Dans de nombreux pays africains, les mises à jour sont encore moins fréquentes.

Figure 1.2 La plupart des pays OGP rendent les lois primaires disponibles en un seul endroit

Source: base de données des indicateurs mondiaux de la gouvernance réglementaire, N = 78.

Près de 90% des pays OGP utilisent un site Web unifié pour publier leurs lois et réglementations

Le maintien de sites Web librement accessibles, consultables et à jour contenant des versions complètes et officielles de toute la législation existante est une meilleure pratique que tous les pays de l'OGP devraient viser. Des études suggèrent que les coûts initiaux de publication peuvent contribuer à éviter des coûts supplémentaires et parfois onéreux découlant d'un litige en raison de l'ignorance de la loi. En général, les pays OGP mettent les lois primaires et secondaires à la disposition des circonscriptions en un seul endroit, le plus souvent via un site Web unifié géré par le gouvernement (voir la figure 1.2). Voici des exemples de bons résultats:

  • L'Australie est l'un des champions du partage d'informations transparent et efficace. Le gouvernement australien a développé plusieurs initiatives pour que les lois soient accessibles gratuitement en ligne au grand public. le Registre fédéral de la législation est un site Web gouvernemental complet permettant au public d'accéder aux lois australiennes et à la législation connexe. Le site Web permet d'accéder aux textes intégraux des lois ainsi qu'à des copies électroniques du journal officiel du gouvernement depuis 1901. Il comprend les lois du Parlement, les compilations de lois, les règlements, les arrêtés administratifs, les instruments législatifs, les déclarations explicatives et d'autres instruments. Le site Web du gouvernement en ligne a été mis en œuvre conformément à la loi de 2003 sur la législation, qui prévoyait un régime complet de gestion et de diffusion des lois et un accès public en ligne obligatoire aux versions autorisées des textes juridiques, des documents associés et des informations.
  • Le Kenya est un exemple remarquable d'amélioration de la diffusion électronique de la législation primaire et secondaire. La loi sur le Kenya, une initiative financée en 2001 par l'État, a mis en place un système en ligne de rapports juridiques visant à 1) réviser, consolider et publier les lois kényanes; 2) suivre et rendre compte de l'évolution de la jurisprudence kényane; et 3) fournir un accès universel aux informations juridiques du comté. Le site Web Kenya Law propose une base de données complète de lois, facilement accessible et consultable. Il fournit également une collection substantielle de lois infranationales et de traités internationaux. En outre, via la plateforme en ligne, les utilisateurs peuvent accéder au journal officiel du pays ainsi qu'aux documents juridiques historiques. Plus récemment, le gouvernement a commencé en utilisant une entreprise ouverte, non propriétaire le format consolider et publier des documents législatifs et ne fait partie que d'une poignée de gouvernements africains qui consolide et publie sa propre législation.  
  • La Corée du Sud utilise une plateforme en ligne complète pour donner accès aux lois. Il y a plus de dix ans, le ministère de la Législation gouvernementale de Corée du Sud a mis en place le National Law Information Center, qui est essentiellement une plate-forme en ligne qui fournit un accès intégré et gratuit à la législation coréenne, y compris les statuts, la réglementation administrative et les ordonnances des gouvernements locaux. comme règlements et cas d'interprétation législative. La base de données juridique est organisée par les organes législatifs et par les principaux domaines réglementaires. Les modifications les plus récentes sont présentées sur la page d'accueil et peuvent être recherchées à la fois par date et par sujet. Le centre propose également un service d'information juridique qui résume le contenu de lois et réglementations spécifiques dans un format de narration facile à comprendre afin que les citoyens puissent mieux interpréter les dispositions légales pertinentes.
  • La plate-forme en ligne de l'Union européenne, EUR-Lex, fournit des informations juridiques gratuites aux niveaux supranational et national. Les traités, directives, règlements, décisions et lois codifiées sont tous disponibles par voie électronique. En outre, le site Web contient la jurisprudence de l'Union européenne, des accords internationaux, des résumés de la législation et d'autres documents publics. Il offre également un accès direct au journal officiel. Le site Web est administré par le groupe de travail Droit électronique de l'Union européenne, qui est composé de représentants des 28 États membres, de l'Office des publications de l'UE, de la Commission européenne et du Secrétariat général du Conseil de l'UE.

Le secteur privé joue un rôle important dans l'accès aux lois et réglementations

Les bases de données juridiques du secteur privé donnent accès aux réglementations dans certains pays, mais elles ne constituent pas une solution miracle. Le libre accès à un ensemble de lois et de réglementations régulièrement mis à jour, officiel et complet est un bien public de base que les gouvernements - et non le secteur privé - sont responsables de fournir. Des problèmes de qualité, d'accès et de durabilité surviennent lorsque les gouvernements externalisent cette fonction (ou n'ont aucun rôle dans le système). Par exemple, les plates-formes privées peuvent contenir des erreurs (en raison du manque d'examens officiels) et peuvent ne pas être systématiquement mises à jour. En outre, l'introduction de frais empêche les plus vulnérables d'accéder aux lois dont ils ont besoin pour protéger leurs droits. Un fournisseur peut également faire faillite ou interrompre l'accès. Au-delà de ces problèmes, l'externalisation vers des entreprises privées empêche souvent le transfert des connaissances, des compétences et des capacités dont les fonctionnaires ont besoin pour s'acquitter de ces fonctions.

Malgré ces inconvénients, quatorze pays de l'OGP - Bulgarie, République tchèque, Allemagne, Danemark, Israël, Italie, Sri Lanka, Lituanie, Norvège, Panama, Philippines, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Serbie et Ukraine - ont des sites Web du secteur privé qui compilent de bases de données des lois primaires et secondaires. Parmi les 78 pays OGP échantillonnés, la plupart des bases de données juridiques privées se trouvent en Europe, suivie de l'Asie-Pacifique (voir la figure 1.3). Ce modèle pourrait être déterminé par la demande et soumis à la disponibilité de clients payants pour maintenir des modèles commerciaux opérationnels.

Graphique 1.3. Les bases de données juridiques du secteur privé sont les plus répandues en Europe

Source: base de données des indicateurs mondiaux de la gouvernance réglementaire, N = 78.

Dans le monde entier, un certain nombre d'entreprises privées se spécialisent dans l'offre de bases de données juridiques en ligne prépayées. Il s'agit d'une industrie florissante qui répond aux besoins des avocats, des juges, des étudiants en droit, des comptables et des entrepreneurs. Les plates-formes privées offrent un accès efficace et facile aux outils de recherche qui permettent une identification rapide de documents juridiques spécifiques. Les bases de données juridiques privées permettent aux utilisateurs de récupérer efficacement toutes les informations pertinentes relatives à une requête spécifique, y compris la législation, la jurisprudence et les documents secondaires, tels que les travaux savants.

Le groupe LexisNexis est l'un des principaux fournisseurs mondiaux de données du secteur. LexisNexis est une société basée aux États-Unis qui fournit des services à 175 juridictions, offrant l'une des plus grandes bases de données électroniques d'informations juridiques et l'accès à cinq milliards de documents consultables provenant de plus de 40,000 XNUMX sources juridiques, d'actualités et commerciales. La société propose également des solutions d'informations commerciales aux professionnels dans divers domaines, notamment le droit, les entreprises, le gouvernement, l'application de la loi, la fiscalité, la comptabilité et l'enseignement, ainsi que les évaluations des risques et de la conformité. Cependant, comme indiqué précédemment, les sources privées de lois et de règlements devraient être un complément - et non un remplacement - de la source officielle des textes législatifs. Dans de nombreux cas, les services privés interviennent parce que les gouvernements ne remplissent pas une fonction de gouvernance importante, ce qui - peut-être de manière contre-intuitive - peut entraver l'accès d'une large partie de la population, avoir un impact sur la fiabilité des informations et introduire des conflits d'intérêts.

Les pays OGP peuvent bénéficier d'une collaboration avec des plateformes privées. Dans de nombreuses juridictions, la prolifération des plates-formes légales en ligne prépayées est une réponse à l'inefficacité, à l'inexactitude ou au caractère incomplet des sites Web gérés par le gouvernement. Cependant, les pays OGP pourraient bénéficier d'une collaboration active avec les plates-formes d'agrégation de données privées pour améliorer l'accès à l'information pour leurs citoyens. Par exemple, les plates-formes privées peuvent aider à canaliser les informations de différents sites Web gouvernementaux vers un moteur de recherche unique. Ils peuvent également proposer des outils pour aider les utilisateurs à mieux comprendre la législation. Cependant, dans ces cas, il est important pour le gouvernement de garder le contrôle des informations clés autour de ses lois et règlements pour garantir un accès libre et complet.  Voir «Bon à savoir: les acteurs non gouvernementaux jouent un rôle clé dans le libre accès aux lois» pour une discussion sur le rôle important que joue la société civile dans ce domaine. Voir également «Leçons des réformateurs: Albanie» à la fin de ce chapitre pour un exemple de la société civile à la tête de la publication de la législation gouvernementale.

Bon à savoir: les acteurs non gouvernementaux jouent un rôle clé dans le libre accès aux lois

Dans certains pays, le libre accès aux lois est assuré par des universités ou des organisations indépendantes. Ces types d'initiatives, dirigées principalement par des universités et des groupes de défense juridique, sont connus sous le nom d '«instituts d'information juridique» ou de «libre accès au mouvement du droit». Le concept, créé pour la première fois à la Cornell University Law School en 1992, est que l'information juridique doit être librement accessible et ne pas faire l'objet de pratiques monopolistiques. Dans ces cas, les informations juridiques sont publiées à partir de différentes sources dans le cadre d'un effort collaboratif de partage de données à partir de différents réseaux. Par exemple, l'Asian Legal Information Institute fournit plus de 300 bases de données de 28 pays d'Asie. De même, le Commonwealth Legal Information Institute sert de référentiel d'informations juridiques, couvrant plus de 1,400 60 bases de données provenant de XNUMX juridictions du Commonwealth et de common law. Parmi les autres exemples, citons l'Institut africain d'information juridique, un projet de l'Unité de la gouvernance démocratique et des droits de l'Université du Cap et l'Institut d'information juridique des îles du Pacifique, une initiative de la faculté de droit de l'Université du Pacifique Sud.

La mise à jour des bases de données juridiques est un défi pour de nombreux pays OGP

La manière dont les pays OGP mettent à jour leurs bases de données juridiques présente des variations considérables (voir tableau 1.2). La pratique la plus courante consiste à publier une loi mise à jour dans les deux à sept jours suivant sa promulgation. C'est le cas dans plus de 50% des pays OGP. La Bulgarie procède à des mises à jour juridiques le jour même de l'impression et de la distribution du Journal officiel. En Estonie, les mises à jour ont lieu dans les sept jours suivant la signature ou la proclamation, tandis que les systèmes britanniques veillaient à ce que la législation relative au Brexit soit téléchargée, indexée et accessible le jour même de sa promulgation.

  • Certains pays, comme le Pérou, ont mis en place des systèmes automatisés permettant la publication immédiate des modifications juridiques. Le ministère péruvien de la Justice et des Droits de l'Homme met à jour le jour même toutes les lois et réglementations modifiées par le biais du Système d'information juridique péruvien (SPIJ). Les mises à jour sont également reflétées dans la gazette officielle «El Peruano».
  • Dans d'autres pays OGP, il faut une à trois semaines pour mettre à jour les modifications des systèmes de publication légale. C'est le cas de la Mongolie, où les nouvelles lois et réglementations sont publiées dans le State Bulletin dans les quatorze jours suivant leur adoption. Dans huit pays de l'OGP - Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Guatemala, Liberia, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Sénégal et Sierra Leone - le manque de mises à jour régulières des bases de données juridiques est particulièrement problématique.

Tableau 1.2: Fréquence avec laquelle les pays mettent à jour les bases de données juridiques

2 semaines ou moins

sous 1 mois

mois plus 6

Argentine, Arménie, Australie, Azerbaïdjan, Bulgarie, Canada, Chili, Colombie, Croatie, Danemark, Estonie, Finlande, France, Géorgie, Allemagne, Grèce, Israël, Luxembourg, Macédoine du Nord, Malte, Mexique, Maroc, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande , Norvège, Pakistan, Paraguay, Pérou, Roumanie, Suède, Ukraine, Royaume-Uni, Uruguay

Afghanistan, République tchèque, République dominicaine, El Salvador, Jordanie, Kenya, Monténégro, Afrique du Sud

Bosnie-Herzégovine, Burkina Faso, Cabo Verde, Côte d'Ivoire, Équateur, Ghana, Guatemala, Honduras, Jamaïque, Libéria, Malawi, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Sénégal, Sierra Leone

Source: base de données des indicateurs mondiaux de la gouvernance réglementaire.

Domaines d'innovation: vers une divulgation complète et conviviale

Fournir un accès effectif à toutes les lois et réglementations des différents niveaux de gouvernement est un domaine à améliorer dans les pays OGP. De nombreux pays ont des sites Web unifiés qui ne regroupent que les réglementations nationales, alors qu'il n'y a pas de plateforme où les réglementations régionales et locales sont accessibles en un seul endroit. L'Albanie est une exception:

  • L'Albanie a publié les actes du gouvernement local sur un portail unique. Dans le cadre du plan d'action 2016 du PGO de l'Albanie, les 61 municipalités albanaises fabriqué leurs décisions municipales disponibles en ligne sur vendime.al. Voir «Leçons des réformateurs: Albanie» à la fin de ce chapitre pour plus de détails.

La question de la compilation des réglementations nationales et régionales est particulièrement difficile dans certains pays de l'UE où les réglementations à plusieurs niveaux ne sont pas consolidées et peuvent donc ne pas être mises en œuvre de manière cohérente dans les différentes strates réglementaires.  L'un des moyens les plus simples pourrait être de s'assurer d'abord que toutes les réglementations locales sont rendues publiques par le biais de systèmes électroniques régionaux et municipaux hébergés et maintenus par les autorités réglementaires appropriées. Ensuite, les ensembles de données régionaux / municipaux peuvent être combinés avec ceux au niveau national.  

Les textes juridiques doivent également être faciles à comprendre et à appliquer aux opérations quotidiennes. Ainsi, les régulateurs doivent créer les conditions nécessaires pour que les citoyens puissent non seulement accéder aux lois, mais aussi les comprendre pleinement. Quelques pays ont déjà réalisé de premiers progrès dans ce domaine:

  • Le Chili cherche à réduire les barrières linguistiques dans l'accès aux textes juridiques. Pour garantir la compréhension des lois par les citoyens, la Bibliothèque du Congrès du Chili propose plusieurs programmes visant à faciliter l'interprétation des textes juridiques et à sensibiliser le public aux nouvelles réglementations. Par exemple, un de ces programmes cible les populations autochtones en traduisant et en diffusant des directives juridiques dans quatre langues autochtones sélectionnées. De nombreux ateliers sont organisés par la Bibliothèque du Congrès pour expliquer comment les réglementations affectent les droits et les modes de vie des différentes communautés.
  • Les États-Unis se concentrent sur des réglementations conviviales. Dans le cadre de son plan d'action OGP 2015, le gouvernement américain piloté l'utilisation d'une nouvelle application «eRegulations» permettant aux citoyens de lire et de commenter plus facilement les réglementations. Trois agences ont commencé à utiliser l'application pour publier leurs règlements. L'outil fournit des définitions et des interprétations en ligne, permet de comparer différentes versions de réglementations et améliore l'affichage des réglementations sur les appareils mobiles.

Conclusion

La plupart des pays OGP offrent déjà un accès gratuit aux lois et réglementations existantes, à la fois primaires et secondaires, via des sites Web unifiés. En outre, plus de la moitié des pays OGP complètent les sites Web unifiés et spécifiques aux ministères avec des copies imprimées de toutes les lois. Compte tenu de la forte demande d'accès facile et fiable à d'énormes bases de données juridiques, dans de nombreux pays, le secteur privé complète les dossiers électroniques des gouvernements en offrant des outils de recherche juridique personnalisés et complets.

Cependant, un domaine clé à améliorer consiste à s'assurer que les ensembles de données réglementaires sont systématiquement complets et à jour et incluent des versions officielles certifiées. Il est impératif que toutes les modifications juridiques soient reflétées dès que possible dans tous les domaines publics, garantissant ainsi l'accès à des informations fiables. En outre, les pays de l'OGP peuvent continuer à innover, par exemple en divulguant les législations nationales et infranationales et en améliorant la lisibilité et la compréhension des lois et réglementations par un segment plus large de la population.

Les militants albanais examinent les informations disponibles grâce à la numérisation et à la publication en ligne des décisions du conseil municipal de Shijak. Photo par: https://www.vendime.al/fotolajm/ 

Leçons des réformateurs: l'Albanie publie en ligne la législation des gouvernements locaux

Emiriola Velia a eu du mal à obtenir les réponses dont elle avait besoin. En tant que représentante d'un conseil régional des jeunes à Kukës, dans le nord-est de l'Albanie, Velia s'est appuyée sur la compréhension des mesures prises par son gouvernement local pour s'organiser et s'engager efficacement dans le processus politique. Cependant, les décisions des conseils municipaux n'étaient pas facilement accessibles. Elle devait demander les informations directement au gouvernement, ce qui signifiait qu'il lui fallait souvent trois à quatre semaines avant de recevoir les informations dont elle avait besoin. Aujourd'hui, ce processus est très différent. Une réforme menée par la société civile a conduit les 61 municipalités albanaises à publier les décisions des conseils municipaux en ligne sur une plateforme centrale.

Contexte

L'expérience de Velia n'était pas un exemple isolé. Le système albanais de publication de la législation gouvernementale était fragmenté et inefficace. Bien que légalement requis, peu de gouvernements locaux ont donné accès à la législation - y compris aux décisions des conseils municipaux. Beaucoup manquaient même de sites Web officiels permettant de partager des informations avec les citoyens. En 2016, seules 12 des 61 communes ont publié une législation locale. Ce manque d'informations était un problème grave, en particulier compte tenu des nouvelles réformes de décentralisation qui ont doté les gouvernements locaux d'un plus grand éventail de responsabilités.

La Centre d'information du public (INFOCIP), une ONG albanaise qui promeut la transparence et l'état de droit, préconisait la publication en ligne des décisions locales depuis 2009. INFOCIP maintenait une plateforme - vendime.al - qui comprenait des informations provenant d'un nombre croissant de municipalités. L'organisation a établi un partenariat avec le ministère d'État chargé des questions locales et a poussé à la publication des décisions dans le cadre des réformes de décentralisation.

Les municipalités albanaises publient pour la première fois leur législation en ligne sur une plateforme unique

À la demande d'INFOCIP, le gouvernement albanais engagé à la publication en ligne de la législation du gouvernement central et local sur vendime.al dans le cadre de son plan d'action 2016-2018 OGP. Plusieurs donateurs (dont le National Endowment for Democracy, l'ambassade des États-Unis et Projet STAR du PNUD) a soutenu les efforts des municipalités pour divulguer la législation. De nombreuses municipalités ont reçu un soutien financier d'INFOCIP lui-même.

La mise en œuvre a été rapide. Selon INFOCIP Rapports de suivi, bien que seulement 20% des municipalités aient divulgué la législation locale en 2016, ce taux est passé à 67% en 2017. Plus important encore, en 2018, les 61 municipalités albanaises ont publié une législation locale sur le vendime.al. À ce stade, la plateforme a accueilli plus de 20,000 XNUMX décisions du conseil municipal.

L'utilisation de données a augmenté parallèlement à l'augmentation des informations disponibles. Les utilisateurs ont consulté 1.5 million de pages sur le site en 2018, contre environ 240,000 2013 lorsque le site a été lancé pour la première fois en 140,000. Au total, plus de 5 XNUMX utilisateurs uniques (soit XNUMX% de la population albanaise) ont visité le site et enregistré près de dix millions de visites.

Leçons tirées de l'expérience albanaise

  1. Trouvez où s'alignent les priorités institutionnelles. L'engagement de l'Albanie a été couronné de succès en grande partie parce que diverses parties prenantes - y compris la société civile, les autorités locales et les donateurs internationaux - ont travaillé ensemble. Il est essentiel de trouver où se croisent les priorités et les plans de travail pour ce type de réforme ambitieuse à l'échelle du pays.
  2. Impliquer la société civile lors de la conception et de la mise en œuvre. INFOCIP a pu proposer d'intégrer l'initiative dans le plan d'action de l'OGP en raison d'un collaborative processus de conception de plan d'action dans lequel la société civile pourrait proposer des réformes. Plus important encore, INFOCIP - en tant qu'exécutant principal - a été essentiel au succès de l'initiative. Cela met en évidence le rôle clé que la société civile peut jouer dans la mise en œuvre des réformes de transparence réglementaire et juridique.
  3. La participation du gouvernement est nécessaire à la durabilité à long terme. À l'heure actuelle, INFOCIP utilise ses propres ressources pour fournir une fonction d'assistance qui aide les gouvernements locaux à publier leurs informations. Cette fonction est particulièrement nécessaire après les élections en cas de rotation du personnel. En fin de compte, cependant, c'est le gouvernement qui a le devoir de consacrer les ressources de l'État pour assurer un accès libre et permanent aux lois et réglementations mises à jour, complètes et correctement révisées.

L'accès à la législation gouvernementale est une composante essentielle d'une bonne gouvernance. Lorsque les citoyens sont mieux informés, ils sont habilités à utiliser ces informations pour façonner les politiques, les services et les budgets. En Albanie, Emiriola Velia peut désormais accès tous les actes de son gouvernement local en ligne. Elle n'a plus à déposer de demandes d'informations pour obtenir les informations dont elle a besoin. Cela lui fait gagner du temps et aide son conseil régional des jeunes à suivre en temps réel les décisions de leur municipalité. Alors que de plus en plus de pays comme l'Albanie entreprennent des réformes similaires pour publier des lois, il sera essentiel de s'assurer que les résultats imprègnent tous les niveaux de gouvernement.

Cette histoire a été rendue possible grâce à un entretien avec Gerti Shella (directrice exécutive, INFOCIP).

2. Transparence de l'élaboration des règles

Fournir un avis public des modifications réglementaires proposées fait partie de la garantie de la prévisibilité de l'environnement réglementaire, un aspect qui est depuis longtemps essentiel pour les entreprises cherchant à réaliser des plans et des investissements à long terme. Les investisseurs étrangers cherchent un aperçu des plans de réglementation des économies dans lesquelles ils investissent, à la fois pour informer leurs opérations là-bas et pour éviter les situations dans lesquelles les acteurs nationaux bénéficient d'un traitement préférentiel. Lorsque les citoyens connaissent les règles qui régissent leur société et ont un rôle à jouer dans leur formation, ils sont plus susceptibles de se conformer à ces règles. La corruption est moindre et la qualité de la réglementation est meilleure.

La transparence de l'élaboration des règles comprend plusieurs éléments. Cette étude comparative évalue l'un des aspects clés de la transparence réglementaire - si les gouvernements élaborent des plans de réglementation prévisionnels, c'est-à-dire une liste publique des changements réglementaires prévus ou des propositions destinées à être adoptées ou mises en œuvre dans un délai précis. Dans de nombreux pays, les avis publics comprennent un large éventail d'informations sur la réglementation proposée. En Estonie, par exemple, le gouvernement fournit un bref résumé du règlement proposé et explique pourquoi le règlement est nécessaire, ce qu'il est censé changer et quand il devrait entrer en vigueur. En Lituanie, les avis publics anticipés sont similaires à ceux de l'Estonie, mais comprennent également des analyses des effets positifs et négatifs attendus des modifications réglementaires proposées.

Le modèle de maturité suivant résume les principaux piliers des bonnes pratiques dans le domaine de la transparence réglementaire que tous les membres de l'OGP devraient mettre en place. Le reste de ce chapitre examine chacune de ces actions plus en détail et fournit des exemples de réformes que les pays mettent déjà en œuvre.

Modèle de maturité pour les actions futures: transparence de l'élaboration des règles

  • Plans réglementaires prévisionnels: Élaborer et publier des plans de réglementation prévisionnels au moins 30 jours avant la rédaction de la nouvelle législation.
  • Préavis: Exiger la publication d'un avis de projet de réglementation pour tous les ministères / agences.
  • Portail unifié: Développer un portail unifié pour la divulgation des projets de réglementation (voir le chapitre 1 pour les règlements adoptés).
  • Plateforme participative électronique: Permettre aux citoyens de commenter les projets de règlement (et de consulter d'autres commentaires) via des plateformes électroniques.
  • Suivi des réglementations: Numérisez les principales mises à jour réglementaires pour vous assurer que les citoyens peuvent suivre les réglementations du développement précoce à l'adoption.

Remarque: ces éléments exploitables sont abordés plus en détail dans le chapitre.

Plusieurs membres de l'OGP se sont engagés à accroître la transparence dans les processus d'élaboration des règles

Dix pays ont pris des engagements dans ce domaine dans le cadre de plusieurs plans d'action du PGO. Au total, 21 membres de l'OGP (27%) se sont engagés à publier des plans de réglementation à terme (voir le tableau 2.1), dont 12 sont des pays européens, dont les suivants:

  • La Moldavie a rendu public des projets de politique. La première de la Moldavie engagement visait à publier des informations sur les projets de politiques et de législations, tandis que seconde a cherché à améliorer et à développer davantage une plateforme de participation en ligne.
  • La Grèce a amélioré une plate-forme électronique pour l'engagement du public. Dans le cadre de son OGP engagement Pour accroître la transparence de la réglementation, la Grèce a amélioré une plate-forme électronique pour la publication et l'annotation des nouvelles lois et réglementations avant leur soumission au Parlement. Le site Web permet aux citoyens, aux entreprises et aux organisations de la société civile de consigner les commentaires, annotations, propositions et modifications des textes juridiques.
  • La République kirghize améliore la transparence et l'engagement du public en tirant les leçons des erreurs du passé. En 2009, la République kirghize a présenté une obligation légale de débattre public des projets d'actes normatifs et juridiques. Cependant, la mise en œuvre des dispositions légales a été inefficace pour plusieurs raisons, telles qu'un manque de planification prévisionnelle, l'absence d'un système de notification pour informer les citoyens des projets disponibles et l'absence de mécanisme de réponse aux commentaires. Grâce à son plan d'action OGP, le pays engagé pour remédier à ces lacunes en 1) modifiant légalement le processus d'élaboration des règles pour clarifier la façon dont les citoyens seront impliqués et 2) en développant un portail unifié pour les projets d'actes normatifs, qui permettra aux citoyens de fournir des contributions et de recevoir des commentaires.
  • La Lettonie permettra aux citoyens d'accéder aux projets juridiques et de participer en ligne en un seul endroit. Auparavant, les citoyens devaient consulter les sites Web de chaque ministère pour suivre l'élaboration de nouveaux projets de politiques et d'actes juridiques. En 2015, le gouvernement engagé à la création d'un portail unique pour l'élaboration de politiques qui permettraient aux acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux de suivre les changements dans les projets de documents au fil du temps. Ce projet à long terme permettrait aux citoyens de suivre les projets de loi à travers plusieurs étapes de révision et de fournir une rétroaction continue, jusqu'à l'adoption et l'application. Pour un exemple de réforme similaire, voir «Leçons des réformateurs: l'Estonie passe de la consultation en ligne à la cocréation» à la fin de ce chapitre.

Tableau 2.1 Plusieurs pays OGP obtiennent de bons résultats dans les processus d'élaboration de règles transparents

TRANSPARENCE DE LA RÉGLEMENTATION

Meilleurs interprètes

Interprètes intermédiaires

Faibles performances

Les plans de réglementation prévisionnels sont publiés dans l'ensemble du gouvernement et sont accessibles au public (Score: 1)

Certains ministères / organismes de réglementation publient des plans de réglementation prévisionnels (score: 0.5 - 0.75)

Ne pas publier de plans réglementaires prévisionnels (score: 0)

Engagement de l'OGP

Arménie, Bulgarie, Canada, Estonie, Finlande, Croatie, Irlande, Moldavie, Pays-Bas, États-Unis

Albanie, Colombie, Géorgie, République kirghize, Macédoine du Nord, Nouvelle-Zélande

Grèce, Guatemala, Israël, Lettonie, Mongolie, Paraguay

Aucun engagement OGP

Azerbaïdjan, Costa Rica, République tchèque, Allemagne, Danemark, France, Indonésie, Italie, Corée (République de), Lituanie, Luxembourg, Maroc, Mexique, Malte, Monténégro, Norvège, Philippines, Serbie, République slovaque, Espagne, Suède, Afrique du Sud, Royaume-Uni

Brésil, Côte d'Ivoire, Cabo Verde, Jamaïque, Nigéria, Sénégal, Ukraine

Afghanistan, Argentine, Australie, Burkina Faso, Bosnie-Herzégovine, Chili, République dominicaine, Équateur, Ghana, Honduras, Jordanie, Kenya, Libéria, Sri Lanka, Malawi, Pakistan, Panama, Pérou, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Portugal, Roumanie, Sierra Leone, El Salvador, Seychelles, Tunisie, Uruguay

Source: bases de données GIRG et OGP.

La plupart des pays OGP ne publient toujours pas de plans réglementaires prévisionnels

Un plan de réglementation prévisionnel décrit les changements réglementaires qu'une institution gouvernementale a l'intention de proposer. En général, moins de la moitié des pays OGP (42%) publient systématiquement des plans de réglementation prévisionnels dans l'ensemble du gouvernement. Cela peut être dû à l'absence de dispositions légales exigeant cette divulgation. Cependant, les pays ayant un engagement OGP dans le domaine de l'élaboration de règles transparentes ont également tendance à avoir un score GIRG plus élevé, ce qui pourrait suggérer que les pays tirent efficacement parti de leurs engagements OGP pour rendre les processus d'élaboration de règles plus accessibles et inclusifs ou qu'ils tirent parti des forces existantes ( voir la figure 2.1).

Graphique 2.1. Les pays avec des engagements OGP en matière de transparence des règles obtiennent des scores GIRG plus élevés

Source: base de données GIRG, N = 78.

Les pays de l'OGP en Europe ont montré le plus de progrès en matière de réglementation transparente

Dans toutes les régions, les pays d'Europe ont pris le plus d'engagements OGP pour améliorer la transparence des réglementations. Sur 31 pays européens échantillonnés, environ un tiers ont pris des engagements OGP pour publier des plans de réglementation prévisionnels et obtenir de bons résultats sur la mesure de transparence réglementaire du GIRG (voir Figure 2.2). La tendance générale des données indique que les pays qui affichent déjà de bonnes performances dans le domaine de la transparence réglementaire sont également ceux qui adoptent activement une réglementation transparente et inclusive à travers leurs engagements OGP, comme les Pays-Bas:

  • Les Pays-Bas se sont engagés à numériser les annonces gouvernementales. Depuis 2009, le Journal officiel, le Bulletin des lois et décrets et la série des traités sont publiés en format électronique. À partir de 2014, d'autres niveaux du gouvernement néerlandais, y compris local et provincial, engagé d'annoncer leurs nouvelles réglementations et leurs modifications réglementaires par le biais de publications en ligne.

Il est intéressant de noter que certains des pays européens qui n'ont pas d'engagement actuel dans ce domaine reçoivent déjà un score maximum sur la transparence de la métrique de réglementation du GIRG. Cela souligne à quel point plusieurs pays n'ont pas besoin de s'engager spécifiquement dans le cadre du PGO, étant donné une mise en œuvre déjà réussie de pratiques de réglementation transparentes. Dans le même temps, les données impliquent que d'autres pays - comme le Portugal, la Bosnie-Herzégovine et la Roumanie - ont plus de marge de manœuvre pour se conformer à la norme européenne plus large.

Représentation visuelle du train législatif du Parlement européen qui guide les utilisateurs tout au long du processus législatif. L'outil peut être trouvé ici: https://www.europarl.europa.eu/legislative-train/. Photo par: https://vimeo.com/184477380

Leçons des réformateurs: le train législatif du Parlement européen

Le train législatif du Parlement européen est une application et une page Web interactives qui permettent aux citoyens de suivre les progrès concernant les priorités législatives de la Commission européenne. La plate-forme ressemble à un horaire de train où chaque train représente une zone prioritaire et chaque wagon correspond à des propositions législatives individuelles. Les utilisateurs peuvent utiliser la plate-forme pour en savoir plus sur chaque proposition, connaître l'état actuel de la législation proposée et consulter les mises à jour mensuelles. La plateforme utilise une simple clé pour indiquer si les projets de loi ont été soumis au Parlement pour débat, adoptés, retardés ou «déraillés». Bien que la plateforme ait été initialement créée en 2014 sous la direction de Jean-Claude Juncker pour suivre les progrès de ses priorités législatives au cours de son mandat de cinq ans, le Parlement a depuis élargi la portée de la plateforme et continue de l'utiliser pour son mandat actuel, qui a débuté en 2019.

Le train législatif n'est que l'une des nombreuses initiatives de la Commission européenne visant à rendre les processus législatifs plus ouverts et plus efficaces. En 2015, la Commission a présenté son programme pour une meilleure réglementation, qui vise à garantir que les lois et réglementations de l'UE sont de haute qualité et adaptées à leurs objectifs, ainsi que créées, adoptées et évaluées en consultation avec les citoyens. Conformément à l'ordre du jour, la Commission a tenu plus de 400 consultations publiques et reçu des millions de commentaires d'Européens sur une variété de politiques et de règlements proposés. La Commission a également créé le comité d'examen de la réglementation afin de normaliser et d'améliorer les analyses d'impact et d'autres processus d'évaluation afin de garantir que les réglementations existantes atteignent leurs objectifs politiques.

Figure 2.2 L'Afrique et les Amériques ont moins d'engagements en matière de réglementation transparente

Source: bases de données GIRG et OGP, N = 78.

Les pays africains de l'OGP manquent d'engagements pour améliorer la transparence réglementaire

Aucun des 14 pays africains évalués ne s'est engagé dans le PGO dans le domaine de la transparence des règles. Parmi ces pays africains, seuls le Maroc et l'Afrique du Sud ont obtenu le score le plus élevé possible sur la mesure transparente de la réglementation de l'ensemble de données GIRG. Les gouvernements des deux pays élaborent des plans de réglementation prévisionnels qui comprennent une liste publique des modifications réglementaires anticipées ou des propositions destinées à être mises en œuvre dans un délai spécifié. Et dans les deux pays, les plans de réglementation prévisionnels sont accessibles au grand public via des sites Web unifiés. L'Afrique du Sud est un exemple particulièrement intéressant de réglementation participative sur le continent:

  • Les ministères et organismes de réglementation sud-africains publient des rapports annuels décrivant les développements politiques futurs. En plus d'être disponibles sur un site Web unifié, les rapports sont présentés sur des sites Web spécifiques de différents ministères et organismes de réglementation. Par exemple, les rapports sont disponibles sur les sites Web du Groupe de suivi parlementaire et la Département du commerce et de l'industrie. Pour améliorer la solidité et la responsabilité des systèmes réglementaires sur le continent africain, les pays sont encouragés à utiliser la plate-forme OGP pour identifier des engagements viables et encadrer les efforts de réforme à court et à long terme autour de ces engagements.

Peu de pays des Amériques se sont engagés dans ce domaine

Dans les Amériques, quatre pays sur 19 se sont activement engagés à améliorer la transparence des processus de réglementation: la Colombie, le Canada, le Guatemala et les États-Unis. Malgré une performance déjà solide sur les indicateurs de transparence réglementaire, le Canada a deux engagements dans ce domaine, tandis que les États-Unis en ont trois. Voici des exemples de pays des Amériques ayant des engagements dans ce domaine:

  • La Colombie s'est fermement engagée à faire progresser l'élaboration de règles participatives. Le 14 février 2017, le gouvernement colombien a publié un décret stipulant que les projets de tous les règlements du pouvoir exécutif doivent être soumis à une période de consultation publique d'au moins 15 jours. En outre, le nouveau décret oblige chaque ministère et organisme de réglementation à publier de vastes plans de réglementation prévisionnels pour une période d'au moins 30 jours. Maintenant, le gouvernement de la Colombie a engagé construire une plate-forme centrale de participation. Pour renforcer encore la transparence réglementaire, le gouvernement a lancé une application numérique, MiSenado, grâce à laquelle les citoyens peuvent accéder aux projets juridiques.
  • Le Guatemala, malgré quelques revers, s'efforce d'améliorer la transparence réglementaire. Guatemala engagé à renforcer la confiance du public dans l'élaboration des règles et à soumettre tous les changements législatifs à l'examen des parties prenantes avant de les présenter au Congrès. Une nouvelle fonctionnalité sur le site Web du Congrès a permis aux citoyens de commencer à soumettre des commentaires sur les projets de loi.

Malgré de meilleures performances, des travaux supplémentaires sont nécessaires en Asie-Pacifique

Cinq des quinze pays de la région Asie-Pacifique ont pris l'engagement du PGO à publier systématiquement tous les avis de réglementation proposée. Sur ces cinq pays, l'Arménie obtient le score GIRG le plus élevé possible en matière de réglementation transparente, suivie de la Géorgie, de la République kirghize et de la Nouvelle-Zélande. Voici quelques exemples d'engagements OGP:

  • La Géorgie n'a pas encore rendu publics ses plans de réglementation. Le secrétaire parlementaire recueille les plans législatifs de tous les ministères tous les deux ans, puis élabore un plan d'action législatif complet qui est présenté au Parlement. Cependant, les plans de réglementation prospectifs ne sont pas rendus publics. Cette situation est similaire à la situation en République kirghize, où tous les ministères sont tenus d'élaborer des programmes législatifs internes non publics pour la législation secondaire.
  • La Nouvelle-Zélande publie des stratégies de gestion réglementaire. La plupart des ministères sont responsables de l'élaboration de plans de réglementation prévisionnels individuels. Par la suite, chaque ministère contribue à l'élaboration du programme législatif annuel du gouvernement - pour les lois primaires. En général, ces plans et programmes ne sont pas rendus publics. Cependant, les principaux services de réglementation publient des stratégies de gestion de la réglementation qui comprennent des plans de réglementation dans lesquels ils ont des responsabilités de gestion.
  • La Mongolie s'est engagée à rendre les processus réglementaires plus transparents. La Mongolie n'a pas encore tenu ses engagement à rendre les projets de lois, actes, amendements et règles administratives accessibles au public. En particulier, le gouvernement vise à rendre les informations réglementaires accessibles au public par le biais de «machines en ligne de service public», de chambres de citoyens et de bibliothèques publiques à chaque niveau provincial.

L'écart de performance est évident entre les pays à revenu élevé, intermédiaire de la tranche supérieure et à faible revenu

Les pays à revenu élevé et intermédiaire de la tranche supérieure enregistrent généralement de bons résultats, mais pas uniformément. Bon nombre des engagements de ces pays dans le cadre du PGO sont motivés par les mandats de l'Union européenne et de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Les pays appartenant à ces deux cohortes de revenus ont également tendance à obtenir de meilleurs résultats aux mesures du GIRG (voir la figure 2.3). On peut soutenir que les économies riches disposent de plus de ressources (humaines et financières), de capacités administratives et de l'expertise juridique requise pour entreprendre et mettre en œuvre efficacement les réformes. Ils bénéficient également d'une utilisation plus avancée des technologies de l'information. Dans le cas de l'OCDE, tous les membres emploient désormais une forme analyse d'impact réglementaire, qui peut jouer un rôle. Cependant, les pays aisés ont encore une marge d’amélioration considérable. Plus précisément, sept pays à revenu élevé et intermédiaire de la tranche supérieure obtiennent de mauvais résultats à la mesure du GIRG et ne se sont pas engagés à travers l'OGP à combler l'écart.

Les pays à faible revenu ont de nombreuses opportunités de s'améliorer. Les pays à faible revenu n'ont pas besoin d'avoir des connaissances technologiques pour pratiquer une réglementation inclusive et transparente. Les discussions sur les nouvelles réglementations peuvent faire l'objet d'audiences publiques ainsi que d'un examen minutieux des parties prenantes lors de réunions en personne. Les projets de lois et de règlements pourraient être rendus publics et susciter des commentaires du public par le biais de journaux officiels et d'autres publications physiques. Lorsqu'il existe une volonté politique d'améliorer la transparence et l'inclusion, il existe de nombreuses possibilités de le faire. L'utilisation de nouvelles plates-formes et technologies basées sur le cloud réduit également considérablement les coûts informatiques en termes de maintenance opérationnelle et de sécurité par rapport à l'utilisation des technologies précédentes (serveur matériel) et des systèmes de classement papier.  

Figure 2.3 Les économies à revenu élevé ont atteint de meilleurs niveaux de transparence réglementaire

Source: bases de données GIRG et OGP, N = 78.

Conclusion

Bien qu'environ un tiers des pays OGP aient pris des engagements OGP dans ce domaine, des mesures réglementaires supplémentaires sont nécessaires pour améliorer la transparence des processus de réglementation dans le monde. Et davantage de pays devraient s'engager à créer des cadres législatifs inclusifs. Cet engagement est particulièrement urgent en Afrique et dans les Amériques, où les niveaux de transparence sont particulièrement faibles par rapport à l'Asie-Pacifique et à l'Europe. Faire progresser la transparence réglementaire et promouvoir l'inclusivité de l'élaboration des lois permet aux régulateurs d'établir des relations de confiance avec leurs circonscriptions et d'obtenir l'adhésion nécessaire aux changements réglementaires. En outre, les premiers retours des parties prenantes, de la société civile et des milieux d'affaires rendent les nouvelles réglementations plus percutantes, pertinentes et efficaces.

L'Estonie a tenu l'Assemblée populaire sur l'avenir du vieillissement en mai 2017. Photo par: Andres Raudjalg pour rahvaalgatus.ee

Leçons des réformateurs: l'Estonie passe de la consultation en ligne à la cocréation

Dans la région nord-est d'Ida-Virumaa en Estonie se trouve une forêt ancienne rare qui n'a pas été perturbée tout au long de l'histoire de l'humanité. Une escapade populaire pour les citadins, c'est peut-être plus important encore la maison permanente d'un certain nombre d'espèces animales rares et menacées.

En 2016, le gouvernement a décidé de commencer à brûler du bois dans une nouvelle centrale électrique, provoquant l'indignation du public. Citoyens pétitionné le gouvernement en ligne pour arrêter la déforestation dans la région et les impliquer dans les efforts de conservation. Grâce aux investissements à long terme de l'Estonie dans la participation en ligne, cela a fonctionné. Le gouvernement a rencontré les citoyens pour discuter de leurs propositions et a modifié les règles afin de mieux protéger les forêts estoniennes - et les espèces en voie de disparition qui les habitent.    

Le pays a embrassé sans réserve la transformation numérique d'une manière que de nombreux pays, riches comme pauvres, cherchent à imiter. Souvent considérée comme l'un des pays en transition les plus prospères au monde, l'Estonie s'emploie à améliorer sa qualité de vie et sa base économique sans sacrifier la qualité de l'environnement. Ses efforts pour renforcer la démocratie dans la prise de décision réglementaire sont essentiels à cet objectif.

Faire progresser les processus réglementaires ouverts grâce à l'OGP

Depuis son arrivée à l'OGP en 2011, l'Estonie s'est engagée à renforcer la Système d'information des projets de loi (EIS), une plateforme qui permet aux citoyens de commenter les projets de loi. Les réformateurs ont rendu le site Web plus convivial, élargi la formation gouvernementale et créé un système pour informer les citoyens des projets de loi à venir.

Cependant, le gouvernement et la société civile ont convenu qu'il fallait faire plus. Les fonctionnaires souhaitaient une voie plus fluide pour la co-création de la législation entre les ministères, et la société civile a plaidé pour une participation plus rapide au processus. Dans cet esprit, les réformateurs estoniens engagé développer un nouveau système d'information pour impliquer les citoyens dans l'élaboration des politiques.

Construire un environnement en ligne pour la co-création

Le système ouvrira un espace convivial pour que les fonctionnaires et les citoyens co-créent des politiques. Les fonctionnaires pourront collaborer sur le même texte entre les ministères et avec des experts extérieurs au gouvernement grâce à un environnement collaboratif similaire à Google Docs ou Microsoft Office Online. Cela réduira la bureaucratie inutile et rendra le processus d'élaboration des politiques aussi transparent que possible. Il y aura également des espaces de discussion en ligne et des groupes de travail pour impliquer plus facilement plusieurs groupes (par exemple, ministères, experts, organisations de la société civile) tout au long du processus d'élaboration des politiques.

Aller au-delà de la consultation vers une co-création significative

Cet engagement a institutionnalisé des pratiques d'engagement des citoyens qui vont au-delà de la consultation à la cocréation. Il y a une place pour les citoyens à chaque étape du processus d'élaboration des politiques, soit en tant que participant actif dans un groupe de travail, soit en tant qu'observateur du processus qui peut toujours suivre les progrès et fournir des commentaires.

Les citoyens ont critiqué l'ancien système EIS pour avoir rendu trop difficile le suivi d'une politique de l'ébauche à l'achèvement. Auparavant, les ébauches n'étaient généralement accessibles au public que trois semaines avant l'approbation. Le nouveau système informera automatiquement les citoyens du début du processus d'élaboration des politiques et leur permettra de suivre les progrès de l'élaboration des politiques, même si le projet n'est pas encore rendu public.

Créer un moyen efficace d'engagement citoyen

Par-dessus tout, la plate-forme est destinée à canaliser efficacement les contributions des citoyens dans le processus d'élaboration des politiques réglementaires. Dans un pays comme l'Estonie, où les citoyens commentent et publient régulièrement des opinions sur les politiques gouvernementales proposées (comme en témoigne un récent plan forestier), un processus de co-création systématisé peut impliquer plus de personnes dans le processus plus tôt et de manière plus significative.

Une approche centralisée de l'élaboration de politiques réglementaires ouvertes facilite également l'engagement des citoyens. Le mécanisme de reporting indépendant (IRM) de l'OGP trouvé qu'il y avait une faible utilisation de la plate-forme EIS, en partie parce qu'il y avait déjà plusieurs autres canaux de communication. Comme l'a noté l'ancien directeur du Rahvaalgatus.ee (qui permet aux citoyens de proposer des initiatives directement au Parlement), Teele Pehk, «L'Estonie est au-delà du stade de la simple technologie. Il s'agit maintenant de le rendre convivial. C'est pourquoi nous avons une attitude de guichet unique. »

Leçons apprises: comment mettre en œuvre l'élaboration de politiques ouvertes

  1. Expérimentez, apprenez des réformes précédentes et adaptez-vous. La correction de cap est un élément difficile - mais essentiel - du processus OGP. Malgré les améliorations apportées à l'EIE dans plusieurs plans d'action du PGO, la plate-forme de participation électronique est restée difficile à utiliser. En fin de compte, le gouvernement estonien a utilisé ce retour d'expérience pour aller au-delà du système EIS et façonner la réforme actuelle.  
  2. Identifiez d'abord les besoins du gouvernement, de la société civile et des citoyens. Les tests utilisateurs ont été l'un des principaux atouts du processus de l'Estonie. L'unité d'innovation du gouvernement a réuni les parties prenantes pour identifier les cas d'utilisation et les points faibles. L'adhésion des fonctionnaires lors de la conception de l'engagement était également essentielle. L'idée de rationaliser le processus d'élaboration des politiques a trouvé un écho auprès des représentants du gouvernement qui passent beaucoup de temps à diffuser des documents et à obtenir des approbations pendant le processus de rédaction. La co-conception de la solution de cette manière a aidé les parties prenantes à trouver où les intérêts s'alignaient.
  3. Tirez parti des plates-formes et de la technologie existantes. Dans de nombreux cas, la technologie existe déjà et peut être adaptée pour résoudre un nouveau problème. Dans le cas de l'Estonie, la plate-forme de co-création politique de Tallinn, la capitale, a été l'une des premières sources d'inspiration. Les concepteurs du nouveau système ont également cherché à intégrer les leçons tirées Rahvaalgatus.ee. Ce type de partage des connaissances et de réflexion peut renforcer de nouvelles solutions.
  4. Utilisez le processus OGP pour des projets ambitieux à long terme. Le gouvernement estonien teste actuellement un prototype de la nouvelle plate-forme avec un groupe de travail du gouvernement et de la société civile, mais la version finale est dans quelques années. Néanmoins, l'inclusion de ce projet dans le plan d'action de deux ans du PGO permet une plus grande visibilité et responsabilité et plus d'opportunités d'apprentissage au-delà des frontières.
  5. Déterminez la valeur d'une politique réglementaire ouverte dans chaque contexte et trouvez des solutions correspondantes. En Estonie, l'objectif est d'impliquer les citoyens plus tôt et de manière plus significative tout au long du processus de co-création, mais dans d'autres contextes, il pourrait y avoir des arguments plus solides pour un meilleur accès aux lois et règlements ou pour la transparence du lobbying.

Sans la puissance combinée de la passion et de l'expertise de la société civile et de la volonté du gouvernement d'écouter et d'agir, des projets comme celui de protéger les espèces menacées dans une forêt estonienne bien-aimée ne seraient pas possibles. Le processus d'élaboration d'une politique réglementaire ouverte en Estonie a été long - et il n'est pas encore terminé. Au cours des prochaines années, la société civile plaide pour que le gouvernement investisse dans des campagnes publiques et l'éducation civique pour étendre la participation au-delà des utilisateurs typiques, et le gouvernement espère intégrer le système du Parlement dans la nouvelle plateforme. Quelle que soit l'approche particulière, des initiatives d'élaboration de politiques ouvertes comme celles-ci seront essentielles pour que l'Estonie - et d'autres sociétés - s'attaquent efficacement aux problèmes clés auxquels elles sont confrontées.

Cette histoire a été rendue possible grâce à des entretiens avec Liia Hänni (expert principal, e-Governance Academy), Ott Karulin (conseiller, unité de stratégie, bureau du gouvernement), Teele Pehk (ancien PDG, Assemblée de coopération estonienne), Maarja-Leena Saar (chef de projet , Rahvaalgatus.ee) et Merilin Truuväärt (Chef de projet de l'équipe d'innovation, Chancellerie d'État d'Estonie). Merci beaucoup pour leurs excellentes idées et contributions. Un grand merci également au mécanisme de rapport indépendant pour ses rapports détaillés sur la participation de l'Estonie à l'OGP.

3. Consultation publique

Demander des commentaires et rendre compte des résultats des consultations lors de l'élaboration de nouvelles lois et réglementations est l'un des principaux piliers d'une réglementation transparente et participative. Les commentaires des parties prenantes aident les décideurs à identifier les problèmes conceptuels et à remodeler la portée des règlements proposés pour produire les résultats escomptés. Grâce à des consultations, les gouvernements peuvent également entendre d'autres groupes qui - bien que n'étant pas nécessairement la cible du règlement proposé - peuvent subir (ou aider à identifier) ​​un préjudice non intentionnel substantiel si un projet de règlement reste inchangé. Pour solliciter des commentaires, les gouvernements peuvent sensibiliser le public de plusieurs manières: en proposant des sites Web interactifs, en organisant des réunions ouvertes ou en contactant directement les parties prenantes connues.

Au-delà de la valeur intrinsèque de l'implication des citoyens dans l'élaboration des règles, la recherche montre que les pays qui institutionnalisent la participation du public à l'élaboration des règles ont tendance à avoir une meilleure croissance économique, des institutions juridiques plus solides, un secteur privé plus dynamique et moins de corruption. Plus précisément, dans le domaine du développement du secteur privé, les pays dotés de processus réglementaires bien établis bénéficient de réglementations commerciales plus efficaces pour atteindre les objectifs déclarés.  Si les parties prenantes peuvent exprimer ouvertement leurs préoccupations concernant les changements réglementaires à venir et être assurées que leur contribution est soigneusement prise en compte, elles sont plus susceptibles de respecter et de bénéficier des nouvelles réglementations. Le modèle de maturité des actions potentielles - par le biais de plans d'action OGP ou autrement - illustre certaines des mesures clés dans le domaine de la consultation publique que les pays OGP devraient mettre en place.

Modèle de maturité pour les actions futures: consultations publiques

  • Législation pertinente: Adopter une législation obligeant les fonctionnaires de tout le gouvernement à fixer des périodes de commentaires et à publier des projets / documents avant les consultations.
  • Réforme à l'échelle du gouvernement: Faire progresser l'engagement des parties prenantes dans plusieurs domaines réglementaires, par exemple, en élaborant des orientations et en fournissant une formation adéquate pour garantir la conformité.
  • Réponses raisonnées: Publier les réponses aux consultations avec les commentaires reçus.
  • Plateformes en ligne: Concevoir des plates-formes Web pour recueillir et répondre aux commentaires des parties prenantes. Assurez-vous que les sites Web gouvernementaux décrivent clairement le fonctionnement du processus et établissent un lien direct avec les sites Web de participation de ministères / agences spécifiques.
  • Participation décentralisée: Décentraliser la notification et les commentaires grâce à l'utilisation d'interfaces de programmation d'application (API) pour permettre aux citoyens de participer via des sites Web centraux ainsi que des sites Web tiers.

Remarque: ces éléments exploitables sont abordés plus en détail dans le chapitre.

La plupart des pays OGP ont institutionnalisé des systèmes de notification et de commentaires obligatoires, mais certains membres sont encore à la traîne

Fait encourageant, il existe une pratique établie consistant à solliciter la contribution des parties prenantes aux processus d'élaboration des règles dans la plupart des pays du PGO (voir le tableau 3.1). Seuls onze pays - Afghanistan, Burkina Faso, Cabo Verde, Équateur, Guatemala, Honduras, Liberia, Sri Lanka, El Salvador et Seychelles - reçoivent un score de zéro dans ce domaine d'étude. Cependant, l'Afghanistan, El Salvador et le Guatemala ont tiré parti de la plate-forme OGP pour prendre des engagements liés à la participation de leurs électeurs à la conception de nouvelles lois et de projets à grande échelle:

  • L'Afghanistan vise à développer un système de consultation fonctionnel. Le ministère des Travaux publics en Afghanistan vise développer un mécanisme de suivi et de participation pour impliquer les communautés locales dans les étapes de planification et de mise en œuvre du développement des infrastructures. Le ministère considère les représentants des communautés locales comme des points focaux dans les interactions entre les régulateurs et les citoyens. Plus précisément, la participation de la base aux projets d'infrastructure de transport est considérée comme étant d'une importance capitale et essentielle à la réussite des projets de réseau routier.
  • El Salvador envisage d'introduire une réglementation participative pour les questions environnementales. Le ministère de l'Environnement et des Ressources naturelles d'El Salvador a fait un engagement en 2018 pour développer un dispositif législatif participatif. La loi sur l'environnement du pays stipule déjà le droit des citoyens de participer à des consultations sur les politiques, plans, programmes, concessions et études d'impact environnemental. Le défi actuel consiste à introduire un cadre transversal pour permettre la participation des citoyens à l'élaboration de politiques, stratégies et plans d'action environnementaux à l'échelle nationale. Jusqu'à présent, il n'y a qu'un cadre rudimentaire en place pour impliquer les parties prenantes dans les évaluations d'impact sur l'environnement, la plupart - sinon la totalité - qui concernent les décisions au niveau des projets plutôt que les politiques.

Tableau 3.1 Performance des pays OGP dans les domaines de la réglementation consultative

ÉLABORATION DE RÈGLES PARTICIPATIVES

Meilleurs interprètes

Interprètes intermédiaires

Faibles performances

Le processus de consultation existe et est transparent (Score: 2)

Un processus de consultation existe mais avec un degré de transparence variable (score: 0.25-1.75)

Le processus de consultation n'existe pas (Score: 0)

Engagement de l'OGP

Arménie, Bulgarie, Bosnie-Herzégovine, Canada, Estonie, Grèce, Croatie, Maroc, Pays-Bas, Norvège, Royaume-Uni, États-Unis

Albanie, Argentine, Chili, Colombie, République dominicaine, France, Indonésie, Irlande, Israël, Italie, République kirghize, Lituanie, Lettonie, Moldavie, Macédoine du Nord, Monténégro, Nouvelle-Zélande, Paraguay, Roumanie, Serbie, République slovaque, Tunisie, Ukraine

Afghanistan, El Salvador, Guatemala

Aucun engagement OGP

Costa Rica, Danemark, Corée (République de), Luxembourg, Mexique, Malte

Australie, Azerbaïdjan, Brésil, Côte d'Ivoire, République tchèque, Finlande, Allemagne, Géorgie, Ghana, Jamaïque, Jordanie, Kenya, Mongolie, Malawi, Nigéria, Pakistan, Panama, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Pérou, Philippines, Portugal, Sénégal, Sierra Leone, Espagne, Afrique du Sud, Suède, Uruguay

Burkina Faso, Cabo Verde, Equateur, Honduras, Liberia, Sri Lanka, Seychelles

De nombreux pays ont pris des engagements OGP en matière d'élaboration de règles participatives, mais il en faut davantage

Les engagements qui visent à améliorer l'engagement du public dans le processus d'élaboration des règles sont courants dans l'OGP (voir «Un aperçu de la gouvernance réglementaire dans les plans d'action de l'OGP» pour plus de détails). Au total, 38 pays OGP (soit un peu moins de la moitié de tous les pays) se sont engagés dans ce domaine. La Croatie, Israël, la Moldavie, le Paraguay et les États-Unis ont trois engagements chacun, tandis que la République slovaque en a quatre, et l'Estonie et la Macédoine du Nord en ont six. Plusieurs engagements ont déjà contribué à des résultats importants:

  • La Croatie a appliqué un mandat légal pour l'élaboration de règles participatives. La Croatie a pris trois engagements OGP dans ce domaine entre 2012 et 2018. Dans un premier temps, le gouvernement croate introduit les amendements au règlement intérieur pour exiger que les propositions de projets de loi soient soumises à un processus consultatif régulier (aligné sur le code de bonnes pratiques en matière de consultation). À l'issue des consultations, il existe désormais une obligation légale de préparer et de soumettre un rapport sur les résultats des consultations avec le projet de loi pertinent. Dans le cadre du plan d'action 2014-2016 du PGO de la Croatie, le gouvernement lancé une plateforme web standardisée pour mener des consultations avec les parties prenantes et le grand public. Un 2018 plus récent engagement s'est concentré sur la formation des agents de l'État, des coordonnateurs de la consultation et des fonctionnaires des organes de l'administration de l'État ainsi que des unités d'autonomie locale et régionale afin de garantir le respect exact des nouveaux processus.
  • La République slovaque a également fait de l'élaboration de règles inclusives une pratique obligatoire. En 2012, la République slovaque engagé à la création de règles décrivant la participation du public à l'élaboration de politiques sélectionnées. La sollicitation des commentaires sur les règlements proposés est désormais obligatoire par la loi, conformément aux règles législatives du gouvernement slovaque. Les premières consultations avec les milieux d’affaires durent généralement environ quatre semaines, tandis que les consultations par procédure interministérielle ne durent pas plus de deux semaines.

Près de la moitié des pays OGP devraient envisager de prendre des mesures pour institutionnaliser et améliorer l'élaboration de règles participatives. Selon les données du projet GIRG, 36 pays OGP se situent en dessous du score le plus élevé pour l'élaboration de règles participatives et n'ont pas pris d'engagement OGP pour combler l'écart. Ceux-ci incluent à la fois les pays développés et en développement. Les pays développés devraient améliorer la portée des consultations, en veillant à ce qu’elles aient lieu aux niveaux national et régional. L'Allemagne, le Portugal et la Suède, par exemple, ne disposent pas d'un site Web réglementaire unifié pour recevoir les commentaires des parties prenantes sur les processus de réglementation. Au Portugal et en Suède, les consultations portent principalement sur les lois primaires; cette pratique n'est pas répandue pour les réglementations secondaires. Les régulateurs en Australie et en Finlande n'ont aucune obligation légale de solliciter des commentaires sur les projets de loi. Les consultations sont menées à la discrétion des organes décisionnels compétents.

La plupart des pays OGP utilisent des sites Web spécialisés pour recevoir des commentaires

La pratique la plus courante pour solliciter des commentaires sur les réglementations proposées dans les pays OGP consiste à utiliser des sites Web spécialisés, comme indiqué dans 47% des pays de l'échantillon. Dans les pays à faible revenu, tels que le Ghana, le Nigéria, la Mongolie et le Pakistan, lorsque les régulateurs sollicitent les commentaires des parties prenantes sur les réglementations proposées, les commentaires sont principalement sollicités par le biais d'interactions en personne, et il n'y a pas de protocoles standard que les organismes de réglementation doivent suivre. Dans 20 pays OGP, pour la plupart des pays à faible revenu, les commentaires sur les projets de règlement sont reçus lors de réunions publiques. Certaines de ces réunions sont sur invitation uniquement, tandis que d'autres sont ouvertes au public, comme au Panama:

  • Le Panama organise des commissions chargées de tenir des auditions publiques. Au Panama, les opinions et observations des parties prenantes et des citoyens intéressés sont entendues lors de réunions publiques organisées par des comités de travail. Les fonctionnaires rédigent un compte rendu détaillé des réunions et les personnes intéressées sont invitées à soumettre des propositions et suggestions écrites. Cependant, il n'y a aucune obligation de rendre compte des résultats des consultations.

Fournir une réponse raisonnée après les consultations est essentiel à l'élaboration participative des règles

La pratique consistant à rendre compte des commentaires reçus démontre aux circonscriptions que leur contribution a été soigneusement examinée et que leurs voix ont été entendues. Il permet aux gouvernements de construire un système basé sur la confiance et la responsabilité. Si les commentaires ne sont pas incorporés, les régulateurs devraient fournir une explication appropriée des raisons pour lesquelles certaines décisions ont été prises. Dans près de 60% des pays OGP (où des commentaires sont sollicités sur les réglementations proposées), les gouvernements font rapport sur les résultats d'une consultation. La plupart des gouvernements préparent une réponse consolidée à tous les commentaires reçus, tandis que les régulateurs dans un pays OGP sur cinq fournissent des réponses personnalisées pour différents publics. Voici des exemples de ces types de politiques:

  • L'Albanie demande aux décideurs de fournir des explications sur les raisons pour lesquelles certains commentaires n'ont pas été pris en compte. Des réponses consolidées et personnalisées sont présentées au Conseil des ministres avec des notes explicatives décrivant l'ensemble de la consultation qui a eu lieu avec les parties prenantes, les institutions publiques et le monde des affaires. Les organes de réglementation doivent préparer des notes explicatives, spécifiant clairement les points sur lesquels les parties prenantes sont d'accord et en désaccord, si leurs commentaires ont été reflétés ou non, et pour quelles raisons.
  • La Colombie et la Roumanie ont mis en place des mécanismes pour garantir que les consultations sont correctement mises en œuvre. Colombie Décret 270 stipule que les agences de régulation doivent publier un tableau avec tous les commentaires reçus de la consultation publique. Une réponse aux commentaires doit également être fournie sous forme écrite. En Roumanie, chaque fois qu'un débat public sur un règlement a lieu, il existe une obligation légale de rendre compte des consultations terminées.
  • La Lituanie a le mandat légal d'examiner attentivement tous les commentaires reçus. Pendant une période de consultation, il est légalement obligatoire de prendre en considération tous les commentaires. Ensuite, une décision d'acceptation ou de non-acceptation est mise à la disposition du public par le biais d'une «note d'alignement». Selon les Règles sur l'examen des demandes des personnes, les réponses aux commentaires du public doivent être fournies dans un délai de 20 jours ouvrables.

Les pays OGP utilisent différents canaux pour rendre compte des résultats des consultations publiques

Qu'ils soient consolidés ou personnalisés, les rapports sur les résultats des consultations publiques sont communiqués par divers canaux (voir la figure 3.1). Dans certains pays, les résultats sont publiés sur un site Web dédié utilisé pour toutes les consultations réglementaires, ce qui est considéré comme la meilleure pratique, tandis que dans d'autres, ils sont publiés sur les sites Web des agences ou ministères concernés. Dans un certain nombre de pays du PGO, dont la Bulgarie, la Géorgie, la Grèce, la Lettonie et le Panama, les résultats sont communiqués directement aux parties prenantes. Dans ces pays, les parties prenantes sont informées des résultats des consultations par e-mails, lettres et / ou réunions en personne. La Lettonie est un exemple particulièrement frappant:

  • En Lettonie, les ministères doivent regrouper tous les commentaires reçus et fournir des déclarations sommaires sur ce qui est convenu et pourquoi. S'il y a des problèmes de non-consensus, le ministère responsable doit convoquer une réunion pour trouver un compromis. Lorsqu'un consensus ne peut être atteint, les questions problématiques sont débattues au Conseil des ministres. Généralement, la société civile et les organisations du milieu des affaires sont invitées à participer à de tels débats. En outre, les experts sont invités à fournir leurs évaluations et à faire part de leurs commentaires. Avant les réunions ouvertes, une documentation complète avec divers commentaires est distribuée à toutes les parties participant au processus. La version finale du projet de loi est soumise au Conseil des ministres.

Figure 3.1 Les sites Web unifiés sont le moyen le plus courant pour les pays OGP de communiquer les résultats des consultations

Source: base de données GIRG.

Remarque: L'analyse inclut uniquement les pays qui fournissent des réponses aux commentaires reçus. La catégorie «autre» est exclue de l'analyse.

Le temps nécessaire pour rendre compte des consultations varie considérablement

Il peut s'écouler jusqu'à dix jours ou plus d'un an pour rendre compte des résultats des consultations. Les régulateurs en France, en Irlande et en Jamaïque font rapport sur les consultations dans un délai d'environ trois mois. À l'inverse, au Monténégro et en Serbie, la plupart des rapports sont terminés en deux semaines. En Espagne, un organisme de réglementation est tenu de publier un rapport de consultation consolidé dans les 15 jours suivant la fin d'une consultation. Dans la pratique, cependant, il faut généralement plusieurs semaines à l'organe de réglementation pour publier le rapport.

Les pays OGP qui sollicitent des commentaires sur les réglementations proposées et font rapport sur les commentaires reçus ont tendance à obtenir de meilleurs scores sur le score de consultation du GIRG (voir Figure 3.2). De nombreux pays qui obtiennent des scores GIRG plus élevés dans ce domaine partagent des caractéristiques communes. Ces pays ont pris au moins un engagement du PGO à mener des consultations sur les réglementations nouvelles ou modifiées, à impliquer les parties prenantes dans les premières étapes de la planification des changements réglementaires, à utiliser principalement des moyens de communication électroniques et à montrer des niveaux plus élevés de transparence et de responsabilité.

Figure 3.2 Les pays avec des engagements OGP sur des processus consultatifs inclusifs obtiennent des scores GIRG plus élevés

Source: bases de données GIRG et OGP, N = 78.

Les pays européens affichent une réglementation forte et inclusive, mais il reste encore une marge d'amélioration

La figure 3.3 montre les performances par région selon le GIRG et l'OGP. À l'instar des tendances observées dans d'autres domaines d'étude, les pays européens sont en tête des membres de l'OGP en ce qui concerne le taux d'engagements pris pour améliorer l'élaboration de règles participatives. Ils obtiennent également les scores les plus élevés sur les mesures de notification et de commentaire du GIRG. Les pays des Amériques ont le deuxième taux le plus élevé d'engagements dans le cadre du PGO; près de 50 pour cent des pays des Amériques ont pris au moins un engagement en matière de réglementation participative. Il reste encore beaucoup à faire. Solliciter des commentaires sur les réglementations proposées est requis par la loi dans moins de la moitié des pays OGP de la région.

Un engagement suggéré, conformément au modèle de maturité présenté au début de ce chapitre, est de rendre le processus de notification et de commentaire mandaté par la loi. Un engagement ultérieur devrait consister à garantir que les agents publics se conforment aux exigences légales dans la pratique. D'autres recommandations incluent la mise en place de sites centralisés pour les consultations réglementaires, l'organisation de réunions sur invitation ouvertes et ciblées (si nécessaire) et la publication obligatoire de commentaires et d'explications. L'Estonie est un exemple de pays mettant en œuvre ces dernières étapes. Pour plus de détails, voir «Leçons des réformateurs: Estonie» à la fin du chapitre 2, «Transparence dans l'élaboration des règles».

Figure 3.3 L'Afrique et l'Asie-Pacifique accusent un retard dans les engagements du PGO visant à améliorer les processus consultatifs dans l'élaboration des règles

Source: bases de données GIRG et OGP, N = 78.

Les pays africains de l'OGP ont peu d'engagements OGP et une marge d'amélioration importante

Tant la politique que la pratique de l'élaboration des règles pourraient être améliorées dans les pays africains étudiés. Parmi les membres africains de l'OGP, seuls le Kenya, la Sierra Leone et l'Afrique du Sud ont l'obligation légale de mener des consultations pour de nouvelles réglementations. Cependant, les consultations n'ont pas toujours lieu dans la pratique. Jusqu'à présent, le Kenya, le Maroc, la Tunisie et l'Afrique du Sud ont obtenu de solides résultats en impliquant leurs électeurs dans les processus réglementaires. Parmi ces pays, le Maroc a également pris récemment un engagement OGP dans ce domaine:

  • Le Maroc s'est engagé à améliorer les consultations aux niveaux national et régional. Le gouvernement marocain est de travail sur la sensibilisation des organisations de la société civile et des citoyens à la manière dont ils peuvent participer à la gestion publique quotidienne. Les régulateurs marocains visent à mettre en place des organes consultatifs régionaux chargés de faciliter des dialogues efficaces entre les décideurs politiques et les milieux d'affaires ainsi que les organisations de la société civile. Des directives simples seront élaborées pour spécifier les rôles et les responsabilités des agences consultatives locales. La mise en œuvre réussie de cet engagement impliquera les parties prenantes dans la rédaction, l'exécution et l'évaluation des politiques publiques, améliorant ainsi leur qualité et leur pertinence.

Divergence à différents niveaux de développement

Dans tous les groupes de revenus, les pays à faible revenu ont pris moins d'engagements pertinents dans le cadre du PGO et reçoivent des scores GIRG comparativement faibles (voir la figure 3.4). Les pays à faible revenu sont également moins avancés dans l'utilisation des technologies modernes et des moyens de communication électroniques. Sans surprise, les plateformes en ligne ont tendance à être principalement utilisées dans le groupe à revenu élevé: dans 63% des pays à revenu élevé où les régulateurs demandent des commentaires sur les réglementations proposées, ils utilisent Internet pour le faire. Les gouvernements de ces pays utilisent le plus souvent un seul site Web dédié à cette fin. Au Canada, par exemple, les ministères et organismes utilisent un site Web spécifique pour recevoir des commentaires et pour fournir des résumés des commentaires reçus ainsi que des réponses à ces commentaires. Les sites Web unifiés sont rarement utilisés dans les pays à revenu faible ou intermédiaire de la tranche inférieure pour diffuser les résultats des consultations publiques. Cependant, les pays n'ont pas besoin d'être technologiquement avancés pour pratiquer l'élaboration de règles participative (voir «Bon à savoir: Comment améliorer l'élaboration de règles participatives hors ligne» pour plus de détails).

Figure 3.4 Les pays à faible revenu prennent moins d'engagements dans le cadre du PGO en matière d'élaboration de règles consultatives

Source: bases de données GIRG et OGP, N = 78.

Bon à savoir: comment améliorer la réglementation participative hors ligne

Les commentaires dans les projets de lois et de règlements peuvent être efficacement sollicités dans les pays pauvres comme dans les pays riches. Une plateforme électronique sophistiquée n'est pas nécessaire pour inviter les intervenants à une table ronde en personne. Les commentaires peuvent être reçus dans le cadre d'ateliers et d'une sensibilisation ciblée. Les modifications proposées aux lois peuvent être rendues publiques par le biais de journaux officiels et de journaux officiels. Les régulateurs au Malawi, au Sénégal et en Sierra Leone, par exemple, sollicitent des commentaires sur les changements réglementaires auprès des associations professionnelles et de la société civile. Dans ces pays, les commentaires peuvent être reçus par courrier et e-mail papier et par téléphone. En Sierra Leone, les médias sont couramment utilisés pour diffuser des informations sur les changements réglementaires à venir. Les régulateurs reçoivent des SMS et des appels téléphoniques en direct pendant les programmes de télévision et de radio. Lorsque le financement des donateurs est disponible, les députés mènent des consultations en personne et font rapport sur les résultats aux donateurs et aux parties prenantes.

Conclusion

Bien que de nombreux pays de l'OGP aient pris des engagements liés à l'élaboration de règles participatives, les performances varient selon les régions et les groupes de revenus. Un engagement plus ferme en faveur de l'institutionnalisation des procédures d'élaboration de règles participatives est particulièrement nécessaire de la part des pays à faible revenu. Les prochaines étapes clés pour de nombreux pays comprennent l'implication des citoyens dans l'élaboration des règles, la fourniture de réponses raisonnées dans le cadre des consultations, la conception de plates-formes Web pour recueillir des commentaires, la formation des responsables de la réglementation sur ces systèmes et la garantie que le public est correctement informé des opportunités de s'engager. Pour des normes et recommandations supplémentaires, voir l'encadré suivant avec des conseils de l'OCDE.

Orientations et normes: Recommandation de 2012 de l'OCDE sur la politique et la gouvernance en matière de réglementation (principe 2)

Adhérer aux principes de gouvernement ouvert, y compris la transparence et la participation au processus de réglementation pour garantir que la réglementation sert l'intérêt public et est informée par les besoins légitimes de ceux qui sont intéressés et concernés par la réglementation. Cela comprend la fourniture d'occasions significatives (y compris en ligne) au public de contribuer au processus de préparation des projets de propositions réglementaires et à la qualité de l'analyse à l'appui. Les gouvernements devraient veiller à ce que les réglementations soient compréhensibles et claires et que les parties puissent facilement comprendre leurs droits et obligations.

  • Les gouvernements devraient établir une politique claire identifiant la manière dont une consultation publique ouverte et équilibrée sur l'élaboration de règles se déroulera.
  • Les gouvernements devraient coopérer avec les parties prenantes pour examiner les réglementations existantes et développer de nouvelles
  • Impliquer activement toutes les parties prenantes concernées pendant le processus d'élaboration de la réglementation et concevoir des processus de consultation pour maximiser la qualité des informations reçues et leur efficacité
  • Conseil sur tous les aspects de l'analyse de l'analyse d'impact et utilisation, par exemple, des analyses d'impact dans le cadre du processus de consultation
  • Mettre à la disposition du public, dans la mesure du possible, tous les éléments pertinents des dossiers réglementaires, y compris les analyses justificatives et les motifs des décisions réglementaires ainsi que toutes les données pertinentes
  • Structurer les examens des réglementations en fonction des besoins des personnes concernées par la réglementation et coopérer avec eux à travers la conception et la réalisation d'examens, y compris la hiérarchisation, l'évaluation des réglementations et la rédaction de propositions de simplification
  • Évaluer les effets concurrentiels de la réglementation sur divers acteurs économiques du marché

Extrait de la Recommandation de 2012 de l'OCDE sur la politique et la gouvernance en matière de réglementation (principe 2) et les principes de bonnes pratiques connexes sur l'engagement des parties prenantes dans la politique de réglementation, disponibles ici.

Les dirigeants parlementaires mondiaux et les coprésidents du comité directeur du PGO partagent des informations sur les expériences et les défis liés à la mise en œuvre des engagements visant à améliorer l'ouverture parlementaire lors d'une session lors du sommet de l'OGP à Mexico. Photo par: OGP

Leçons des réformateurs: le Mexique construit un écosystème réglementaire

Contexte

Le gouvernement a commencé à ouvrir sa législation et ses processus de réglementation après une série de crises de la dette dans les années 1980 et 1990.  Dans sa reprise, le Mexique - comme d'autres pays touchés - a décidé de privatiser son industrie et a ouvert son économie au commerce international.  Ces réformes ont à leur tour exigé des changements dans le cadre institutionnel et réglementaire qui régissait l'activité économique du pays. Au départ, le gouvernement a maintenu une approche «descendante» de la création et de la réforme de la réglementation, mais au début des années 2000, les représentants du gouvernement ont réalisé que la transparence et la responsabilité seraient essentielles pour rendre le nouveau régime réglementaire plus efficace.  

Le Mexique introduit un cadre réglementaire transparent et participatif

S'orientant vers un cadre plus ouvert, le Congrès a adopté une loi en 2000 qui a établi la Commission fédérale pour l'amélioration de la réglementation (COFEMER), un organisme de surveillance fédéral chargé d'assurer une réglementation efficace et un processus d'élaboration de règles transparent. La loi exigeait des études d'impact de la réglementation (AIR) et une consultation publique sur tous les projets de réglementation fédérale via un nouveau portail en ligne.

Le portail en ligne répertorie tous les projets de propositions réglementaires avec leur AIR. Une fois les documents publiés, les citoyens ont au moins 30 jours pour soumettre leurs commentaires via le portail, par courrier électronique ou par courrier. Une fois la période de commentaires terminée, l'organisme parrainant le règlement est tenu de répondre à tous les commentaires reçus. La documentation de ce processus est également publiée en ligne.

Une législation récente ouvre des réglementations infranationales

En 2018, le mandat de la COFEMER s'est élargi avec l'adoption de la loi générale Mieux légiférer, ce qui en fait l'une des autorités de coordination réglementaire les plus puissantes au monde.  En vertu de la nouvelle loi, la COFEMER - maintenant la Commission nationale pour l'amélioration de la réglementation (CONAMER) - a autorité sur les mesures réglementaires à tous les niveaux de gouvernement, y compris les réglementations nationales et municipales. En conséquence, le portail de la réglementation comprend désormais des projets de réglementation des États et des municipalités et soumet ces projets aux mêmes exigences de consultation publique préexistantes.

Le nouveau mandat, bien qu'impressionnant, présente des défis à la fois logistiques - la CONAMER doit aligner plus de 150,000 XNUMX réglementations dans tout le Mexique - et politiques, car les entités au niveau de l'État sont contrôlées par différents partis politiques. Pourtant, il offre également des possibilités importantes de servir les citoyens de tout le pays en créant une source d'information unifiée. Dans ce nouveau cadre, le Mexique possède aujourd'hui l'un des systèmes de réglementation les plus transparents au monde.

Tirer parti du système de réglementation pendant la pandémie COVID-19

L'impact du cadre réglementaire mexicain est peut-être le plus clair dans la réponse de CONAMER pendant la pandémie de COVID-19. CONAMER publie tous les changements réglementaires liés à la pandémie à tous les niveaux de gouvernement sur son site Web et met à jour les informations quotidiennement.  Les utilisateurs peuvent facilement filtrer les réglementations par juridiction, ce qui permet aux citoyens, aux petites entreprises et à la société civile d'examiner les réglementations proposées qui pourraient affecter leur état ou leur municipalité pendant l'urgence. En outre, la CONAMER a surveillé quels États ont répondu à la pandémie par le biais de réglementations qui traitent de domaines clés tels que les plans de relance, le soutien aux communautés vulnérables et la lutte contre la contagion. Cette source d'information unifiée aide les citoyens à mieux comprendre, et potentiellement contester, comment leur gouvernement réagit à la crise sanitaire actuelle.

4. Contestation des réglementations

Un élément important de la gouvernance réglementaire consiste à imposer légalement des processus réglementaires ouverts et à permettre aux citoyens de contester les réglementations si ces processus ne sont pas suivis. La création de canaux pour les plaintes et les recours est essentielle pour maintenir la confiance et garantir que les réglementations atteignent les avantages escomptés pour la société. Ce sont également des mécanismes essentiels pour tenir les fonctionnaires responsables du respect des pratiques recommandées dans les chapitres précédents, comme la publication de projets de règlement et la consultation des citoyens.  

Permettre aux citoyens de contester les réglementations va au-delà du simple respect des normes de transparence et de participation. Il garantit également l'équité et la non-discrimination. Par exemple, les citoyens devraient être en mesure de contester les réglementations si les organismes de réglementation outrepassent leur autorité ou prennent des mesures disproportionnées. Ceci est également important pour les investisseurs, car veiller à ce que les entreprises puissent renverser des réglementations potentiellement discriminatoires est un moteur de confiance des investisseurs.

Comme ce chapitre l'indique clairement, de nombreux membres de l'OGP peuvent être améliorés en ce qui concerne les défis de la réglementation. Le modèle de maturité suivant présente certaines des mesures concrètes que les membres de l'OGP peuvent prendre pour combler les lacunes de leurs cadres réglementaires. Le reste du chapitre présente l'état d'avancement des travaux dans les pays de l'OGP, met en évidence les réformes existantes et introduit les normes mondiales pertinentes.

Modèle de maturité pour les actions futures: des réglementations difficiles

  1. Base juridique des contestations: Exiger une réglementation transparente et participative dans l'ensemble du gouvernement en établissant des normes / procédures minimales (par exemple, publier des projets de réglementation, imposer des périodes minimales de commentaires, fournir des réponses aux commentaires).
  1. Processus transparent: Publier des informations sur la manière dont les citoyens peuvent contester les réglementations et sur quels motifs.
  1. Forum indépendant: Permettre aux citoyens de contester des actions ou des décisions spécifiques des responsables de la réglementation en mettant en place un processus formel et un forum indépendant, tel qu'un tribunal administratif avec des juges de droit administratif indépendants.
  1. Registre des décisions: Publier en temps opportun des réponses motivées qui justifient les raisons pour lesquelles des décisions finales ont été prises.

Remarque: ces éléments exploitables sont abordés plus en détail dans le chapitre.

Bon à savoir: contester la substance d'un règlement

Ce chapitre traite principalement de la contestation de la validité des réglementations pour des raisons de procédure. Cependant, il est également important de permettre aux citoyens de contester les décisions réglementaires sur la base de motifs de fond. Par exemple, les organisations d'intérêt public peuvent vouloir s'assurer qu'un règlement tient compte de préoccupations socio-économiques, culturelles ou environnementales particulières.

Ces contestations peuvent avoir lieu devant des tribunaux ordinaires ou des tribunaux spécialisés, selon le secteur ou le domaine juridique spécifique. Par exemple, un nombre croissant de pays ont des «tribunaux verts» qui examinent le contenu des règles et réglementations environnementales. Compte tenu de la diversité de ces tribunaux, la discussion des mérites individuels de chacun dépasse le cadre du présent document. Néanmoins, il existe un certain nombre de principes que les membres du PGO peuvent suivre pour s'assurer que les membres du public peuvent contester les réglementations fondées sur le fond:

  • Justiciabilité: la loi pour un secteur donné énonce l'intention de la loi de telle sorte que tout règlement puisse être évalué pour sa conformité à la loi.
  • Forum: Il existe un forum public et un processus clairement établis pour l'examen du contenu d'un règlement donné.
  • Mandat et capacité: Le forum a des pouvoirs clairs d'enquête, de prise de décision et d'application, ainsi que la capacité de remplir ces fonctions.
  • Accès: les membres du public peuvent entreprendre l'examen d'un règlement avec un soutien adéquat (comme du personnel ou des ressources) et des restrictions minimales de statut.

Les parties concernées dans de nombreux pays OGP ne peuvent pas faire appel des réglementations adoptées

L'un des indicateurs du projet GIRG demande aux représentants du gouvernement et au secteur privé si les parties concernées dans leur pays peuvent demander le réexamen ou faire appel des réglementations adoptées auprès de l'agence administrative compétente. Selon cette métrique, la majorité des pays OGP (47) disposent de mécanismes permettant aux parties concernées de lancer des examens des réglementations. Cependant, comme le montre la figure 4.1, les parties concernées dans près de deux pays OGP sur cinq (ou 29) ne peuvent contester les réglementations. Cela est très probablement dû au fait qu'il n'y a pas de base juridique reconnue dans ces pays pour contester un règlement (par exemple, il est inconstitutionnel, discriminatoire ou non fondé sur la loi correspondante ou l'agence qui l'a adopté a agi en dehors de son champ d'application) . En conséquence, l'établissement d'exigences juridiques claires pour le processus d'élaboration des règles est le premier domaine à améliorer dans de nombreux pays OGP.

Graphique 4.1. De nombreux membres de l'OGP ne disposent pas de dispositions pour contester les réglementations 

Graphique

Source: base de données GIRG, N = 76

Les pays de l'OCDE sont plus susceptibles de permettre aux citoyens de contester les réglementations

Le Forum économique mondial (WEF) collecte des données qui complètent les données du projet GIRG présentées précédemment. Dans le cadre du rapport sur la compétitivité mondiale, le WEF interroge les dirigeants d'entreprises du monde entier sur diverses questions, dont l'une concerne les réglementations difficiles. Plus précisément, les chefs d'entreprise indiquent à quel point il est facile pour les entreprises privées de contester les réglementations gouvernementales par le biais du système juridique. Contrairement aux données GIRG, ces réponses sont sur un spectre, ce qui nous permet d'identifier les plus performants. Il est intéressant de noter que les différences de performance entre les régions sont mineures. Au contraire, les pays de l'OCDE se démarquent comme les pays qui permettent aux citoyens de contester le plus facilement les réglementations. En effet, 13 des 15 premiers pays sur la métrique WEF sont membres de l'OCDE.

Les citoyens peuvent contester les réglementations devant les tribunaux dans environ la moitié des pays OGP

Les données collectées par le projet GIRG couvrent également le type de recours dont disposent les citoyens pour contester les réglementations adoptées. La figure 4.2 montre que le contrôle judiciaire est le recours le plus courant, bien que le contrôle par les organismes de réglementation soit également courant. Dans environ un tiers de tous les pays OGP, les parties concernées disposent de plusieurs voies de recours. Cependant, ces données ne permettent pas de déterminer clairement comment les citoyens peuvent lancer ces processus ou dans quelles circonstances.  Voir «Leçons des réformateurs: le Royaume-Uni invite les citoyens à revoir les réglementations» pour un exemple du rôle que les citoyens peuvent jouer dans la surveillance réglementaire.

Graphique 4.2. Les tribunaux sont un recours courant pour les contestations réglementaires 

Graphique

Source: base de données GIRG, N = 46

Chambre des communes, Parlement britannique. Photo par: ©Parlement britannique / Jessica Taylor (CC BY 3.0)

Leçons des réformateurs: le Royaume-Uni fait appel à des citoyens pour revoir les réglementations

Le Regulatory Policy Committee (RPC) - un organisme de vérification indépendant depuis 2012 - joue un rôle important dans le système de gouvernance réglementaire du Royaume-Uni. Le RPC est chargé de fournir une contestation externe et indépendante des preuves et de l'analyse dans toutes les propositions réglementaires. Il est composé de huit personnes extérieures au gouvernement, dans des secteurs tels que les entreprises et les universités. Sur la base de son analyse, le RPC émet des cotes rouge, orange ou verte pour les règlements proposés. Surtout, le RPC est impliqué tout au long du cycle de vie des réglementations. Comme pour les propositions réglementaires, il évalue également les examens post-mise en œuvre et publie des avis.

Aujourd'hui, le RPC est un acteur crédible dans le processus d'élaboration des règles. Par exemple, les représentants du gouvernement réviser généralement des réglementations ou des évaluations d'impact lorsque le RPC prépare une note rouge, afin de garantir une note verte parallèlement à la documentation gouvernementale finale. De plus, à partir de 2015, les entreprises peuvent désormais demander le RPC examine de manière indépendante les coûts d'un règlement pour les entreprises s'ils ne sont pas d'accord avec l'analyse d'impact officielle du gouvernement. De cette manière, le RPC est un modèle important pour les autres pays sur la manière d'intégrer avec succès les examens externes dans le cadre réglementaire d'un pays.

Les pays OGP n'utilisent généralement pas leurs plans d'action pour combler les lacunes

Bien que l'amélioration de l'ouverture réglementaire soit un objectif commun des engagements OGP (voir «Un aperçu de la gouvernance réglementaire dans les plans d'action OGP» pour plus de détails), seuls deux pays ont pris des engagements OGP liés à des réglementations difficiles. Ceci est préoccupant étant donné que les citoyens ne peuvent pas contester les réglementations dans de nombreux pays OGP, comme indiqué précédemment. Les deux engagements suivants du PGO illustrent comment d'autres pays peuvent commencer à aborder ce sujet. Pour des conseils supplémentaires, voir Guidance and Standards: Recommendations from the OCDE Regulatory Policy Committee.

  • Le Pérou cherche à impliquer les citoyens tout au long du cycle de vie réglementaire. Trois engagements du plan d'action 2019-2021 du PGO du Pérou visent à améliorer la gouvernance réglementaire. Le but d'un engagement est de consulter les citoyens sur les projets de règlement plus tôt dans le processus d'élaboration des règles. Une autre vise à impliquer les citoyens tout au long du cycle de vie réglementaire, y compris lors de la mise en œuvre et de l'évaluation ex post. Le troisième engagement se concentre sur la création de mécanismes permettant aux citoyens de signaler les formalités administratives excessives et les mauvaises réglementations au moyen de questionnaires qui orientent la discussion vers des recommandations concrètes. Ensemble, ces engagements représentent une impulsion importante au-delà du concept traditionnel de consultation pour impliquer plutôt les citoyens tout au long du cycle de vie des réglementations.
  • La Lettonie permet des référendums citoyens en ligne sur les lois et règlements adoptés. Avant 2015, les résidents lettons ne pouvaient lancer des référendums qu'en recueillant des signatures physiques attestées par un notaire public, à leurs propres frais. Dans le cadre du plan d'action 2015-2017 du PGO de la Lettonie, le gouvernement a créé un nouveau PLATEFORME  grâce auquel les citoyens peuvent lancer (et signer) des référendums. À la fin du plan d'action, la plateforme avait milliers d'utilisateurs uniques. Bien qu'il existe un seuil élevé pour un référendum réussi qui oblige le Parlement à agir (un électeur sur dix doit approuver), la plate-forme de pétition électronique est une approche innovante de la surveillance citoyenne des lois et règlements.

Orientations et normes: Recommandation de 2012 de l'OCDE sur la politique et la gouvernance en matière de réglementation (principe 8)

Assurer l'efficacité des systèmes de contrôle de la légalité et de l'équité procédurale des réglementations et des décisions prises par les organes habilités à prononcer des sanctions réglementaires. Veiller à ce que les citoyens et les entreprises aient accès à ces systèmes d'examen à un coût raisonnable et reçoivent les décisions en temps opportun.

  • Les citoyens et les entreprises soumis aux décisions des autorités publiques devraient avoir facilement accès aux systèmes permettant de contester l'exercice de cette autorité. Ceci est particulièrement important en ce qui concerne les sanctions réglementaires (c'est-à-dire les sanctions émises par une autorité en vertu d'un règlement).
  • Cet accès devrait inclure le droit de faire appel des décisions des régulateurs pour des raisons juridiques, y compris pour des raisons d'équité procédurale et de procédure régulière. Cela devrait également inclure la possibilité de contester devant les tribunaux la légalité de toute disposition légale sur laquelle les décisions des régulateurs sont fondées, par rapport à des normes juridiques hiérarchiques plus élevées, y compris les normes constitutionnelles.
  • En principe, les appels devraient être entendus par une autorité distincte de l'organe chargé de prendre la décision réglementaire initiale.
  • Les gouvernements devraient, le cas échéant, établir des délais standard dans lesquels les demandeurs peuvent s'attendre à ce qu'une décision administrative soit prise.

Extrait de la Recommandation de 2012 de l'OCDE sur la politique réglementaire et la gouvernance (Principe 8), disponible ici.

Conclusion

Les canaux formels de responsabilité et de contrôle - ainsi que les obligations légales pour les fonctionnaires de se conformer aux procédures de processus réglementaires ouverts - sont une composante essentielle de la gouvernance réglementaire, ainsi que de la gouvernance globale de l'État. Malheureusement, les citoyens ne peuvent pas contester les réglementations dans de nombreux pays OGP. À ce jour, seuls deux pays ont présenté des engagements OGP pour résoudre ce problème. Il faut plus d’action.

La première étape pour de nombreux pays consiste à établir une base juridique claire pour contester les réglementations. Pour les pays au-delà de cette phase initiale, une prochaine étape importante consiste à améliorer la transparence du processus d'examen, par exemple en publiant des informations sur la manière d'engager un examen, en divulguant les décisions et en justifiant ces décisions. Faire en sorte que les citoyens puissent également contester la substance des réglementations pose un défi supplémentaire. Les mesures concrètes à envisager pour ce type de réformes sont énumérées dans l'encadré à la fin de ce chapitre: «Orientations et normes: questions clés à considérer pour améliorer la responsabilité publique dans les réglementations.»

Orientations et normes: questions clés à considérer pour améliorer la responsabilité publique dans les réglementations

Les questions suivantes sont adaptées de orientation publié par l'OCDE sur les arrangements institutionnels pour les régulateurs autour des questions de responsabilité et de transparence dans la gouvernance réglementaire.  Ils incorporent également leçons du domaine environnemental.

Responsabilité envers les entités réglementées

  • Le régulateur fournit-il des éléments d'orientation facilement accessibles sur les processus et les systèmes de recours aux entités réglementées conformément à la loi?
  • Existe-t-il un obstacle juridique pour les entités réglementées à contester une décision / action d'une agence de régulation devant les tribunaux?
  • S'il se déroule en dehors d'un tribunal civil, le processus est-il transparent, opportune et mené sans lien de dépendance?
  • L'unité d'examen interne est-elle aussi séparée que possible de l'organe décisionnel sur le plan opérationnel?

Responsabilité envers les organisations d'intérêt public

  • Qui a le droit de contester? Quels types de qualifications les parties doivent-elles contester ou participer d'une autre manière au processus?
  • Quel type de forum peut être utilisé pour la contestation (tribunal ou tribunal administratif)?
  • Quelles sont les dépenses minimales pour les parties, à partir du moment de l'ouverture d'un examen jusqu'à la décision finale? Existe-t-il des mécanismes pour réduire ces coûts?
  • Comment le gouvernement garantira-t-il l'accès à une expertise scientifique et technique impartiale lors de l'examen des réglementations?

Responsabilité envers le public

  • Les informations sur les examens et les processus d'appel sont-elles facilement accessibles et communiquées dans un format facile à comprendre?
  • Toutes les décisions importantes prises par le régulateur sont-elles publiées? La justification est-elle publiée ou rendue publique?
  • Existe-t-il de fortes raisons d'intérêt public pour lesquelles toutes les décisions réglementaires importantes ne devraient pas faire l'objet d'un examen interne et d'un appel externe?
  • Des examens externes indépendants des propositions réglementaires importantes peuvent-ils être menés? Dans quelles circonstances? Faut-il y avoir un grand intérêt public ou une forte préoccupation pour le mener?
  • Quels organismes indépendants peuvent effectuer des examens externes indépendants?
  • Pour quels motifs le public peut-il faire appel des décisions?

Annexe: Réformes en pratique

Chapitre 1. Accès aux lois et règlements

CHILI: Le pays a mis à disposition toutes les lois primaires actuellement en vigueur via un site Web unifié géré par le gouvernement (http://www.leychile.cl). De plus, les lois en vigueur sont publiées dans un journal officiel, Diario Oficial de la República de Chile.

COLOMBIE: Le pays compte plus de 10,000 XNUMX lois primaires actuellement en vigueur qui sont accessibles au grand public. Les lois sont accessibles via un site Web unifié géré par le gouvernement (http://www.suin.gov.co), ainsi que sous forme imprimée via la gazette nationale.

FRANCE: Il y a près de 3,000 XNUMX lois primaires en vigueur en France. Les lois sont disponibles sur un site Web unifié géré par le gouvernement (https://www.legifrance.gouv.fr/).

GERMANY: Toutes les lois primaires sont accessibles via un site Web unifié géré par le gouvernement (www.gesetze-im-internet.de), ainsi que via des sites Web gérés par le secteur privé (http://www.juris.de). Les lois primaires sont également publiées dans un journal officiel, Bundesgesetzblatt, accessible en ligne (https://www.bgbl.de/).

JORDANIE: Toutes les lois primaires et secondaires sont accessibles via un site Web unifié géré par le gouvernement (http://www.lob.jo). Les lois sont également imprimées dans le Journal officiel du Royaume hachémite de Jordanie, qui est publié par le Cabinet du Premier ministre - Direction du Journal officiel, et sont accessibles en ligne (http://www.pm.gov.jo).

MOLDAVIE: Les lois sont disponibles sur deux sites Web unifiés gérés par le gouvernement (http://particip.gov.md/, http://lex.justice.md). En outre, les lois sont publiées dans le journal officiel (Monitorul oficial al Republicii Moldova), qui est généralement publié deux fois par semaine et contient tous les amendements aux lois et règlements en vigueur.

Chapitre 2. Transparence dans l'élaboration des règles

ARMÉNIE: L'Arménie élabore des plans de régulation prévisionnels où, en général, des plans d'action sur les réformes législatives dans de nombreux domaines sont adoptés soit par le gouvernement, soit par le ministère compétent. Le gouvernement publie un plan d'action annuel qui comprend la plupart des modifications législatives. Les plans sont publiés sur le site Web du gouvernement (http://www.gov.am./en).

BULGARIE: La Bulgarie élabore des plans de réglementation prévisionnels dans l'ensemble du gouvernement. Conformément à l'article 30 du Règlement intérieur du Conseil des ministres (CoM) et de son administration, les projets de règlement, que le CoM soumet à l'Assemblée nationale pour adoption lors de sa session pertinente, sont inclus dans les plans législatifs gouvernementaux. Habituellement, un plan de réglementation prévisionnel comprend une liste d'actes normatifs, des analyses d'impact réglementaires (AIR) partielles pertinentes ou une notification indiquant qu'une AIR complète est prévue et sera effectuée. Les plans de régulation prévisionnels sont préparés deux fois par an et, après leur approbation par le Conseil des ministres, sont publiés sur le site Internet du gouvernement (http://www.government.bg), ainsi que sur le site Web des consultations publiques (http://www.strategy.bg).

CANADA: Conformément à la Directive du Cabinet sur la gestion de la réglementation, tous les ministères et organismes de réglementation sont responsables de fournir un avis public préalable des propositions de réglementation. Chaque année, les ministères et organismes publient des plans prévisionnels de réglementation sur leurs sites Web. De plus, tous les deux ans (au minimum), ils doivent: 1. identifier et décrire les changements réglementaires prévus; 2. fournir des informations sur les consultations prévues; et 3. fournir des contacts ministériels pour de plus amples renseignements. Une liste de tous les plans de réglementation prévisionnels est également disponible sur le site Web du gouvernement (https://www.canada.ca/en/).

COSTA RICA: Au Costa Rica, il est obligatoire de formuler des plans d'amélioration de la réglementation dans l'ensemble de l'administration publique. Chaque établissement est tenu d'élaborer un plan décrivant les règlements de l'année suivante. Ces plans sont disponibles pour consultation publique et les parties intéressées sont encouragées à faire part de leurs commentaires. Tous les plans de réglementation prévisionnels sont accessibles au grand public via le site Web du gouvernement (http://www.tramitescr.meic.go.cr).

ESTONIE: Depuis 2014, différents ministères présentent chaque année leurs plans de travail législatifs au ministère de la Justice. Le ministère de la Justice résume toutes les propositions en un seul plan global, qui est ensuite diffusé sur le site Web du ministère de la Justice (http://www.just.ee/). Le gouvernement - dès son élection - approuve un programme gouvernemental valable pour une période de quatre ans et comprenant les activités législatives programmées les plus importantes.

INDONÉSIE: L'Indonésie élabore des plans de réglementation avancés dans l'ensemble du gouvernement par le biais du Programme de législation nationale, accessible sur le site Web de la Chambre des représentants (http://www.dpr.go.id). Pour les lois secondaires, telles que les réglementations émises par le Conseil de Coordination des Investissements (BKPM), les plans de réglementation prévisionnels sont élaborés au moyen de notes internes adressées à toutes les unités du BKPM. Le grand public peut toujours demander la liste au Bureau d'information et de documentation (PPID).

LITUANIE: La Lituanie a plusieurs catégories de plans de régulation prévisionnels. Les principales initiatives législatives qui devraient être présentées pendant le mandat du gouvernement sont énumérées dans le Plan de mise en œuvre du programme des gouvernements, approuvé par la Résolution n ° 167 du 13 mars 2017 du Gouvernement de la République de Lituanie. Chaque année, le Bureau du gouvernement prépare un programme législatif annuel. Le programme législatif est conçu conformément aux propositions soumises par les ministères et approuvées par le gouvernement au début de chaque année. Sur la base du programme législatif annuel, le Bureau du gouvernement rédige un programme législatif semestriel qui est soumis au Parlement au début des sessions parlementaires de printemps et d'automne. Le plan de mise en œuvre du programme gouvernemental, le programme législatif annuel et le programme législatif semestriel sont publiés dans le registre des actes juridiques (https://www.e-tar.lt), tandis que les plans de progrès stratégique des ministères sont publiés sur les sites Web officiels des ministères (http://www.tm.lt).

AFRIQUE DU SUD: Les ministères et les agences de réglementation en Afrique du Sud publient des rapports annuels, décrivant les développements politiques futurs sur un site Web unifié ainsi que sur des sites Web spécialisés de différents ministères et agences de réglementation. Le site Web du Groupe de surveillance parlementaire publie tous les rapports annuels en un lieu unifié (https://pmg.org.za).

ESPAGNE: Conformément à l'article 132 de la loi 39/2015, l'administration publique doit publier un plan de régulation prévisionnel contenant l'ensemble des lois ou initiatives réglementaires qui vont être présentées au cours de l'année suivante. Le décret royal 286/2017 réglemente l'approbation par le gouvernement d'un plan de réglementation prévisionnel qui rassemble toutes les initiatives législatives et réglementaires avant le 30 avril de l'année précédant la promulgation des règlements. Ces plans de réglementation prévisionnels sont accessibles au grand public et sont publiés sur le portail public de transparence du gouvernement (http://transparencia.gob.es/).

Chapitre 3. Consultation publique

Consulter les citoyens sur les réglementations proposées

ARGENTINE: Le 1er novembre 2017, le gouvernement argentin a adopté le décret n ° 891, rationalisant la fonctionnalité du secteur public national. La motivation principale était d'adopter une approche globale, créative et innovante pour aborder les réformes et les charges réglementaires. Le décret souligne l'importance de la consultation, de la coordination, de la communication et de la coopération pour surmonter les défis réglementaires. Il établit également les principes de transparence, de caractère raisonnable, de publicité, de libre concurrence et d'égalité.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE: Il n'y a pas d'obligation formelle pour les ministères de solliciter les commentaires du public, mais les organismes de réglementation le font dans la pratique. La seule exception est l'Office de réglementation de l'énergie, qui est légalement tenu de consulter les parties prenantes et de répondre aux commentaires reçus. Pourtant, les consultations avec les parties prenantes sont obligatoires pour toutes les propositions législatives soumises à des processus d'évaluation d'impact réguliers. Dans ces cas, des commentaires sont demandés via un site Web unifié pour tous les règlements proposés (https://apps.odok.cz/kpl).  

FINLANDE: Les agences de régulation sollicitent des commentaires sur les réglementations proposées du grand public dans la pratique, même s'il n'y a aucune obligation légale de le faire. Les commentaires sont demandés via un site Web unifié (http://www.lausuntopalvelu.fi), ainsi que plusieurs autres (http://www.vnk.fihttp://formin.finland.fihttp://www.minedu.fi).   

ISRAEL: Les ministères et organismes de réglementation sollicitent des commentaires sur les règlements proposés en les publiant sur le site Web des relations gouvernementales pendant une période d'au moins 21 jours. Les commentaires sont demandés via un site Web unifié (http://www.tazkirim.gov.il). Les agences israéliennes sollicitent également des commentaires via une sensibilisation ciblée des parties prenantes. Selon la directive du procureur général intitulée «Règlements et directives» - lorsqu'un nouveau règlement a des implications substantielles pour un groupe spécifique (social ou économique), le ministère ou l'organisme de réglementation compétent devrait solliciter les commentaires des représentants de ce groupe.

Grâce aux engagements du PGO, le gouvernement a fourni une gamme de plates-formes et d'outils pour la participation du public à l'élaboration des règles. Les processus consultatifs et la collaboration interinstitutions ont lieu via des plateformes en ligne, telles que GovShare, ainsi que par le biais de tables rondes multisectorielles. Dans le cadre d'un 2015 engagement, le gouvernement a élargi la «boîte à outils» pour la participation du public aux activités gouvernementales. Plus précisément, le gouvernement a développé de nouveaux outils en ligne pour les sondages, la gestion des connaissances communautaires, les tables rondes / forums, les blogs et les fournisseurs de services. Le gouvernement a utilisé les nouveaux outils pour développer le plan d'action 2017 de l'OGP d'Israël.

ITALIE: Un nouveau règlement, «Nuovo regolamento Italia 15 settembre 2017», a été signé le 15 septembre 2017 et est entré en vigueur le 15 décembre 2017. Le règlement a réformé les analyses d'impact, les évaluations ex post et les consultations des parties prenantes dans le cadre du processus d'élaboration des règles au niveau du gouvernement central (http://www.normattiva.it/). L'article 16 du nouveau règlement stipule que les administrations chargées des propositions réglementaires doivent procéder à des consultations appropriées des parties prenantes.

MALTE: La directive 6, émise par le Cabinet du Premier ministre et juridiquement contraignante par le biais de la loi sur l'administration publique, oblige l'administration publique à se soumettre à un processus de consultation pour les futures initiatives législatives et non législatives. Les commentaires sont demandés via un site Web unifié (https://socialdialogue.gov.mt).

MEXIQUE: Selon l'article 69 (k) de la loi fédérale sur la procédure administrative, tous les projets doivent faire l'objet d'un processus de consultation publique. Les commentaires sont demandés via un site Web unifié pour tous les règlements proposés (http://www.cofemersimir.gob.mx). La Commission fédérale pour l'amélioration de la réglementation (COFEMER) est un organisme gouvernemental spécialisé chargé de solliciter et de recevoir des commentaires.

NORVÈGE: Selon les Instructions pour les études et rapports officiels, article 3-3, il est exigé que les propositions de règlement soient soumises à une consultation publique. Les commentaires sont demandés via un site Web unifié pour tous les règlements proposés (http://www.regjeringen.no).

Dans le cadre d'un OGP engagement, en 2016, le gouvernement norvégien a publié un nouvel ensemble de lignes directrices sur la participation du public qui s'appliquent à tous les organes administratifs, y compris les agences municipales. Les directives se concentrent sur un engagement précoce et des consultations avec les communautés et les citoyens touchés. Surtout, ils fixent également des exigences minimales pour les consultations. En parallèle, le principal portail gouvernemental en ligne a été mis à niveau pour inclure des consultations électroniques et centraliser les dossiers produits par les différents ministères en un seul endroit.

Répondre aux consultations

BOSNIE-HERZÉGOVINE: L'article 21 du Règlement sur les consultations pour la rédaction des règlements juridiques (Journal officiel de B&H n ° 5/17) oblige les organismes de réglementation à rendre compte des résultats des processus consultatifs. Le rapport est effectué par la préparation d'une réponse consolidée, et le rapport est rendu public sur un site Web unifié pour tous les règlements proposés (https://ekonsultacije.gov.ba/).

CANADA: À la suite de la publication du projet de règlement dans la Gazette du Canada, Partie 1, une réponse sommaire de haut niveau aux consultations doit être incluse dans l'étude d'impact de la réglementation, qui est publiée avec la version finale du règlement dans la Gazette du Canada, Partie 2 (http://www.gazette.gc.ca). Les informations commercialement sensibles ne sont pas publiées et les informations publiées doivent être conformes aux exigences de confidentialité établies en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels. Le rapport de consultation est disponible sur un site Web unifié pour tous les règlements proposés.

DANEMARK: Le gouvernement produit une réponse consolidée portant sur tous les commentaires reçus; toutes les réponses sont détaillées et personnalisées. Les réponses aux commentaires sont fournies sur les sites Web suivants: http://www.hoeringsportalen.dk pour http://www.ft.dk. En outre, les ministères doivent envoyer des réponses de consultation et un rapport de consultation aux commissions parlementaires compétentes.

ESTONIE: Le résumé des résultats de la consultation est annexé à la décision en délibération et est transmis à tous les groupes d'intérêt avec le retour d'expérience. Le résumé est également publié sur le site Web d'E-Consultation (http://eelnoud.valitsus.ee/). Les rapports sur les résultats des consultations sont stipulés par les Règles de bonnes pratiques législatives et de rédaction législative, Bonnes pratiques d'engagement: clause 6. Habituellement, les résultats des consultations sont présentés dans un tableau où il est possible de consulter la liste des commentaires formulés par l'organisation. le commentaire et une explication sur la question de savoir si et comment les commentaires ont été pris en compte.

PAYS-BAS: Un rapport sur les résultats des consultations est diffusé sous la forme 1) d'un document de consultation complet publié sur le site Web unifié après la clôture de la consultation (http://www.internetconsultatie.nl) et 2) une note explicative envoyée avec une proposition de règlement au Parlement.

NORVÈGE: Pour les lois primaires, les projets de loi du gouvernement au Parlement devraient contenir un résumé des résultats des consultations. Pour les législations secondaires, un résumé des résultats d'une consultation est consigné dans un document de décret disponible sur demande. Un rapport complet est publié sur un site Web unifié, https://www.regjeringen.no/no/dokument/hoyringar/oversyn-over-hoyringssaker/id546535/). Les directives gouvernementales «Om statsråd» stipulent que bien qu'il ne soit pas nécessaire de rendre compte de tous les commentaires reçus du public, les commentaires des parties prenantes importantes et les arguments substantiels doivent être inclus.

ESPAGNE: Selon le principe de la publicité active, les agences de régulation publient les commentaires reçus sur la base des procédures énoncées dans la loi 19/2003. Chaque étape d'un processus de consultation est enregistrée et rendue publique. Le gouvernement prépare une réponse consolidée pour tous les commentaires reçus. Le rapport est publié sur un site Web unifié (http://www.transparencia.gob.es).

Remerciements
Joseph Foti, directeur de la recherche
Auteurs
Renzo Falla Lopez
Valentina Saltane
Contributeurs
Sandy Arce
Jessica Hickle
Amelia Katan
Marissa O'Neill
Rédacteur et rédacteur
Lora Bolton
Conception graphique
Nicol Regan
Avec le généreux soutien de
Conseil de recherches pour le développement international, Canada
Department for International Development, Royaume-Uni
Autres donateurs et membres contributeurs de l'OGP
Remerciement spécial
Liia Hänni, Ott, Karulin, Teele Pehk, Maarja-Leena Saar, Gerti Shella et Merilin Truuväärt
Remerciements supplémentaires
Examinateurs: Manoucheka Attime, Florentin Blanc et la Division de la politique de réglementation du Secrétariat de l'OCDE, Sarah Dickson, Paul Maassen, Joe Powell, Tinatin Ninua, Peter Varga et Cari Votava

À propos du Open Government Partnership

La Open Government Partnership (OGP) est une initiative multilatérale de 78 pays et d'un nombre croissant de gouvernements locaux qui vise à obtenir des engagements concrets des gouvernements pour promouvoir la transparence, autonomiser les citoyens, lutter contre la corruption et exploiter les nouvelles technologies pour renforcer la gouvernance. Au-delà des engagements concernant la transparence et la participation à la réglementation, l'élaboration de politiques centrée sur les citoyens est au cœur du processus national du PGO, qui oblige les gouvernements membres à co-créer des engagements avec les citoyens. OGP fait également progresser l'ouverture législative grâce au Réseau électronique pour un parlement ouvert et favorise la délibération et la participation éclairée à l'élaboration des politiques grâce à un Groupe de pratique sur le dialogue et la délibération. Pour plus d'informations sur les plans d'action OGP, voir «Une plongée approfondie dans les plans d'action OGP».

 Gisselquist, R. 2012. «La bonne gouvernance en tant que concept et pourquoi c'est important pour la politique de développement.» Document de travail UNU-WIDER 2012/30, Institut mondial de recherche sur l'économie du développement de l'Université des Nations Unies, Helsinki; Fosu, A., R. Bates et A. Hoeffler. 2006. «Institutions, gouvernance et développement économique en Afrique: un aperçu». Supplément du CREA, Oxford Journal of African Economies 15 (S1): S1 – S9; Bates, R., A. Greif, M. Humphreys et S. Singh. 2004. «Institutions et développement». Document de travail n ° 107 du CID, Centre pour le développement international de l'Université Harvard, Cambridge, MA.
 Aidt, Toke S. 2009. «Corruption, institutions et développement économique». Oxford Review of Economic Policy 25 (2): 271–91; Diergarten, Y. et T. Krieger. 2015. «Acquisitions de terres à grande échelle, problèmes d'engagement et droit international». Law and Development Review 8 (1): 217–33; Lindstedt, C. et D. Naurin. 2010. «La transparence ne suffit pas: rendre la transparence efficace pour réduire la corruption.» Revue internationale de science politique 31 (3): 301–22; Aidt 2009; Shim, D. et T. Eom. 2008. «Gouvernement électronique et lutte contre la corruption: analyse empirique des données internationales». Journal international d'administration publique 31 (3): 298–316.
 Coglianese, C., H. Kilmartin et E. Mendelson. 2009. «Transparence et participation du public au processus d'élaboration de la réglementation fédérale: recommandations pour la nouvelle administration». George Washington Law Review 77 (4): 924–72.
 Aidt, Toke S. 2009. «Corruption, institutions et développement économique». Revue d'Oxford de la politique économique 25 (2): 271–91.
 Gisselquist, R. 2012. «La bonne gouvernance en tant que concept et pourquoi c'est important pour la politique de développement.» Document de travail UNU-WIDER 2012/30, Institut mondial de recherche sur l'économie du développement de l'Université des Nations Unies, Helsinki; Fosu, A., R. Bates et A. Hoeffler. 2006. «Institutions, gouvernance et développement économique en Afrique: un aperçu». Supplément du CREA, Oxford Journal of African Economies 15 (S1): S1 – S9.
 Vallbé, J. et N. Casellas. 2014. «Quel est le coût de l'accès électronique aux informations juridiques? Un indicateur composite. » Présenté à la Doing Business Research Conference «Past, Present, and Future of Business Regulation», McDonough School of Business, Georgetown University, Washington, DC, 20-21 février; Torriti, J. 2007. «Les analyses d'impact (réglementaires) dans l'Union européenne: un outil pour une meilleure réglementation, moins de réglementation ou moins de mauvaise réglementation?» Journal of Risk Research 10 (2): 239–76; Radaelli, C. 2003. La méthode ouverte de coordination: une nouvelle architecture de gouvernance pour l'Union européenne? Rapport 1. Stockholm: Institut suédois d'études politiques européennes; Fadairo, SA, R. Williams et E. Maggio. 2015. «Responsabilité, transparence et engagement des citoyens dans les rapports financiers du gouvernement». Journal of Government Financial Management 64 (1): 40–45; Molster, C., A. Potts, B. McNamara, L. Youngs, S. Maxwell, H. Dawkins et P. O'Leary. 2013. «Informer la politique de santé publique grâce à l'engagement délibératif du public: impact perçu sur les participants et les relations entre les citoyens et les gouvernements». Tests génétiques et biomarqueurs moléculaires 17 (9): 713–18.
 King, CS et C. Stivers. 1998. Le gouvernement est nous: l'administration publique à l'ère antigouvernementale. Thousand Oaks, Californie: Sage Publications.
 Les pays couverts comprennent 46 en Afrique subsaharienne, 31 en Amérique latine et dans les Caraïbes, 34 dans le groupe des pays à revenu élevé de l'OCDE, 23 en Europe orientale et en Asie centrale, 25 en Asie de l'Est et Pacifique, 20 au Moyen-Orient et Afrique du Nord et sept en Asie du Sud.
 Les engagements politiques ouverts sont un sous-ensemble des engagements du PGO. Bien qu'ils couvrent les mêmes domaines que le projet GIRG - tels que la transparence de l'élaboration des règles et l'accessibilité des lois et règlements - ils couvrent également d'autres domaines, notamment le lobbying, les pétitions électroniques et la participation à la législation.
 Poulin, D. 2005. «Libre accès au droit dans les pays en développement». Premier lundi, disponible à http://firstmonday.org/issues/issue9_12/poulin/index.html.
 Drabek, Z. et W. Payne. 2002. «L'impact de la transparence sur l'investissement direct étranger». Journal of Economic Integration 17 (4), décembre 2002: 777–810.
 Plusieurs experts en gouvernance réglementaire ont fourni d'importants commentaires lors de la préparation de ce rapport. Pour une liste complète des contributeurs, veuillez consulter la section Remerciements.
 Richard Calland, «L'état de l'art et la théorie émergente du changement, introduction», 2013, dans Accès à l'information en Afrique: droit, culture et pratique, éds., R. Calland et F. Diallo (Brill Publishing).
 de Monitorul al Republicii Moldova.
 Une affaire juridique récente aux États-Unis illustre les défis de travailler avec des éditeurs privés tout en garantissant que les informations juridiques essentielles sont accessibles gratuitement au public. Voir https://www.nytimes.com/2020/04/27/us/politics/georgia-copyright-code-supreme-court.html.
 Indicateurs de gouvernance réglementaire exploitables pour les régions de l'UE (2018). Disponible à http://documents.worldbank.org/curated/en/679061527007658334/Actionable-regulatory-governance-indicators-for-EU-regions.
 Groupe de la Banque mondiale. 2017. Global Indicators of Regulatory Governance: Trends in Participatory Rulemaking - A Case Study (anglais). Washington, DC: Groupe de la Banque mondiale.
 Les données du GIRG font la distinction entre les processus de consultation entièrement publics mis en œuvre par le biais de sites Web, de journaux, de journaux et de réunions publiques et une sensibilisation plus «à huis clos» à des parties prenantes spécifiques.
 «Consultation publique d'étude de cas sur le processus d'élaboration de règles au Mexique» (Jacobs et Associates, 2009), http://regulatoryreform.com/wp-content/uploads/2014/11/Regulatory_Consultation_in_Mexico_Jacobs_October_2009.pdf, p. 1.
 «Politique de réglementation au Mexique» (OCDE, 2014), https://read.oecd-ilibrary.org/governance/regulatory-policy-in-mexico_9789264203389-en#page42, p. 40.
 «Consultation publique d'étude de cas sur le processus d'élaboration de règles au Mexique» (Jacobs et Associates, 2009), http://regulatoryreform.com/wp-content/uploads/2014/11/Regulatory_Consultation_in_Mexico_Jacobs_October_2009.pdf, p. 3.
 «Mise à jour sur la nouvelle loi générale d'amélioration de la réglementation du Mexique» (Venable LLP, 2018), https://www.venable.com/insights/publications/2018/05/update-on-mexicos-new-general-law-of-regulatory-im.
 Pour plus de détails, veuillez consulter: https://conamer.gob.mx/respuestas-regulatorias-covid-19/.
 Plus précisément, il est difficile de savoir si les données se rapportent à l'examen des actions / décisions spécifiques des responsables de la réglementation (qui peuvent avoir lieu devant les tribunaux administratifs) ou à la contestation de la validité d'un règlement (qui a lieu devant un tribunal civil).
 OCDE. 2014. La gouvernance des régulateurs, Principes de bonnes pratiques de l'OCDE pour la politique de réglementation. Paris: Éditions OCDE. https://doi.org/10.1787/9789264209015-en.

 

Télécharger

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!